31 mai 2002 – 31 mai 2014 : Il y a 12 ans, les Lions bouffaient du coq

Samedi 31 Mai 2014 - 13:33

31 mai 2002 – 31 mai 2014 : Il y a 12 ans, les Lions bouffaient du coq
Il y a 12 ans le 31 mai 2002, de jeunes football sénégalais au culot incommodant, battaient les étoilés de la France (1-0), alors championne du monde en titre, en ouverture de la Coupe du monde de football de la même année, en Corée et au Japon. Plus qu’un succès sportif, une victoire historique d’une ancienne colonie sur l’ex-colon.

Jamais le Sénégal du foot n’avait enregistré un succès plus retentissant. Cette victoire de Bruno Metsu et de ses hommes sur la bande à Zinedine Zidane avait rendu à tout un peuple sa fierté. Un peuple décomplexé qui venait de prendre une revanche remarquable sur ses anciens gaulois. Come une fusée, le nom du Sénégal transperçait les frontières. L’on cherchait sur toutes les cartes du monde ou se nichait ce petit pays de l’Afrique de l’Ouest. L’on cherchait à connaitre qui étaient ces jeunes footballeurs dont le nom sonnaient creux au pays des surdoués du ballon rond. Et pourtant, ironie du sort, El Hadj Ousseynou Diouf, Henri Camara, Khalilou Fadiga, Pape Bouba Gadiaga, Tony Sylva, ou encore Moussa Ndiaye, étaient tous formés dans le même moule de la Ligue 1 française. Une équipe qui avait séduit le monde par son talent, sa force de caractère et son mental à toute épreuve. Après avoir bouffé du coq, les Lions allaient réussir l’exploit de tenir en échec le Danemark (2-2), l’Uruguay (3-3), avant de battre la Suède en huitièmes de finale. Un parcours bluffant pour une première participation qui ne s’arrêta qu’en quart de finale contre la Turquie. Au bout des prolongations, sur un but en or de Mansiz. Une élimination qui avait laissé place aux regrets, tant les observateurs étaient d’avis qu’il y avait place pour que cette équipe du Sénégal aille au bot. Qu’à cela ne tienne, Bruno Metsu et ses hommes avaient réussi leur pari. Ils venaient de frapper un grand coup. Ils venaient surtout de se faire des noms. Metsu, lui aussi sorti de nulle part. Ramené dans ses valises de la Guinée par l’ancien président de la Fédération, El Hadj Malik Sy « Souris ». Mais l’histoire d’amour entre Metsu et ses jeunes « amis » à qui il avait su donne de la confiance, il avait su tirer le maximum, allait tourner court. L’homme à la crinière de Lion, natif de Dunkerque, en France, allait succomber aux appels des pétrodollars, et se perdre dans les pays du golf. Laissant orpheline toute une génération. Une séparation brusque. Douloureusement. Qui a laissé une plaie toujours saignante.

Source : Stades

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET