A VOS PLUMES !... PRÊTS !... PARTEZ !...(par Louis Camara)

Samedi 7 Janvier 2012 - 18:49

A VOS PLUMES !... PRÊTS !... PARTEZ !...(par Louis Camara)
C’est avec beaucoup de plaisir que je prends ma plume de « doyen » pour saluer l’heureuse initiative d’Assane Dieng, l’administrateur de la rubrique « A vos plumes », poète inspiré, jeune homme pétri de convictions fortes, qui a eu la lumineuse idée d’ouvrir cette rubrique sur ndarinfo.com, consacrée à la littérature et son corollaire : la création littéraire.

Je ne doute pas un seul instant que Assane et ses collaborateurs sauront animer avec finesse et brio cet espace littéraire sur la toile et sauront vite le transformer en un lieu de rencontre et de brassage des idées où tout un chacun pourra venir librement se former mais aussi partager avec les autres, en toute convivialité, les fruits de sa propre expérience scripturale et la moisson rapportée de ses voyages accomplis au pays enchanté des muses maîtresses de l’inspiration créatrice.

De petits esprits, obnubilés par le matérialisme ambiant et la course aux richesses matérielles, subjugués par les prouesses (il faut le reconnaître) extraordinaires de la science et de la technologie modernes, veulent nous faire croire que la littérature n’est rien d’autre qu’un divertissement futile réservé aux rêveurs, un résidu de pensée aux antipodes de l’action. Cela n’est ni vrai, ni juste, et c’est oublier, ou faire semblant d’oublier que la littérature a un rôle fondamental à jouer dans le développement intellectuel, dans la formation et la structuration de l’esprit, dans l’apprentissage de la pensée lucide et que, à travers la diversité multiple des textes qui l’incarnent, l’on peut lire certaines manifestations des structures mentales des sociétés humaines dont ils fournissent, malgré eux, le témoignage. Pour ma part, je tiens la littérature pour la plus grande, la plus belle invention de l’esprit humain, le seul véritable espace de rencontre des cultures qui y dialoguent par le truchement de langues diverses avec une égale dignité, et où les hommes apprennent, sans douleur, à fraterniser et mieux se connaître. Mais que l’on ne s’y trompe pas : la littérature n’est pas une sinécure, un jardin des Hespérides où il suffit de tendre la main pour recueillir les pommes d’or qui procurent l’immortalité. Non ! Le texte littéraire, qu’il soit poème, roman, nouvelle ou conte ne naît pas d’une génération spontanée ou d’une dérisoire parturition menée dans l’indolence et la facilité.

Loin de là. Il faut suer sang et eau pour que naisse de nos entrailles le « bébé » désiré, aussi beau qu’un chérubin fils d’Apollon, car la facilité n’enfante que des monstres laids et difformes. On ne triche pas avec l’art et la littérature est avant tout un art, noble entre tous : celui d’écrire, de jouer avec la langue, d’agencer les mots avec subtilité pour mieux faire ressortir leur beauté cachée, sans pour autant leur ôter cette force de l’idée qui fait tout leur prix. Force et Beauté dirait-on, (pour paraphraser presque le titre d’un célèbre ouvrage commis par l’un des tout premiers écrivains sénégalais d’expression française) tel est le binôme qui caractérise, ou du moins devrait caractériser tout ouvrage littéraire digne de ce nom.

Car il est vrai , littérature ne rime pas avec facilité, encore moins avec médiocrité et ce n’est qu’au bout d’une longue ascèse, d’une quête intérieure sans fin, que l’on peut espérer un jour parvenir à maîtriser son propre art d’écrire, à trouver sa voie et la voix de son propre chant. Tout ce qui brille n’est pas de l’or dit l’adage populaire qui me semble parfaitement s’appliquer à la production littéraire actuelle dans notre pays, et sans doute ailleurs, où l’artifice et le clinquant l’emportent malheureusement trop souvent sur l’originalité authentique et la beauté vraie. De surcroît, le tapage abrutissant des médias qui parasitent nos sens, notre intelligence, notre discernement, notre jugement, notre sens du beau tout court, vient ajouter à l’extrême confusion qui est aussi hélas, l’une des marques de notre temps .

Des ouvrages d’une qualité douteuse, pour ne pas dire de médiocres navets, sont trop souvent portés au pinacle pendant que des chefs-d’œuvre sont jetés aux oubliettes comme cela faillit être le cas pour ce grand roman intitulé « La plaie » de l’écrivain Saint-Louisien Malick Fall , fort heureusement sauvé de l’effacement par un groupe d’hommes de lettres avisés, qui organise chaque année une cérémonie commémorative le 14 juillet, jour de sa mort, et profite de l’occasion pour revisiter son œuvre inoubliable. Là réside aussi, à mon avis, l’une des tâches qui devront incomber à toute l’équipe de « A vos plumes » : rester vigilants et veiller à ce que la beauté, la vérité de l’art jamais ne soient jamais travesties, qu’elles ne désertent jamais les plages et les pages de cet espace qu’ils ont si généreusement mis à la disposition de tous les amoureux de littérature, de bonne littérature, qui pourront désormais « comme les lamantins vont à la source », venir s’y abreuver, y vivifier leur esprit et leur cœur, étancher sans modération leur soif de plaisir(s) littéraire(s).

En ce qui me concerne, je me réjouis d’avance à l’idée de pouvoir me plonger avec délices dans la lecture des textes que de jeunes auteurs, écrivains et poètes « en herbe », ne manqueront certainement pas de proposer, d’offrir (car ne l’oublions pas, la littérature est don et partage) à ceux qui sont dans l’attente de leurs pépites et joyaux littéraires. Quant aux créateurs et gestionnaires de la bien nommée rubrique « A vos plumes », je souhaite de tout cœur qu’avec le temps ils puissent se dire un jour comme le fit l’historien Grec Thucydide jugeant son œuvre : « Ktêma eis aei » : « Un trésor, un bien pour toujours, une acquisition définitive ».

Louis CAMARA
Le Conteur d’IFA Ecrivain, Grand prix du Président de la république pour les Lettres.
E-mail : olatunjifatumbi@gmail.com://

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >

Mardi 2 Avril 2013 - 12:35 A Maam Kaaw