Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Apparition de deux nouvelles brèches sur le fleuve Sénégal : des villages du Gandiolais face à la furie

Une brèche s’étendant sur une centaine de mètres a fait son apparition vers l’embouchure du fleuve Sénégal depuis le 10 octobre 2012, suivie quelques jours plus tard, d’une autre de quelque 80 mètres de large. Suffisant pour semer, sinon une psychose, au moins une grande inquiétude au niveau des populations de différents villages du Gandiolais. Surtout que ces deux autres ouvertures, distantes seulement de 150 mètres, viennent s’ajouter à l’ancienne brèche de quatre mètres seulement qui avait été ouverte en 2003. La conséquence immédiate de ces différents élargissements est la disparition de cette partie de Langue de barbarie séparant l’océan et le fleuve.

Mardi 6 Novembre 2012 - 19:52

Apparition de deux nouvelles brèches sur le fleuve Sénégal : des villages du Gandiolais face à la furie
Les vagues dévorent déjà la bande de terre et se préparent à s’offrir en dessert les campements touristiques qui y sont érigés. A certains endroits, elles se sont déjà mêlées aux eaux fluviales et menacent les villages de Salguiri, Pilote-Bar, Keur-bernard et Tassinère. Le site prévu pour la future Université des métiers de Saint-Louis est aussi dans l’œil du cyclone. Il fait en effet face à l’une des brèches. Le malheur ne venant jamais seul, le risque de disparition des habitations s’accompagne également d’une salinisation déjà largement entamée des terres cultivables.

Au terme d’une équipée en pirogue qui l’a conduit jeudi 1er novembre, sur les lieux, le ministre de l’Ecologie et du Développement durable, Aly Haidar, venu partager les préoccupations des populations prévoit de revenir sur le site avec les techniciens de son département. Ils s’appliqueront alors à « voir quelles réponses donner aux préoccupations de ces populations ». Aly Haidar a fait état de tests à réaliser dans l’immédiat, avant d’explorer d’autres pistes de solutions. Il a toutefois fait remarquer que celle relative à « la construction de murs de protection, déjà expérimentée à Rufisque (trois milliards de francs Cfa) et Saly-Portudal (1,2 milliard de francs CFa), est très coûteuse. Souvent, l’Etat met du temps pour mobiliser les moyens.» La solution du relogement des populations sera par ailleurs mise à l’étude avec son collègue de l’Urbanisme.

Il faut rappeler que l’ouverture artificielle d’une brèche, à sept kilomètres au sud de la ville de Saint-Louis, suite à la crue d’octobre 2003, a radicalement changé « l’inondabilité » de la cité. En effet, depuis cette époque, la ville n’a plus été inondée par le fleuve car l’élargissement de la brèche, qui est devenue la nouvelle embouchure, permet aux eaux de s’évacuer rapidement lors des crues. Mais, ce répit pour la ville de Saint-Louis, a constitué un drame pour l’île de Doune Baba Dièye. Ce village, victime de la furie des eaux, est désormais rayé de la carte.


Source : Sud quotidien



Actualités | Société | Opinions | Santé | Politique | Culture | Faits divers | Agriculture | Sports | Environnement | Economie | Communiqué | Regards | Multimedia | Pêche | NdarInfo | Publireportage | Flash | Spéciale investiture | Annonces gratuites | Education | Chronique | Arrêt sur images | Cuisine | Météo | Reportage | Découvrir Saint-Louis | Necrologie | Entretien | Ramadan | Navetanes 2013 | Saint-louisien de la semaine | Science | Insolite | Job/Emploi/Concours



Recherche SUR NDARINFO


Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube
Rss







Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !






Le Forum des Saint-Louisiens

Assainir Saint-Louis

Mardi 9 Décembre - NDARIEN

Conscience républicaine

Lundi 16 Juin - Khassoum Touré


Dernières actualités à la Une

Actualités

Société

Education

Culture

Monde

Science

Facebook
Twitter
Google+
Mobile
YouTube
Pinterest

télécharger notre extension