Atelier sur les techniques aquacoles à Richard-Toll : L'aquaculture, une réponse à la problématique de l'emploi

Mercredi 20 Mars 2013 - 21:16

Atelier sur les techniques aquacoles à Richard-Toll : L'aquaculture, une réponse à la problématique de l'emploi
Le préfet du département de Dagana, Abdou Bodian, a ouvert jeudi dernier, à Richard-Toll, un atelier qui a regroupé plus de trente promoteurs privés de la zone Nord sur les techniques aquacoles.

Supervisé et animé par Abdoulaye Niane, Mamadou Sène et autres experts de l'Agence nationale de l'aquaculture (Ana), ce séminaire a permis au responsable de l'axe nord (Saint-Louis, Louga et Matam) de cette agence, Ahmadou Tidiane Camara, de rappeler que cette formation a pour objectif de faire acquérir aux bénéficiaires les techniques d'élevage des poissons d'eaux douce et saumâtre, notamment le tilapia (famille des carpes), le poisson chat et le mulet.

L'offre de produits halieutiques sur le marché sénégalais, selon M. Camara, s'amoindrit face à une demande croissante due à une croissance démographique (2,8% par an) qui ne cesse d'augmenter depuis quelques années. À cela s'ajoute le renchérissement des prix du poisson au moment où le pouvoir d'achat de la majorité de la population s'affaiblit. Il s'impose dès lors, a laissé entendre Ahmadou Camara, de stimuler des secteurs qui ont des taux de croissance élevés, comme l'aquaculture qui est considérée comme un sous-secteur à fort coefficient de main d'œuvre et qui peut constituer aussi une réponse à la problématique de l'emploi au Sénégal.

Compte tenu également du potentiel aquacole dont dispose notre pays (réseau hydrographique relativement important) et des opportunités réelles d'investissement dans ce sous-secteur, l'aquaculture a été retenue comme pilier dans la stratégie de croissance accélérée (Sca). Par ailleurs, a-t-il poursuivi, le Sénégal vient d'adopter sa Stratégie nationale de développement économique et social (Sndes 2013/2017) et a inscrit l'aquaculture comme secteur prioritaire à développer pour faire face aux défis liés à la sécurité alimentaire, la lutte contre la pauvreté et à l'atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd). Face à la persistance de la dégradation de l'environnement et des ressources naturelles, les arrangements institutionnels actuels ont ainsi permis d'intégrer l'aquaculture à l'écosystème élargi, de telle sorte qu'elle favorise le développement durable, l'équité et la résilience des systèmes socio-écologiques interdépendants.

Conscient de tous ces enjeux et de toutes ces opportunités, le gouvernement du Sénégal, à en croire M. Camara, a créé le 8 avril 2011 l'Ana chargée de mettre en œuvre cette politique aquacole et d'encadrer les opérateurs privés. Avec l'appui de la Fao, a ajouté M. Camara, cette agence prône la promotion d'une aquaculture commerciale privée, compétitive, capable de générer des profits intéressants tout en étant socialement équitable, respectueuse de l'environnement et techniquement maîtrisée par les promoteurs intéressés. Après trois jours de formation, a précisé Abdoulaye Niane, ces promoteurs privés auront des connaissances sur les techniques de production d'aliments, les bonnes pratiques aquacoles et renforceront leurs capacités techniques en gestion des activités et en aménagement d'infrastructures aquacoles (cages flottantes, étangs et bassins). Le Sénégal, selon M. Niane, a bénéficié, grâce à la Fao, d'un Plan stratégique opérationnel (Pso) depuis 2009. Pour sa mise en œuvre, l'Ana a lancé une série d'activités à travers le pays, dans les espaces aquatiques d'eaux douce et saumâtre.

Cependant, a souligné M. Niane, ses efforts se heurtent à plusieurs contraintes, notamment la faiblesse des capacités du secteur privé à conduire de façon économique et durable les différents segments de production de la filière aquacole. Les deux projets Tcp/Sen/3305 et Tcp/Sen/3307, financés par la Fao et en cours de réalisation, visent à lever ces contraintes. Mamadou Sène, expert en aquaculture, a présenté des modules qui s'articulent autour de systèmes d'élevage, de l’invention et de la fabrication d’aliments, d’aménagements d’infrastructures aquacoles, de la gestion d'entreprise, de l'hygiène, de la qualité et de la sécurité des produits.

Mbagnick Kharachi DIAGNE

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par seneville le 22/03/2013 13:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
Votre article nous plais beaucoup et, nous vous invitons à de faire de meme sur le site www.seneville.com
un nouveau réseau social au Sénégal qui; regroupe professionnel et, particulier.
Le lien http://www.seneville.com/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET