CAP HORIZON 2020 : pour un PODOR émergent, le Conseil départemental s'engage . Par Demba BA

Lundi 31 Août 2015 - 20:56

CAP HORIZON 2020 : pour un PODOR émergent, le Conseil départemental s'engage . Par Demba BA
Sorti des flancs de l’ex-Conseil Régional de Saint-Louis, le Conseil Départemental de Podor, à l’instar des nouvelles créations de collectivités locales,  a vu le jour avec l’avènement de l’acte III de la décentralisation, qui, faisant l’objet de beaucoup de controverses et de critiques, provenant de toute part.  
Dans certaines collectivités de même génération, les récriminations fusent de partout. Le sort des travailleurs se pose avec beaucoup d’acuités quid des salaires qui ne sont pas payés depuis plus de six mois pour certains, pour d’autres, même s’ils le perçoivent présentement, savent pertinemment que, si le Gouvernement ne prend pas les mesures qui s’imposent risquent d’être sans solde d’ici la fin de l’année. Actuellement plus de 3000 agents vivent ce calvaire. A cela s’y ajoutent : les problèmes des cotisations sociales, l’IPRES et la CSS, du fait de changement d’employeurs ; la prise en charge médicale des agents et leurs familles. Par rapport aux  autres avantages acquis, certains édiles cherchent à les remettre en cause. Comble de malheurs le lot des licenciements servi à tort et à travers à d’humbles pères de famille, qui n’ont que leurs larmes à verser, tellement que les situations sont intenables. Ainsi les honnêtes gens qui n’ont que leur force de travail à vendre ou leur expertise à monnayer,  sont en train d’être les agneaux du sacrifice.
La fonction publique locale tant attendue, tant chantée, pour laquelle beaucoup de combats ont été menés par les agents et beaucoup d’efforts et d’énergie sacrifiés, tarde à sortir de son utérus, les fruits de la passion pour le bonheur des travailleurs.
            Dans un autre domaine la question du foncier refait jour du fait de la communalisation intégrale. Les anciennes communes qui étouffent faute d’espaces pour leur extension,  font face à de nouvelles, qui disposent de vastes étendues. Parfois englobant même les terres agricoles anciennement exploitées et qui appartiennent à des citoyens résidants dans ces anciennes cités. 
            Voilà des situations douloureuses qui peuvent être source de frustration, qui, si elles ne sont pas pris en charge précocement, peuvent engendrer des remous, voir des conflits ultérieurement (le cas de Fanaye est encore frais dans les mémoires).
En réalité pourquoi  tout ce mélimélo ? Rien que pour satisfaire les désidérata de son Excellence Monsieur le Président de la République ; hors voilà une manière de lui rendre un mauvais service. En vérité la mise en œuvre de l’acte III s’est faite dans la précipitation ; On ne peut jamais s’empêcher de le rabâcher. D’ailleurs c’est ce qui lui à ôter tout l’engouement qu’il devait susciter. Aucune étude d’impact sérieuse n’est faite, aucune évaluation correcte de l’acte II n’est réalisée. Sinon, les effets liés aux zones de turbulence, seraient plus ou moins maitrisés.
            Et pourtant cette dernière (acte III) poursuit bon an mal an son petit bonhomme de chemin ; certes dans la douleur, mais avec une détermination résolue. Quelque part certains leaders locaux, cherchent à donner corps à la vision de son excellence Monsieur le Président de la République, à travers la territorialisation des politiques publiques. Parmi ceux-là on peut citer le Président Mamadou DIA, Président du Conseil Départemental de Podor.
            Réuni en session ordinaire le Samedi 08 Août 2015 à Podor dans la résidence « Belli Torodo » qui lui fait office de salle de réunion de fortune, depuis sa création, dans une large majorité  jamais enregistré jusqu’ici, Les conseillers départementaux ont répondu présents pour cette fois, à savoir, 44 conseillers présents physiquement et 04 procurations soit 48 voix délibératives sur 59 élus le 60e devant remplacer l’actuel Secrétaire Général démissionnaire, n’est pas encore installé. Il convient de noter le boycott opéré par la majeure partie des élus de l’opposition.
 Ainsi, cette session du CDP, devait plancher sur un ordre du jour très fourni. Composé de 09 points, il a porté sur une rubrique information très fournie, mais aussi et surtout sur la grande question de la coopération décentralisée, particulièrement avec :
  • La région Midi-Pyrénées en France pour relancer et consolider la coopération héritée de l’ex Conseil Régional de Saint-Louis.
  • Le département des Yvelines en France, ce qui est à l’origine de la convention cadre de coopération décentralisée pour la période 2015-2019 qui en son article 3 - Axes de coopération :
Les deux départements ont décidé d’inscrire leur partenariat autour de trois axes et domaines suivants :
  • Appui institutionnel : il s’agira d’initier des actions contribuant au renforcement de la décentralisation et des capacités institutionnelles et techniques du Conseil Départemental de Podor. …
  • Appui à la recherche de financement de projets : accompagnement du CDP dans la participation à des appels à projets…
  • Appui à la mobilisation des ressources locales : réalisation d’études sur la fiscalité locale en vue d’optimiser le potentiel fiscal…
  • La coopération espagnole MON3 dont l’objectif général du projet est d’ «Améliorer l’accès, l’utilisation et la disponibilité des aliments pour les familles les plus vulnérables en renforçant la production agro-sylvo-pastorale ». Il s’agit de contribuer au développement durable du potentiel agro-sylvo-pastoral du département de Podor, pour améliorer la sécurité alimentaire et la résilience de sa population la plus vulnérable. Sa mise en œuvre se fera dans les communes les plus touchés par la vulnérabilité (Commune de Méry, Commune de Madina Ndiathbé, Commune de Doumga Lao, Commune de Gamadji Saré, Commune de Guédé Village.
  • La convention cadre de coopération avec la société des Eaux de Marseille, en son article 2 : Dans le cadre des priorités fixées par le Département de Podor, les domaines principaux de coopération seront les suivantes :
  • Eau et assainissement, dans le domaine de l’alimentation en eau potable des populations rurales, la gestion des eaux usées, des risques de pollution des sols…
  • Déchets solides, dans le domaine de la collecte, du tri et de la revalorisation des déchets…
  • L’énergie, dans les domaines liés à l’économie de la ressource…
  • La santé, dans le domaine de l’aide aux populations rurales…
  • La sécurité, dans le domaine lié à l’équipement en matière de protection des biens et des personnes…
  • L’éducation, dans le domaine de l’aide aux enfants, des écoles, collèges et Lycées ruraux pour des fournitures scolaires et périscolaires nécessaires à l’enseignement.
 
  • Enfin la Convention avec Intervalle/Valnovel : qui porte sur l’autosuffisance en riz dans le cadre de la mise en place du projet Partenariat Public Privé (PPP) chaine de valeurs de riz de la société Valnovel (filiale d’Intervalle/Genève). Ce projet porte sur l’aménagement de 25 000 hectares destinés à la production du riz. Par la création d’une société PPP dont la structuration du capital est ainsi fixée :
51% Intervalle Vlnovel, 15% UNACOIS, 12% ASPRODEB, 12% Fondation Cheikhou Oumar et 10% Conseil Départemental de Podor.
Le Code Général des collectivités Locales en son article 237.  « Les collectivités locales peuvent, par délibération de leurs conseils, soit acquérir des actions ou obligations des sociétés chargées d'exploiter des services locaux, soit recevoir à titre de redevance des actions d'apports ou parts des fondateurs émises par lesdites sociétés, dans les conditions fixées à l'article 245 du présent code. »
L’engouement suscité chez les parties prenantes, par ce type de partenariat laisse envisager dans l’avenir, le doublement voir le triplement des superficies à emblaver. Voilà en fait un système de gouvernance local basé sur la recherche et la mise en œuvre de mode de financement innovant si ce genre de projet réussi. Ainsi les futurs dividendes vont augmenter la capacité financière du CDP. D’ailleurs c’est la raison pour laquelle que l’on doit se poser la question de savoir ; pourquoi cette portion congrue du capital allouée à la CDP ? Mieux encore chaque Commune devait avoir sa part du capital, aussi minime soit-elle. Cela faciliterait dans l’avenir, la libération des terres dont la société pourrait avoir besoin pour se développer.
  • Dans ce même sillage, le département de Podor se positionne encore dans le cadre de la territorialisation des politiques publiques dans une dynamique de disposer son PUDC version foutankée.
Il convient aussi de rappeler au passage l’option résolue du Président de la République de désenclaver complètement l’ile Amorphil, à travers la densification des routes, pistes, ponts et chaussées.
Réaliser ces projets, c’est réparer des injustices qui n’ont que trop durées et dont les habitants de cette zone  ont payé un lourd tribu, en matière de perte en vies humaines lors des évacuations sanitaires, de scolarités foutues en l’air, de terre longtemps restées en jachère, de récoltes pourries du fait d’un problème d’accessibilité aux infrastructures.
            Par rapport à ces esquisses, on peut dire que l’espoir est permis dans le département de Podor ; et c’est le sentiment exprimé à l’unanimité par les Conseillers Départementaux présents, pour magnifier l’action du Président Mamadou DIA et de son équipe.
            Profitant de ses activités professionnelles, Le Président DIA dans ses pérégrinations incessantes porte en bandoulière son écharpe de Président du Conseil Départemental de Podor, pour tirer les partenaires vers son département. S’érigeant contre, le fait de poser au niveau des débats de session du conseil, des problèmes relatifs à la résolution des questions de l’eau potables dans les localités du département. Car prenant sur lui-même l’engagement, de s’en occuper personnellement si on lui fait part  de ces problème d’eau potable. Parce que étant membre de plusieurs organisations internationales qui s’occupent des questions de l’eau.
            Son invite à l’endroit des fils de Podor à se joindre à lui pour faire de leur terroir un département émergent à l’horizon 2020 et au-delà est à répondre favorablement. Car le département de Podor ne sera que ce qu’en ferons ses habitants.
Demba dit Vieux BA
 

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET