Caraïbe: Un festival de blues veut relier les trois Saint-Louis (Sénégal, Marie-Galante et Mississippi)

Festival incontournable et événement musical majeur de la Caraïbe, Terre de Blues attend 12 000 festivaliers jusqu’à lundi à Marie-Galante. Pour sa 14ème édition, ses organisateurs ont imaginé une riche programmation artistique avec notamment la présence de Kassav, Damian Marley, Admiral T, Raul Paz ou Oma Pene. Rencontre avec le directeur du festival, Harry Selbonne, président de la Communauté des communes de Marie-Galante.

Comment est né le fes

Dimanche 19 Mai 2013 - 21:05

Caraïbe: Un festival de blues veut relier les trois Saint-Louis (Sénégal, Marie-Galante et Mississippi)
Comment est né le festival Terre de Blues ?

Harry Selbonne : On a voulu crée cet événement culturel parce qu’on s’est rendu compte que Marie-Galante souffrait d’un déficit en terme d’image. A l’époque, on ne parlait pas de l’île, il n’y avait pas d’office de tourisme, il y avait juste quelques restaurants. Donc, on a commencé à travailler un projet culturel qui soit d’envergure. Nous voulions restaurer l’image de Marie-Galante, mais aussi créer une animation touristique et économique de manière à irriguer tout le territoire. Un jour, deux « fous » ont débarqué Pierre-Edouard Decimus (co-fondateur du groupe Kassav) et Eddy Compère qui en 2000 m’ont proposé un concept « créole blues ». C’est parti comme ça. Le festival Terre de Blues est un temps fort social qui permet de vérifier le légendaire accueil de la terre marie-galantaise. Et c’est sans conteste une manifestation musicale où se produisent des artistes de renommées internationales et un événement économique très important.

Quel est l’impact du festival sur l’économie de l’île ?
Harry Selbonne : Le festival a un budget de 600 000 euros, dont trois cent mille euros restent dans l’économie marie-galantaise, ce qui n’est pas rien. Toutes les structures hôtelières sont remplies à cette occasion, l’hébergement, la restauration…tout cela représente un temps fort économique. Marie-Galante compte environ 11600 habitants. Au moment du festival, elle double sa population, automatiquement, ça a des répercussions sur les restaurateurs, les hébergeurs, sur le petit commerce…

L’appellation du festival «Terre de Blues» couvre un champ très large…

Harry Selbonne : Pour nous, le blues, ce n’est pas simplement la musique des champs de coton du sud des Etats-Unis. Le blues, c’est également la manière de manger, de marcher, de parler, de vivre. C’est pourquoi, nous avons voulu, dès l’origine, relier les trois Saint-Louis, du Sénégal, de Marie-Galante et du Mississippi. Nous réalisons ainsi la boucle. Nous estimons qu’il y a du blues sur tous les territoires où l’esclavage a existé. Ce qui explique que dans chacune de nos programmations, on trouve des artistes africains, guadeloupéens, martiniquais mais aussi des artistes de la Caraïbe anglophone, la Jamaïque ou hispanophone, Cuba et il y a toujours un bluesman, des Etats-Unis par exemple. C’est cela que nous voulons mettre en avant car Marie-Galante est une terre de plantations de cannes, une terre de souffrance, une terre où il y a eu l’esclavage. La musique, c’est la liberté et quand nous programmons des spectacles à l’habitation Murat, où il y a eu des esclaves qui sont sué sang et eau, je crois que c’est un pied de nez l’histoire. Je me souviens ainsi que quand Johnny Cleeg le zoulou blanc d’un pays où l’apartheid existait, était venu chanter à l’habitation Murat, ça avait été un moment extraordinaire.

Parlez-nous du thème du festival « apprentissage et transmission culturelle »…

Harry Selbonne : Ce qui est important pour nous, c’est de pouvoir transmettre, d’apprendre et de faire en sorte qu’il y ait une appropriation de l’événement. C’est pourquoi nous avons voulu démarrer par le festival des enfants « El Rancho ». Nous avons une convention avec l’Education nationale, où dans le cadre du projet d’établissement, les élèves de CE2 et CM2 de Marie-Galante ont ainsi préparé des chansons, de la danse etc… Il y a aussi Fanswa Ladrezeau, joueur de Ka (percussion guadeloupéenne) très réputé qui intervient dans le cadre d’un master class de ka, dans les écoles de Marie-Galante dans les villes de Grand-bourg et de Capesterre. A travers ces actions, cet aspect d’apprentissage et de transmission est fondamental pour nous nous car il s’agit de faire en sorte qu’on n’oublie pas notre culture, nos origines, notre patrimoine. C’est une manière de se replonger vers nos racines et ça aussi c’est du blues.

Humanite.fr

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 20:50 Le sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET