Contrôle de l’héritage libéral à Saint-Louis : Querelles à distance entre Masseck Ndiaye et Braya

Samedi 2 Juin 2012 - 13:39

Contrôle de l’héritage libéral à Saint-Louis : Querelles à distance entre Masseck Ndiaye et Braya
Les Libéraux de la capitale du Nord se crêpent encore les chignons après l’éclatement de leur parti en deux camps. Suite à la décision d’une frange importante du Parti démocratique sénégalais de rejoindre les rangs de la coalition Bokk guiss guiss (Bgg), chaque tendance réclame le leadership dans le département de Saint-Louis.
Après l’exclusion de Pape Diop et Cie et le remplacement de Ousmane Masseck Ndiaye, Secrétaire général de la fédération départemental du parti libéral par Ameth Fall Braya, c’était autour des leaders de ladite coalition de monter au créneau mercredi, au cours d’un point de presse, pour dénoncer la «volonté» de leurs anciens camarades de les exclure du parti, alors qu’ils en constituent, selon eux, «l’essence et l’âme». Selon le député Thiamba Seck, leur porte-parole du jour, «ceux qui se réclament aujourd’hui de la formation libérale sont, à l’exception de deux d’entre eux, tous des arrivistes».

Alors que dans les moments de braise en 1998, seul Ousmane Masseck était de «tous les combats». Et Thiamba Seck de donner rendez-vous à ses ex-camarades aux prochaines Législatives qui permettront, selon lui, de les départager. M. Seck a également indiqué que Bgg est déjà en ordre de bataille et qu’elle veut se donner les moyens d’obtenir une bonne représentation à l’Assemblée nationale afin «d’imposer la cohabitation» à la coalition présidentielle, Benno bokk yaakaar (Bby). L’autre pomme de discorde entre les deux parties demeure le contrôle de la permanence locale du Pds que les partisans de Braya ont occupée estimant qu’elle appartient au parti.

Ce que réfute Alioune Abatalib Guèye qui affirme qu’elle est plutôt la «propriété exclusive» de Ousmane Masseck Ndiaye. «Nous préférons opposer à l’argument de la force, la force de l’argument», a dit M. Guèye pour qui le non moins président du Conseil économique et social avait acheté le bâtiment «de sa propre poche» et l’avait mis «à la disposition du parti sans réclamer un seul sou». L’affaire pourrait atterrir devant la police dans les jours à venir.

cndiongue@lequotidien.sn

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par June le 03/06/2012 12:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Désolé...
Mais c'est criminel de s'accaparer de ces villas HLM pour en faire une permanence de parti politique,alors qu'il n'y en a pas assez pour les petites bourses.
Des ministres en disposent aussi!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET