DÉSACRALISATION DES SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE: M. Le Président de la République Inaugurez sans lacérer le drapeau du Sénégal ! ( Colonel Moumar Guèye)

Vendredi 27 Juillet 2012 - 11:14

DÉSACRALISATION DES SYMBOLES DE LA RÉPUBLIQUE: M. Le Président de la République Inaugurez sans lacérer le drapeau du Sénégal ! ( Colonel Moumar Guèye)
Lors du dernier Conseil des ministres délocalisé, tenu à Diourbel le jeudi 26 juillet 2012, le Président Maky Sall a eu l’heureuse inspiration de s’insurger contre la désacralisation des symboles de la République. Il était temps ! Il était vraiment temps de taper sur la table et de mettre un terme à cette désacralisation généralisée des symboles de notre pays !

Les lecteurs se souviendront certainement d’une contribution que j’avais publiée il ya quelques mois et qui avait pour titre : « Le drapeau du Sénégal banalisé ! Je proteste ! » Dans cette intervention, je me révoltais contre les mauvais traitements faits au drapeau du Sénégal et au manque de respect notoire dont ce symbole est victime dans la vie courante, tout cela dans l’indifférence surprenante de mes compatriotes, mais aussi et surtout du Président de la République, gardien de la Constitution et des lois et règlements de la Nation.

Dans le texte en question, je protestais vigoureusement contre la lacération du drapeau du Sénégal par l’honorable Président Obasanjo lors de l’inauguration du Monument de la Renaissance africaine. Sans en vouloir à Son Excellence O. Obasanjo, j’avais vigoureusement protesté contre ce geste qu’il avait commis en lacérant le drapeau du Sénégal sous le regard complaisant et les applaudissements frénétiques de mes compatriotes.

Si aujourd’hui, je crois devoir revenir sur le sujet, c’est que le mal est toujours là, ce qui a manifestement conduit le Président Macky Sall à se prononcer avec fermeté sur la question.

Le Président de la République a véritablement raison de rappeler à nos compatriotes leur devoir de civisme et de comportement citoyen. Les Sénégalais dans leur immense majorité n’ont aucun respect pour les symboles de notre pays, en particulier du drapeau national. En effet, cet emblème de la nation continue d’être sali, déchiré, sous-estimé, banalisé et violé par des citoyens parfois ignorants, parfois négligents, parfois simplement indisciplinés. Même les lutteurs ont pris la mauvaises habitude de s’habiller avec et d’y déverser toute sorte de mixtures sales et nauséabondes.

Au Sénégal, les cérémonies d’inauguration sont toujours marquées par un acte jugé majeur qui consiste à tendre un ruban aux couleurs de la nation et à l’immoler en le lacérant avec une paire de ciseaux aux lames acérées. Ensuite, on le découpe en petits morceaux qu’on fourre prestement dans les pochettes des personnalités comme de vulgaires mouchoirs !

Et pourtant, dans la plupart des pays civilisés et même dans la sous-région ouest-africaine, les autorités ont renoncé définitivement à lacérer leur drapeau national. Ces pays ont préféré remplacer leur drapeau par un ruban bleu, blanc, rose, rouge, jaune ou autre orné d’un magnifique nœud stylisé ou une très belle fleur artificielle. Symbole pour symbole, pourquoi bon sang ne nous limiterions nous pas à couper ce genre de ruban en papier ou en tissu de n’importe quelle couleur. D’autant plus que chaque couleur véhicule un message précis. Le blanc est signe de pureté, de vertu et de paix. Le rouge signifie optimisme, triomphe et combativité. Le jaune représente la jeunesse, l’audace et la lumière. Le vert est la couleur de l’espérance, de l’Islam, du renouveau et de la charité. Le rose rappelle l’amour, la fidélité et la pureté. En découpant des rubans non sacralisés de ces différentes couleurs, le résultat serait sûrement le même et notre emblème national n’en souffrirait plus. En plus, cela montrerait à nos compatriotes qu’on ne peut guère vouloir quelque chose et son contraire. On ne peut pas aimer, sacraliser et respecter l’emblème de son pays tout en le charcutant avec plaisir et en le piétinant lors des inaugurations et autres mouvements de foule!


Étant de la première génération qui a chanté l’hymne de la Fédération du Mali à l’école élémentaire, c’est pour moi une belle occasion de rappeler les leçons d’instruction civique enseignées à l’école de Sénéfobougou (devenue Insa Coulibaly). Feu Abdoulaye Thiam (Que Dieu soit satisfait de lui) nous a toujours appris qu’un drapeau, qu’il soit sous forme de fanion, d’étendard, de pavillon, d’oriflamme ou sous sa forme classique, est une pièce d’étoffe attachée à une hampe. Il symbolise la personnalité juridique collective d'un groupe ou d'une communauté.

Il représente un État, une nation, une région, une province, une ville, une compagnie commerciale ou un régiment. Il permet, grâce à ses couleurs et à son emblème de se singulariser dans le cadre de rassemblements pacifiques, sportifs ou guerriers. Sa destruction ou sa prise pure et simple signifie la dissolution ou la capture de la personnalité juridique qu'il représente. Il faut donc le respecter. C’est un devoir civique qui pèse sur tous les citoyens du Monde.

Dans les écoles du soldat et autres centres de formation militaire, il est enseigné les différents protocoles requis pour le drapeau. Ainsi, il est mal vu de laisser un drapeau flotter la nuit à moins qu’il ne soit équipé d’un éclairage adéquat. Il n’est pas non plus approprié de laisser flotter un drapeau lorsque les conditions météorologiques ne sont pas favorables. Enfin, il est universellement condamné, par la loi ou du moins par la morale et la fierté d’appartenance ou de représentation à une nation ou une organisation, de laisser flotter un drapeau dégradé, décoloré, en lambeaux, sale ou qui s’est enroulé autour de son mât. Par volonté de respect pour celui-ci, le drapeau ne doit jamais toucher le sol. Il est d’usage de saluer le drapeau lorsqu’on le hisse sur son mât et lors de sa descente. Le pliage, le transport et la garde du drapeau obéissent à un cérémonial immuable. Le cercueil des dignitaires de la République ainsi que celui de soldats morts en service commandé ou à l’étranger sont recouverts du drapeau national lors de leur rapatriement et de leurs obsèques.

Pour terminer, je voudrais que mes amis islamologues ou autres frères en Islam me comprennent bien. Je ne lance pas un appel pour la vénération d’un objet, car, tout comme eux, je sais que seul Dieu le Maître des cieux et de la Terre mérite d’être vénéré. Je ne commets aucun shirk (péché d’association), mais j’appelle simplement mes compatriotes au respect du symbole majeur qui partout dans le Monde, représente ce pays qui nous est si cher et qui a pour devise « Un Peuple – Un But – Une Foi ».

C’est pour les raisons essentielles que voilà que je voudrais encore une fois, m’adresser très respectueusement à Monsieur le Président Macky Sall, pour lui dire : « S'il vous plaît Monsieur le Président, continuez d’inaugurer, mais après avoir donné l’exemple, interdisez la lacération du drapeau de notre pays lors des inaugurations. Ce symbole ne doit plus être charcuté, par respect pour ces milliers de soldats qui sont morts en service commandé au Sénégal et ailleurs pour défendre son honneur, sa valeur et son intégrité au nom de la Patrie ! Que Dieu le Tout-Puissant protège le Sénégal et tous ceux qui comme vous et moi, l’aiment avec fureur ! ».


Colonel Moumar GUEYE
Écrivain
Grand Officier de l’Ordre du Mérite
E-mail : moumar@orange.sn

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Mamadou Seyba Traoré le 27/07/2012 20:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
D'accord avec toi Colonel. J'ai lu la première contribution avec le même intérêt. C'est vrai que ceux de ma génération constatent avec beaucoup de désolation le manque notoire de respect envers notre drapeau national. Nous avons été élevés dans le culte du respect absolu du drapeau. Je me rappelle encore des récits héroïques magnifiant les soldats rampant dans le noir et le froid, perdant tout leur sang mais veillant farouchement à ce que le drapeau national ne touche terre! Voir à présent ce symbole délavé, déchiré, crasseux flottant devant des bâtiments officiels heurte et blesse franchement. Il y a juste que pour le ruban tricolore servant pour les inaugurations ne peut, à mon avis être considéré comme le drapeau national. La description du drapeau est claire et à force de loi: trois bandes verticales: vert, jaune et rouge frappées d'une étoile verte sur la bande jaune. Le ruban représente des bandes horizontales et l'étoile n'y figure pas. Il s'agit donc d'une référence, à la limite stylisée,à la symbolique nationale en tant qu'identifiant d'une réalité historico-politique. Dans nos pays en construction, toute nouvelle édification ou construction prend valeur de consolidation de notre être au monde. Sous cet angle je ne suis pas choqué que l'on retrouve un rappel de nos couleurs nationales au moment ou on les étrenne: c'est aussi une certaine manière de dire la fierté nationale. Pour tout le reste j'adhère et partage ton indignation. Peut-être devrait-on diffuser largement ta contribution et le livre de l'excellent Colonel(E.R)Mamadou Lamdo Touré "La symbolique nationale du Sénégal" dans nos établissements scolaires!

2.Posté par Abdoul Kader Fall le 27/07/2012 20:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Aimons nos symboles chers compatriotes. je salue par ailleurs l'attitude adopte par notre Presi. Thank's

3.Posté par kloity le 23/08/2012 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mon cher Colonel,
J'ai appris à l'école primaire, ainsi que vous le dites vous même, qu'il faut respecter les symboles de la Nation sénégalaise. J'y ai aussi appris que le drapeau sénégalais était composé des couleurs verte jaune et rouge avec une étoile au milieu. Sans l'étoile le drapeau n'est point sénégalais, il en est de même de la disposition des couleurs qui sont dans le sens de la verticale je crois. Dés lors je me demande comment pouvez vous dire qu'on lacère notre drapeau à chaque inauguration ? S'il est vrai que les rubans sont souvent aux couleurs nationales, ils n'en sont pas pour autant des drapeaux pour les raisons sus indiquées ( absence de l'étoile et disposition des bandes colorantes). Ce ne sont que de simples rubans et non des drapeaux !!! La preuve vous ne vous serez jamais incliné ou arrêté devant un ruban d'inauguration avec les couleurs verte jaune et rouge !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET