Dr OUSMANE LO SUR LA SECURITE ALIMENTAIRE : « Attention au dibi ! »

Mercredi 11 Janvier 2012 - 20:23

Dr OUSMANE LO SUR LA SECURITE ALIMENTAIRE : « Attention au dibi ! »
L'abattage clandestin est une menace pour la sécurité alimentaire. Et la pratique a de beaux jours devant elle selon le docteur vétérinaire Ousmane Lô, conseiller municipal à Louga et président de la commission Elevage, Agriculture, Emploi et secteur informel qui prévient les amateurs de «dibi » (viande grillée).



(Correspondance)-Que les consommateurs de «dibi» fassent attention. Toutes les dibiteries ou gargotes ne sont pas soumises aux visites des vétérinaires. C'est le docteur vétérinaire Ousmane Lô qui le souligne à l'endroit des consommateurs. Le risque, c'est d'attraper des maladies bactériennes dont les conséquences peuvent être non négligeables chez les consommateurs. En réalité, pour Dr Lô, conseiller municipal à Louga et président de la commission Elevage, Agriculture, Emploi et secteur informel, la consommation de la viande requiert certaines précautions d'usage que nos ménages ne suivent pas toujours. Ce qui peut causer bien des ennuis de santé chez les consommateurs. En Europe, dit-il, «il ne leur vient jamais à l'esprit de tuer un animal sans contrôle au risque de se soumettre aux rigueurs de la loi. Nos émigrés n'osent pas tuer un mouton chez eux le jour de la Tabaski».

La raison, selon le vétérinaire, «cela veut dire que la production de la viande part d'abord de l'animal de son vivant jusqu'à sa consommation, (car) le processus doit passer des abattoirs jusqu'aux domiciles en passant par le marché». «Pourquoi les abattoirs ? Parce que c'est à ce niveau qu’interviennent les vétérinaire; dont le rôle est de vérifier, la qualité de la viande, l'état de santé de l'animal au cas où il pourrait exister des risques de consommation», répond-il. Ainsi, il avertit les gourmands qu'il y a des maladies qui proviennent de la viande appelée zoonose . À l'en croire, la viande présente bien des caractéristiques qui peuvent causer parfois des problèmes de santé comme cette maladie que les Wolofs appellent «fett» ou charbon symptomatique. Aussi il y a la maladie que nos parents appellent «saa» causée en général par la présence de ténias dans la viande. Car, selon le docteur, «le ténia vit même après la mort de l'animal ». Il suffit, d'après le vétérinaire, que la cuisson n'atteigne pas le seuil d'invulnérabilité, que ces ténias, une fois dans le ventre du consommateur, se reproduisent et occasionnent des troubles digestifs.

Mais, si tous ces risques existent jusque-là chez nous, c'est parce que, selon Ousmane Lô, «le travail du vétérinaire est le plus dévalorisé au Sénégal». Dans le département de Louga, il existe plusieurs communautés rurales qui n'ont pas de vétérinaire. Le résultat est que dans ces zones, la consommation de la viande se fait sans avis médical. Ce qui fait dire au vétérinaire que l'abattage clandestin a de beaux jours au Sénégal. «Des cas nous ont été signalés au marché de Louga. Beaucoup de bouchers, le soir, font de l'abattage clandestin au vu et au su de tout le monde», regrette Dr Lô.

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET