Echauffourées entre pêcheurs et forces de l’ordre : Le calme est revenu à Saint-Louis

Lundi 10 Mars 2014 - 22:53

Le calme est revenu à Saint-Louis après des échauffourées entre les forces de l’ordre et les pêcheurs de la Langue de Barbarie. Le dispositif sécuritaire a été renforcé dans la ville avec l’arrivée d’un contingent du Groupement mobile d’intervention (Gmi) pour empêcher le moindre regroupement de jeunes à Guet-Ndar et à Santhiaba.
Stationnés à la descente du pont Faidherbe et à hauteur du monument aux morts de Guet-Ndar, deux camions dragon ont permis aux forces de sécurité de dissuader certains manifestants qui commençaient déjà à se réorganiser en vue de troubler à nouveau l’ordre public. A Guet-Ndar, les médiations entreprises par le président du « kurel des 2 raakas » Ahmeth Fall, le représentant des Khadres Chérif Mamour Aïdara, Cheikh Ablaye Sène, Yaly Fall, El Hadj Moctar Guèye, les imams des grandes mosquées qui ont prononcé des sermons axés sur la paix et plusieurs autres notables ont permis aux pêcheurs de se ressaisir et de revenir à de meilleurs sentiments. Les concertations se poursuivent aujourd’hui dans un hôtel de la place.
Ce mouvement d’humeur des piroguiers est un signal fort adressé au gouvernement par les pêcheurs, a déclaré Ameth Fall, exigeant plus de considération pour ces jeunes qui n’ont fait qu’extérioriser leur colère. Le candidat libéral à la mairie a invité les autorités mauritaniennes à généraliser l’octroi des licences de pêche destinées uniquement aux pêcheurs des sennes tournantes. Des milliers de pêcheurs de Gallou Tallar et de Feélé Félé ont besoin aussi de ces documents importants qui doivent leur permettre de pêcher dans la zone maritime mauritanienne.
Le député de « Bok Guis Guis », Me Abatalib Guèye, a, lors d’une rencontre avec la presse, indiqué qu’il avait sensibilisé, à l’occasion de leurs Déclarations de politique générale, les Premiers ministres Abdoul Mbaye et Aminata Touré sur l’urgence et la nécessité de se pencher sérieusement sur les problèmes des pêcheurs de la Langue de Barbarie. Il est temps, selon Me Guèye, que l’Etat mette en place à la frontière maritime « un dispositif de garde-côtes sénégalais chargés de défendre, de remettre à l’ordre et de protéger nos pêcheurs souvent victimes de chantages, de rackets, de rançons et autres tracasseries perpétrées par nos partenaires mauritaniens ».

Mbagnick DIagne
LE SOLEIL

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET