Esclavage actuel: Le Sénégal classé 11e sur 183. La Mauritanie, premier pays esclavagiste.

Vendredi 18 Octobre 2013 - 07:38

Esclavage actuel: Le Sénégal classé 11e sur 183.  La Mauritanie, premier pays esclavagiste.
Trente millions d'esclaves dans le monde

L'ONG Walk Free publie ce jeudi un classement des pays pratiquant l'esclavage moderne, crime méconnu et multiforme.

Liberation.fr - Travail forcé, enfants vendus, jeunes femmes mariées de force, servitude pour dette, enfants soldats... L’esclavage existe encore. Dans sa version dite «moderne», il concerne près 30 millions de personnes dans le monde, selon une enquête d’une nouvelle ONG basée en Australie, Walk Free. Cet esclavage aux formes multiples est mal connu, pas toujours facile à identifier et encore moins à mesurer. Il demeure loin des regards, derrière les murs des maisons, des communautés, des usines. C’est un crime caché. Mais toutes ses victimes, souligne l'ONG, ont en commun d’être «utilisées et dominées par quelqu’un d’autre pour en tirer profit, exploitation sexuelle ou simple jouissance de domination».

C’est la première fois que cette organisation publie un classement des pays en fonction de la «prévalence de l’esclavage». L'indice a été établi en combinant trois facteurs : la prévalence estimée de l’esclavage dans chaque pays rapporté à sa population, le mariage des enfants, et les données relatives au trafic d’êtres humains.


La Mauritanie, premier pays esclavagiste


Le pays abriterait 150 000 esclaves sur une population de 3,7 millions d’habitants. On parle là d’esclavage absolu : des hommes, des femmes, des enfants sont la propriété de leur maître et à leur totale merci. Ils ne peuvent rien posséder eux-mêmes. Ils peuvent être vendus, loués, échangés, offerts. Pire, l’esclavage y est souvent héréditaire. On peut encore naître esclave en Mauritanie. Il est d'autant plus difficile de lutter contre cet état de fait que plupart de ces victimes sont illettrées et n’ont pas connaissance de leurs droits, souligne l’ONG.

Quatorze millions d’esclaves en Inde

Deuxième pays le plus peuplé au monde avec 1,2 milliard d’habitants, l’Inde combine pauvreté et système de castes, deux facteurs qui favorisent l’esclavage et en particulier le travail forcé, décrit l'ONG. Nombre d’esclaves le sont au sein de leur village d’origine. Des communautés entières dans des villages du Nord sont forcées de fabriquer des briques, de travailler dans des carrières ou de tisser des tapis. Le mariage forcé est aussi encore très répandu.

L’ONG note cependant des progrès du point de vue de l’arsenal juridique, l’Inde ayant en avril 2013 introduit dans son code pénal la criminalisation de toute forme de trafic humain.

La France touchée aussi

Selon l’estimation de Walk Free, 8 500 personnes vivent dans les conditions de l’esclavage en France (classée 139e sur 160). A deux reprises, Paris a été condamné par la Cour européenne des droits de l’homme pour n’avoir pas mis en conformité son droit avec la notion d'«état de servitude», alors que des dossiers d’esclavage moderne passent régulièrement devant la justice française. Il s'agit souvent de jeunes femmes d'origine étrangère employées comme «domestiques» dans des familles riches qui les exploitent et les maltraitent.

En mai dernier, les députés ont finalement adopté un amendement PS créant un crime d’esclavage et de servitude puni de quinze ans de réclusion.

Dix pays concentrent 22 des 29,8 millions d'esclaves

En nombre absolu, les dix pays qui comptent le plus d'esclaves sont l’Inde (14 millions d’esclaves) suivie de la Chine (2,9 millions), du Pakistan (plus de deux millions), du Nigeria, de l’Ethiopie, de la Russie, de la Thaïlande, de la République démocratique du Congo (RDC), de la Birmanie et du Bangladesh.

Le Bénin, terre d’enfants esclaves

Au Bénin, pays de 10 millions d’habitants classé 7e du classement de Walk Free, l’âge officiel minimum pour travailler est de 14 ans. L’éducation y est gratuite et obligatoire jusqu’à 11 ans seulement. Aussi des dizaines de milliers d’enfants victimes des trafics humain se retrouvent dans les villes du pays ou dans celles des pays voisins pour y être exploités dans la rue, dans des bordels ou dans des champs de coton. Beaucoup sont aussi «domestiques». Des petites filles placées dans des familles par leurs parents trop pauvres pour s’en occuper se retrouvent bonnes à tout faire dès l’âge de 7 ans.
b[

Esclavage actuel: Le Sénégal classé 11e sur 183.  La Mauritanie, premier pays esclavagiste.

Esclavage actuel: Le Sénégal classé 11e sur 183.  La Mauritanie, premier pays esclavagiste.

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET