Femmes et Pouvoir: Les Linguères du Walo.

Vendredi 7 Mars 2014 - 18:18

Femmes et Pouvoir: Les Linguères du Walo.
A la veille de la célébration de la journée mondiale de la femme, en hommage à la femme sénégalaise nous voulons revisiter l’histoire politique de l’ancien royaume Walo ou la femme à travers les célèbres Linguère eurent à jouer des rôles de premier plan
Dans la société traditionnelle wolof, la filiation maternelle a toujours joué un rôle central dans la trame de la société. A titre d’illustration dans la tradition wolof les hommes portent comme second prénom celui de leur mère et les fidèles de nos différentes confréries vénèrent en plus du saint fondateur leur sainte mère.
Le xeet ou meen est un lignage qui regroupe l’ensemble des descendants d’un ancêtre commun par filiation matrilinéaire.
Au Waalo il y avait trois familles xeet garmi et pour être élu Brack par l’assemblée des grands électeurs le Seb Ak Baor il fallait impérativement appartenir à ces trois lignées royales matrilinéaires : Tediek, Dyoos et Loggar et porter le patronyme Mbodj c
Pour rappel de l’origine des trois lignées matrilinéaires princières du Walo tout d’abord la lignée Loggar c’est Barka Bo,le demi frère de Ndiadiane Ndiaye qui épousa Fadouma Youmaiga qui appartenait à une tribu berbére venant de l’Est et qui s’était installée à Ménguégne Boye plus précisément à Gouyar Mboyoro Ngaar tout prés de l’actuelle ville de Saint Louis .De cette union, Barka Bo eut deux fils et une fille Déguene Mbodj qui sera l’ancêtre matrilinéaire des Loggar.
Ensuite pour la seconde lignée d’origine peule celle des Tediek c’est le même Barka Bo qui épousera en secondes noces, Tegue Dioumougue et eut une fille Yacine Mbodj ancêtre matrilinéaire des Tedieks.
Pour résoudre l’énigme de l’apparition mystérieuse de Ndiadiane Ndiaye le lamane Diaw envoya une délégation au Sine à Ndiakhao chez Méissa Waly Ndione .A son retour au Walo, parmi la délégation se trouva une femme sérére Ndoye Demba,qui sera épousée par le Brack Thiaka Mbaar Mbodj . De ce mariage naquit le brack Dyoos Yérim Mbagnick Ndoye Demba Mbodj et sa soeur Bokhal Demkhal qui sera l’ancêtre matrilinéaire de la lignée Dyoos d’origine sérère

Chacune de ces lignages constituait une personnalité morale supérieure aux membres qui la composaient, il assurait l’appropriation collective, la jouissance et la transmission de la propriété foncière, des biens, esclaves et des privilèges (Ndombo Tank.)
La doyenne de chaque xeet appelée Dié ou Linguere bénéficiaient de saas , d’apanages et elle était chargée de veiller au patrimoine , de maintenir son intégrité et de répartir de façon juste entre les membres, les biens et terres relevant du domaine lignager.
Pour l’élargissement de la clientèle du matrilignage, les femmes de xeet garmi organisaient des xawaré qui étaient d’importantes fêtes de prestige ou des cadeaux étaient distribués. Ces xawarés étaient des cadres leurs permettant d’afficher une grande générosité, d’être entouré de courtisans richement vêtus.
Avec ce pouvoir économique les doyennes de ces familles xeet eurent à jouer des rôles très importants dans la conquête et la conservation du pouvoir des Brack au Walo.
Au début les Linguères se contentaient avec leurs stations stratégiques d’influer sur l’élection du Brack et des différents Kangames mais avec le concours des circonstances elles arriveront à un contrôle absolu du pouvoir politique du Royaume.
On pourra illustrer ce rôle d’influence par la lutte pour le pouvoir entre les Tédiek et les Loggar à la fin du XVIIeme siècle sous le règne du Brack Bër Tyaaka,
La Linguère Dyambourguel tante maternelle du Brack chef du matrilignage loggar pour conserver le pouvoir de sa famille imposa au Roi de nommer les deux fils de sa sœur de même père et même mère Dégeune Mbodj à savoir Natoogo Dégeune au poste de Kadjj (premier vice roi) et au poste de Briock (deuxième vice roi) pour Démbané Dégeune. Ces nominations se firent au détriment des princes tedieck fils de sa demi-sœur de même père Aram Bakar à savoir Yerim Mbagnick Aram Bakar ,Ndiack Aram Bakar et Natoogo Aram Bakar .
Évincés ces princes, se révolteront et à la fin d’une guerre civile qui verra la mort de Brack Beur Thiaka ils finiront par prendre le pouvoir et le conserveront jusqu’au milieu du XVIIIeme siècle.
Le début du 19 eme siècle verra une prise totale du pouvoir par les trois Linguères Tedieck Fati Yamar Khouryaye et ses deux filles Les Linguères Ndieumbeut , et Ndaté Yalla Mbodj qui eurent à exercer directement le pouvoir cohabitant avec des Bracks honorifiques sans pouvoir réel.
Ce fut un précédent unique en Sénégambie ; des femmes exerçant le pouvoir suprême dans un royaume. Il faudra comprendre les circonstances exceptionnelles qui ont permis l’irruption de ces femmes au devant de la scène.
La famille royale Tedieck avait deux branches : Une branche aînée descendant de Aysa Naalew qui a fourni la quasi-totalité des bracks Tédiecks.
Une branche cadette descendant de Niasse Yatma qui n’a eu qu’un seul Brack mais dont les femmes étaient utilisées dans des alliances matrimoniales pour renforcer le pouvoir de la lignée.
Durant tout le 18eme siècle de façon continue la lignée Tedieck de Keur Aysa Naalew eut à exercer le pouvoir à travers les règnes successifs des bracks Yérim Mbagnick Arame Bakar Ndiack Arame Bakar et Naatoga Arame Bakar.
L’exercice continu du pouvoir de la famille Tedieck de Keur Aysa Naalew avait permis à celle-ci d’accumuler avec le commerce atlantique beaucoup de biens et d’esclaves, de renforcer leur clientèle et de s’attacher les esclaves de la couronne.
A la mort du Brack Loggar Fara Peinda Tégue Rella vers 1795 c’est son fils le Tedieck Ndiack Coumba Khouriyaye Mbodj qui lui succédera. Ce fut le début de la mainmise directe des femmes tediecks sur le pouvoir.
A prés quelques années de règne le Brack Ndiack Coumba Khouriyaye Mbodj fut atteint de folie, sa sœur, la Linguére Tegue Rella Khouriyaye Mbodj assura la plénitude du pouvoir ; la folie du Brack fut soigneusement cachée et il sera éloigné de la capitale Nder et exilé à Dagana ou il mourut.
La linguére Tegue Rella Khouriyaye Mbodj proposa au Dyoss Saayoodo Yacine Mbodj de partager avec lui le pouvoir mais le régné de ce dernier ne dura que 5 ans .
A la mort du Brack Dyoss Saayoodo Yacine Mbodj la Linguére tedieck Fati Yamar Khouryaye qui avait remplacé sa sœur La Linguère Tegue Rella Khouriyaye proposa au Seb ak Baor la candidature de son cousin utérin tedieck demeurant à Sagatta au Cayor, le Bargueth Kouly Mbaba Diop . Ce fut l’unique fois au Walo qu’un tagne fut élu Brack.( c'est-à-dire un prince appartenant à l’une des trois matrilinéaires et ne pas porter le nom Mbodj).
La réalité du pouvoir était ainsi dans les mains de la Linguere Tégue Rella Khouriyaye qui avait réussi à faire élire un Brack qui n’avait pas toute le légitimité constitutionnelle, dont le père était originaire du Cayor.
Pour mieux contrôler le nouveau Brack , la Linguére Fati Yamar Khouryaye lui donna en mariage sa cousine Arame Bakar Adam Sall Mbodj qui appartenait à la branche cadette Tedieck (Niasse Yatma).
A la mort du brack Kouly Mbaba Diop la Linguere Fati Yamar Khouryaye proposa aux Dyoos de partager avec le pouvoir. Elle épousa le Dyoos Amar Fatim Borso qui fut élu Brack , mais pour sauvegarder les intérêts des Tediecks, il fera nommer Kaddj (premier vice Brack) son neveu le fils de sa grande soeur Tegue Relle Khouriyaye , Yérim Mbagnick Tegue Rella .
De cette union naquirent les princesses NDieumbeut et Ndaté Yalla.
Le 8 Mai 1819 , le Colonel français Schmaltz rescapé du célèbre radeau de la Méduse signa avec le Brack Amar Fatim Borso Mbodj le traité de Ndiao ,qui devait permettre à la France de créer des établissements de culture et de construire des forts pour les protéger des peuples voisins à Dagana et sur la rivière Taouey près du village de Ndioukouk.
Ce fut la levée de boucliers des peuples voisins .Le 21 Septembre 1819 le Brack Amar Fatim Borso et ses principaux ministres furent attaqués à Thiaggar par le roi du Trarza Amar Ould Moctar .Le Brack sera blessé et évacué à Saint Louis.
Le 7 Mars 1820 la capitale Nder fut prise malgré la résistance organisée, par le Kaddj Yérim Mbagnick Tégue Rella.
Refusant de se laisser capturer la Linguere Fati Yamar Khouryaye choisit de se brûler vive dans la grande case avec ses courtisanes. Elle avait pris le soin de faire évacuer ses deux filles les princesses NDieumbeut et Ndaté Yalla vers Ronkh chez leur tante paternelle NDickou Fatim Borso.
Le Kaddj Yérim Mbagnick Tegue Rella organisa la contre offensive du Walo. Il battit et poursuivit le roi du Trarza Amar Ould Moctar jusqu’au cœur du pays maure .Les Trarzas eurent plus plus de 150 hommes tués.
Le Kaddj Yérim Mbagnick Tégue Rella captura la smala d’Amar Ould Moctar et coupa les deux oreilles de toutes les princesses maures dont celles de Mrasse Mint la mére Mohamed Ould Habib (qui sera plus tard l’époux de la Linguére NDieumbeut).
Quoique très jeune la princesse NDieumbeut Mbodj succéda à sa mère et fut proclamé Linguére.
A la mort de son père le Brack Amar Fatim Borso Mbodj en 1825 le Kaddj Yérim Mbagnick Tegue Rella accédera au trône. Il n y avait plus de bicéphalisme car la Linguére Fati Yamar Khouryaye et son cousin le Brack étaient de la même lignée matrilinéaire tedieck ,de la branche ainée de Aissa Nalew.
Le règne de Brack Yérim Mbagnick Tegue Rella fut de courte durée car il mourut en décembre 1827.
Le pouvoir vacant était entre les mains de la Linguére NDieumbeut qui cherchait un candidat Brack qui ne lui ferait pas ombrage. Elle jeta son dévolu sur le Tedieck (de la branche cadette Keur NiasseYatma ) Fara Peinda Adam Sall Mbodj qui bien que aîné de Yérim Mbagnick Tegue Rella n’avait pas été proposé Brack lors de la mort de Amar Fatim Borso. Il fut un Brack par défaut , l’essentiel du pouvoir était exercé par la Linguère NDieumbeut qui épousera le roi du Trarza .L’ambition de la Linguére NDieumbeut était que l’enfant issu de ce ménage puisse avoir une double légitimité car étant de lignée matrilinéaire tedieck,, il pouvait prétendre à la tête du royaume du Walo et par le patriarcat devenir aussi roi du Trarza.
A la mort du Fara Peinda Adam Sall Mbodj le 30 Octobre 1840 la Linguère NDieumbeut usa de toute son influence auprès du Seb ak Baor afin de faire triompher son candidat Meu Mbodj Malick au détriment du candidat de la colonie Yérim Mbagnick Mbodj.
Pendant les trois jours de consultation pour l’élection du Brack à Ndiaw la Linguère envoya chaque jour la somme de 500 francs à l’assemblée des grands électeurs. Au troisième jour le Diawdine Charles Duprat demanda à la Linguere NDieumbeut de lui présenter un candidat .La Linguère proposera le Loggar Meu Mbodj Malick qui sera élu.
D’emblée on peut comprendre que le Brack Meu Mbodj Malick ne pourra être que sous l’influence de celle qui l’a fait roi en l’occurrence la Reine NDieumbeut Mbodj . Le Brack sera éloigné du centre du pouvoir, de la capitale Nder et va résider à Khouma. La Linguere Njeumbeut donnera en mariage au Brack sa cousine utérine Isseur Diop de la branche cadette des Niasse Yatma (fille du Brack Kouly Mbaba Diop et nièce du Brack Fara Peinda Adam Sall Mbodj).
De fait La Linguère Njeumbeut gouvernera le pays avec son mari Mohamed el Habib le roi du Trarza.
À la mort de la Linguère NDieumbeut sa sœur Ndaté Yalla sera proclamé Linguère avec tout le faste requis le 1er octobre 1840 ; la colonie avait même envoyé Monsieur Caille Directeur des affaires extérieures pour la représenter.
Le mariage de la Linguere NDieumbeut avec le roi du Trarza avait crée de forts ressentiments au niveau de la classe dirigeante du Walo.
Les tediecks pour apaiser le courroux des kangams donnèrent en mariage la princesse Ndaté Yalla au puissant Béthio Sakoura Diop.
La Linguère Ndaté Yalla choisira de se marier en secondes noces avec Tassé Diop. Ce dernier était le fils du Brack Kouly Mbaaba Diop et d’une princesse guelewar. La Linguère va gouverner de fait avec son mari qu’il va nommer Maaroosso (gouverneur de la province de Rosso) et lui confier la direction des armées.
Toutes les correspondances entre la colonie du Sénégal et le Walo portérent la signature de la Linguère Ndaté Yalla.
Durant son règne la Linguère Ndaté Yalla eut à faire face aux velléités coloniales du gouverneur Faidherbe .La Linguère adopta une politique d’hostilité et de résistance .A travers toutes ces correspondances à la colonie elle ne cessait de réaffirmer sa volonté de défendre sa souveraineté sur toute l’étendue du Walo.
En 1847 elle imposa un blocus autour de l’ile de Saint Louis et revendiqua ses droits aux iles de Boye et de Sor.
Au niveau intérieur la Linguère Ndaté Yalla est en butte face à l’hostilité des kangams qui voyaient d’un mauvais œil le pouvoir grandissant de « l’étranger » le mari de la Reine le Maarosso.
Fragilisée de l’intérieur le pouvoir de la Linguére s’écroulera rapidement le 25 janvier 1855 face aux troupes coloniales du gouverneur Faidherbe .
Vaincue Ndaté Yalla s’exilera à Ndimb à la frontière avec la province du Ndiambour. Ainsi prit fin le règne des bracks et le Walo devient la première colonie française d’Afrique noire.
La constitution de monarchie élective du Walo excluait les femmes du pouvoir ,mais à la fin du royaume les Linguères NDieumbeut et Ndaté Yalla ont réussi à usurper le pouvoir de bracks . L’ascension de ces femmes aura paradoxalement fragilisé le fonctionnement des institutions du royaume et facilité les desseins coloniaux de la France.
Le regime des Brack avait débuté avec la femme, il se terminera avec la Linguere Ndaté Yalla

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET