Festival Jazz : au début une affaire entre cinq copains

L’histoire d’un festival de jazz à Saint-Louis a germé dans la tête de cinq natifs de cette vieille ville : Aboukhadre Diallo, Badara Sarr, Aziz Seck, Laye Sarr et Khabane Thiam.

Mercredi 15 Juin 2011 - 13:28

Festival Jazz : au début une affaire entre cinq copains
L’histoire d’un festival de jazz à Saint-Louis a germé dans la tête de cinq natifs de cette vieille ville : Aboukhadre Diallo, Badara Sarr, Aziz Seck, Laye Sarr et Khabane Thiam. Ces derniers avaient mis sur pied un Groupe d'initiative pour les festival jazz de Saint-Louis. Ils ont organisé deux éditions successives (1991 et 1992) non répertoriés dans le décompte des organisateurs actuels avant que l’événement ne les échappe pour échoir à d’autres.

L’événement était fixé au départ au mois d’aout. Un souci de profiter de l’engouement créé autour de la fête de l’assomption à Saint-Louis pour créer un événement, selon Khabane Thiam. A mon retour d’Europe j’ai voulu créer un événement semblable à celui du festival de Guadeloupe et j’ai convié des amis qui ont répondu pour la première édition, ajoute-t-il.

Un autre membre de ce quintet l’explique par un souci de créer un événement pour vendre une auberge qui venait de naitre dans la ville par ce festival. Leurs avis se recoupent dans le souci de faire de la vieille ville un foyer culturel et le lieu de rendez-vous des hommes de cultures.

La première édition organisée en 1991 a eu lieu à la chambre de commerce et khabane s’en rappelle comme si c’était hier. ‘’Il y avait deux groupes de jazz de Saint-Louis parmi lesquels celui de Khabane. la deuxiéme aura lieu au Racing club avec quatre orchestres deux dakarois et autant de la vieille ville. ‘’Par la suite, le centre culturel français nous a sollicités pour changer les dates mais nous avons refusé et ils ont organisé sans nous associer en prenant soin de l’appeler festival international de jazz de Saint-Louis’’, affirme khabane. Qu’importe, déclare-t-il Saint-Louis a maintenant son festival et la paternité porte peu. Le même sentiment l’habite quand on l’interpelle sur son degré d’implication actuelle quant à l’organisation. ‘’Aucun implication mais je joue toujours avec mon orchestre le seul de jazz de la vile durant le festival dans un orchestre de la place’’, se réjouit-il. ‘’Ils son assez autonome et ils n’ont pas besoin de moi’’, laisse entendre humblement Khabane.

Le festival a été organisé pour la première fois par le centre culturel français à la maison Peryssac, actuel Sonatel dans une petite salle, soutient Papis se souvenant qu’à l’époque ‘’nous n’avions pas été impliqués dans l’organisation mais l’essentiel était ailleurs. La joie de voir nos fleures arrosées par d’autres nous comblait de joie’’.


Cheikh Saad Bou SEYE

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !
NDARINFO TV

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET