Gouvernement Macky II : L’offensive des lobbies et des forces dominantes ?

Lundi 9 Septembre 2013 - 22:04

Gouvernement Macky II : L’offensive des lobbies et des forces dominantes ?
Comme d’habitude, le dernier gouvernement Macky II, a suscité des remous et beaucoup de controverses. Quelque part il a été question d’une ‘’erreur de casting’’, au sujet de la nomination de Me Sidiki Kaba au département de la justice lors du dernier remaniement. Mais pensons que celle-ci ( à l’instar de celle d’Aminata Niane, à l’époque), peut découler plutôt d’ injonctions venant de groupes d’intérêts donc de lobbies qui voudraient voir, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, l’accélération de la cadence vers la libération de Karim Wade et de ses camarades de l’ancien régime. Soulignons que Me Kaba a été appelé, et n’est pas demandeur. Donc que l’on arrête, de grâce, de désigner une fausse cible et de s’en prendre au principal responsable, le président de la République, qui nomme en toute connaissance de cause, à tous les postes de responsabilité. Civile ou Militaire.

Qu’est ce qui explique les déplacements intempestifs ces temps derniers, du Président Maky, entre Rabat- Paris-Ougadougou-Brazaville-Libreville ? ‘’Consultations’’, ‘’Directives’’ ou ‘’injonctions’’ auprès des grands dignitaires de la ‘’Françafrique’’ ou autres ? Après la nomination du ministre de la justice, des ‘’experts’’ de la communication sont montés au créneau pour brouiller les pistes et endormir les sénégalais avec des termes : ‘’Avocat émérite, avocat talentueux etc.’’ Et après, au service de qui ? Heureusement que nos compatriotes sont en avance sur eux en ce qui concerne les enjeux de l’heure. L’un d’eux, le talentueux et courageux chroniqueur, notre ami Momar Dieng, du journal l’Enquête, n’a pas manqué de souligner que : ‘’ Il n’est interdit à personne de penser que l’arrivée de Sidiki Kaba à la justice, vise à organiser le sabotage des principes de la criminalisation des ‘’actes anti-nature’’ au Sénégal. Il ajoute : ’’ Le citoyen Lambda est libre de penser que partout dans le monde, il y a des besognes basses qu’il n’est pas indiqué de faire aux plus hautes autorités d’un Etat.’’ (Enquête du 05/092013). Il importe de préciser aux juristes-experts-propagandistes, qu’on ne peut pas pourfendre, hier, la CREI ( Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite), braver les convictions socio-politiques des sénégalais et d’autres peuples (sur ordre, sans doute, des défenseurs des homosexuelles qui s’opposent à la polygamie et à la polyandrie), puis se lever, aujourd’hui, nous servir : ‘’ Il faut distinguer, l’avocat militant des droits de l’homme et le ministre de la République’’.

Comment peut-on s’opposer à la nomination, d’un militant d’un parti au pouvoir, au ministère de l’Intérieur, pour éviter des collusions d’intérêts politiques, et accepter celle de Me Sidiki Kaba, pourfendeur une de nos institutions judiciaires( ce dont il a le droit en tant que citoyen), au département de la justice ? Comment peut-on combattre le cumul du mandat du Président de la République avec les fonctions de Secrétaire général de Parti politique et défendre l’incongruité de la nomination de Me Sidiki Kaba ?

Un autre argument qui milite en défaveur de la nomination de Me Kaba , est celui qui renvoie, à la question de ‘’l’opinion ‘’,’’ l’expression de l’opinion’’ et ‘’l’obligation de réserve’’, corrélée au statut de l’agent public. Le conseil d’Etat français a rendu, dans ce domaine, des arrêts mémorables en montrant que le fonctionnaire, l’agent public a le droit d’avoir ses opinions. Mais la façon inconvenante de l’exprimer, peut l’exposer à des sanctions disciplinaires. Nous pensons à cette affaire qui portait sur le cas d’un Maire qui avait boudé une cérémonie officielle que présidait une autorité politique avec qui ce Maire ne partageait pas les mêmes opinions. Maintenant c’est par rapport à la violation du principe d’obligation de réserve que le ministre s’est totalement disqualifié pour occuper ce poste. Un ancien avocat, devenu ministre de la justice, doit-il pouvoir taxer de ‘’bourreau’’ son ex-adversaire, qui n’est pas encore jugé ?

Donc, plus clairement nous devons apprécier la nomination de Me Kaba, sous l’angle de ces principes-là. Si on les lui appliquait à rebours, au regard de ses opinions exprimées à l’endroit du gouvernement de Macky, il ne devrait pas être nommé au niveau du département de la justice. Car en toute logique, si Me Kaba avait tenu ces propos, non démentis, qu’on lui prête (surtout à propos de la CREI), étant membre du gouvernement, il cesserait d’être ministre de la République, sur le champ. ‘’ Un ministre ça la ferme ou ça démissionne’’, disait Jean Pierre Chevènement. Aussi un ministre de la République ne peut tout se permettre. C’est pourquoi il tombe, comme l’Avocat, sous le coup de cette sentence, chère à l’inspecteur du Trésor, René Célimène, à propos comptable public : ‘’Le Comptable public est toujours en état de suspicion préventive’’.

Nous disons en toute logique, car cette notion n’est plus dans l’air du temps, de nos jours. Sans quoi nous n’aurions pas entendu dire de la part d’un ‘’droitdelhommiste’’ , que la nomination de Me Kaba : ‘’C’est un réconfort, une garantie pour tous les citoyens de l’indépendance et la justice’’ (in l’As du 06 sept.2013).



Heureusement qu’à coté de lui, il y a eu des avocats qui ont tenu à sauver l’honneur de leur corporation, en marchant sur les justes pas de leurs confrères feu : Maîtres Ogo Kane Diallo, Fadilou Diop, anciens bâtonniers de l’ordre des avocats, Mbaye Niang etc. Mais en tout état de cause, la considération engrangée ailleurs, par le Ministre de la justice avant sa nomination, risque de s’éroder auprès de l’opinion s’il persiste à se faire maintenir.

Cela dit, seuls les naïfs peuvent être surpris des pirouettes et du coup de force de ceux qui nous gouvernent. Rappelons que de 25 membres du, promis avant mars 2012, celui du 1er septembre, le gouvernement de Maky en compte 32. Hormis les ministres, ‘’sans place ni portefeuille’’. Tous payés à ne rien faire, sinon injurier publiquement’, sans conséquences (comme l’a fait récemment, l’auteur du lugubre théoricien du ‘’coup d’Etat rampant’’), un honnête citoyen, non moins haut dirigeant du parti au pouvoir, l’APR (Maitre Alioune Badara Cissé, pour ne pas le nommer), qui n’a fait que donner son point de vue sur un sujet du débat national. C’est ça la bonne gouvernance, sobre et vertueuse ?

Mais c’est l’affaire de cette médiation pénale, en faveur de Tahibou Ndiaye qui peut conforter beaucoup de sénégalais à l’idée de que Me Kaba est en mission commando de ‘’déminage juridique’’. Alors que la loi est plus sévère à l’endroit d’un agent public qui vole les deniers de l’Etat, Macky-Mimi-Latif, + la coalition ‘’, ‘’Benno Bokk Yaakar’’, admettent que l’on puisse envoyer en prison un pauvre nigérien, battu presque à mort, pour tentative de vol de peaux de vache, et qu’au même moment, un ‘’HAUT’’ fonctionnaire qui vole 8 milliards, aille se la couler douce chez lui, après restitution des 3,6 petits milliards. Quel signal lance-t-on aux administrateurs et aux comptables publics ? ‘’ Détournez les deniers publics. Vous ne courez aucune sanction dès lors que vous êtes disposés à restituer la moitié du butin ! ’’ . Alors qui peut parier que les ex-dignitaires du régime Pds, dont chef Wade, est aux petits soins, ne vont pas s’engouffrer dans la brèche béante, pour se faire libérer ? Que signifient, dans la période, les déplacements (2) de Mme Viviane Wade, les visites auprès de Karim Wade, de Maitre Waar, Alioune Tine, éconduit , de marabouts et du fils du manitou Denis Sassou Ngesso ?

Voila des faits palpables probants, qui font penser à tout un chacun que c’est l’offensive anti-peuple des lobbies et des forces dominantes à laquelle on assiste après le remaniement Macky II. Donc on ne devrait pas par, un tour de passe-passe, chercher à dédouaner les véritables responsables du tohu-bohu politique en cours. Car de telles pratiques, se retrouvent qu’au niveau des cercles qui ne considèrent que leurs intérêts étroits à défendre, au détriment de larges secteurs de la population. Par ailleurs, notons que, Monsieur ‘’Organisation et Méthode’’ et ‘’Monsieur Bonne gouvernance’’, n’ont pas été loquaces à propos du délestage du secteur des Eaux et Forets de l’ancien département détenu par notre compatriote Ali Haidar. Ce dernier a fait l’objet d’attaques sournoises voire méchantes, non étayées à ce jour, sans que la multitude de communicateurs ne pipent mots sur les tenants et les aboutissants de ce dossier. Les lobbies du et de désertification par charbon et du bois d’œuvre n’ont –elles pas actionnées leurs réseaux ? Sur un autre chapitre, le limogeage des banquiers H E C (Etudes commerciales) et l’arrivée des fiscalistes de l’E N A (Ecole Nationale d’Administration), en plus des contingences de tempérament et d’intérêts crypto-personnelles, obéit, sans doute, à la lutte de tranchée que se livrent les lobbies. Peut être des éléments probants viendront nous dire ce qu’il en est certainement.

En perspective, Macky, en dépit des multiples communiqués de presse, ‘’sucré-salé’’, sans lendemain, de ses anciens amis maoïstes, aura beau rôle de manœuvrer à sa guise avec ce jeu des remaniements, pour tenir en laisse une grande partie d’une classe politique accrochée à la distribution hypothétique des prébendes. D’autant que la quasi-totalité des ses forces sociales actuelles sont presque intégrées au système du ‘’PAACOO’’ (partageux). Y compris le parti détenteur ou titulaire du droit d’auteur du célèbre slogan. Actuellement tout le monde se tient bien, en attendant son tour au prochain remaniement. C’est dans ce contexte qu’un leader d’une ONG-partenaire du CESE (Conseil Economique Social et Environnemental) , très tendre envers le Palais, nous apprend curieusement que le parlement lui commandite ‘’des réflexions’’.



En plus de la transparence et la sobriété, la bonne gouvernance postule la sérénité, la quiétude. Or les ‘’luttes de places’’, les crocs en jambe au sein de l’Apr et entre coalitions, avec en arrière-fond les élections de 2014 et 2017, la notion du ‘’ partage du gâteux ou rien! ‘’, sont autant des choses mortelles pour n’importe quel gouvernement.

Nous ne préjugeons d’aucun bon renversement de tendances, si les forces saines et conséquentes (en cela nous entendons toute force décidée à lutter en dehors des coalitions en soutien au gouvernement actuel), ne se donnent pas main au sens véritablement patriotique. Ceci dit, cette jonction pourra se réaliser entre les Partis Politiques Conséquents (PPC) et les Organisations telles que le CIMAC (Comité d’Initiative pour une mobilisation Alternative Citoyenne), ‘’Commission stratégique du vrai M23 jeunes’’, le Mouvement ‘’Y EN A MARRE’’. Pour ne citer que ceux-là. Mais, sans jouer le rôle de garde frontière, il ne serait pas superflu de demander à nos jeunes amis de ne pas se laisser égarer et duper par des hommes de la trempe de ce ministre français des Affaires Etrangères, dont personne ne s’explique, le fait d’avoir mis le cap au siège de cette organisation combattante, dès son arrivée, lors de sa visite dans notre pays. La vraie rupture à laquelle s’attendent les poteniels militants des forces vives de la nation, c’est cette posture qui jure d’avec l’impunité, le mensonge, l’injuste, la compromission et l’intelligence avec les forces dominantes qui ne font que du mal à nos peuples et à notre pays. Tous ceux qui parlent de reconstitution de la gauche en rasant les murs, en se taisant sur le comportement des gens qui oppriment les travailleurs et notre peuple, sont disqualifiés pour en parler. Le complexe de gauche réside chez les forces dominantes et leurs taupes qui cherchent à vouloir impressionner les jeunes par leurs titres ronflants ‘’d’anciens combattants de gauche’’.

Quel sens donner à ce slogan quand on voit un ancien combattant accepter d’être porteur de serviettes des sangsues du peuple ? Une ‘’ militante de gauche ‘’ aux 700 milliards de CFA et 2 immeubles dont un à Dakar et aux Etat unis’’ s’est engagée à traquer des délinquants à col blanc. Mais à l’arrivée elle négocie illégalement avec les délinquants qui ne sont pas totalement sortis du bois.

Terminons pour préciser que les gouvernements Macky II, III, voire ‘’Macky 17’’, ne régleront rien du tout des problèmes pour l’émancipation économique, politique, social, harmonieuse de notre pays. Cela, tant que notre souveraineté, notre indépendance, ne seront pas recouvrées ! Autrement dit, tant que nous continueront à voguer sous les voiles du bateau néocolonial appelé ‘’Françafrique/Mondialisation’’. L’Economie, la monnaie, (la récente banque ‘’BNDE’’ n’est nationale que de nom, par ce que …’’infiltrée’’ par des développeurs de riches), l’Ecole, l’information, la communication, sont aux commandes des structures de l’ancienne puissance colonisatrice qui dicte sa loi. A cet égard, nous saluons la perspicacité et le courage de Maitre Abdou Dialy Kane, avocat à la cour pour avoir mis en évidence cet état de fait, au cours d’une émission télé, le 05/09/2013.



Dakar, le 06 septembre 201

Ababacar Fall-Barros

Ancien conseiller Municipal Mermoz-Sacré Cœur

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET