Guet-Ndar : des familles de plus de cent membres.

A Guet Ndar, le décor n’est guère reluisant. L’insalubrité est réelle et le cadre inesthétique. Et c’est la berge qui en pâtit le plus. Les restes et saumures s’échappant des poissons asséchés, les sachets de plastique, les cageots isothermes, les poissons en décomposition et bien d’autres choses encore polluent la berge suspendue juste au niveau de la mer.

Lundi 12 Novembre 2012 - 14:10

Guet-Ndar : des familles de plus de cent membres.
Un pullulement humain incroyable caractérise ce quartier qui, de jour comme de nuit, grouille de monde. Surpeuplé et très dynamique, ce quartier loge environ 25 mille 450 habitants et représente 16 % de la population communale. Il détient l’une des plus grandes densités de population au monde avec près de 700 habitants au kilomètre carré. Pour se rendre d’une demeure à l’autre, il faut emprunter un véritable labyrinthe. Les habitations s’entremêlent et logent plusieurs âmes. Fait important à souligner : toutes les demeures de Guet Ndar connaissent une promiscuité très poussée de par le nombre de ses occupants. De sorte que dans certaines maisons, des familles sont obligées de s’entasser comme des sardines. Pis, plusieurs générations cohabitent sous le même toit.

Fait hors norme, selon le Président du conseil de quartier : «Nos enquêtes nous ont révélé des choses extraordinaires. Nous sommes rentrés dans une maison, après calcul on a trouvé 72 habitants. On n’y a pas cru. Nous sommes revenus pour vérification et avons dénombré cette fois-ci 102 occupants dans une maison de 20 à 40… m2». Un fait qui s’explique d’une part, selon M. Guèye, par les mariages intrafamiliaux.

L’émigration au long cours marque Guet Ndar d’un sceau profond et impacte sur le taux d’occupation du quartier. Il rythme aussi la vie de ce quartier calqué sur les allers et retours de ses fils. A en croire notre interlocuteur, il y a des cas de grossesses non désirées qui se font jour. =Ceci étant l’une des conséquences directes de la longue absence des époux de leurs foyers. Les mariages précoces sont quant à eux très nombreux, révèle toujours M. Guèye. L’autre point noir est, selon lui, la déperdition scolaire chez les garçons qui sont formatés inconsciemment pour devenir des pêcheurs de marée (entre huit à dix mois en mer) ou pour émigrer.

Aida Coumba Diop (Walfadjri)

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Boy ndar le 13/11/2012 05:39 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Lou leere ngene wax. Bala ngakay meuna geume danga faye deme tabaski, dangay diomi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET