Insuffisance de l’exploitation des potentialités économiques à Saint-Louis.

Particulière par la diversité des potentiels dont elle regorge, Saint-Louis a toujours disposé de ressources économiques qui demeurent à ce jour insuffisamment exploitées. A l’heure où l’on appel à la valorisation des potentialités économiques des collectivités locales au Sénégal, nous vous proposons ce focus sur les potentialités dont regorge la ville de Saint-Louis.

Samedi 12 Septembre 2015 - 14:54

Etendue sur une superficie de 19034 km2, Saint-Louis a une population estimée à environ 800.000 habitants en 2008.La région de Saint-Louis dispose de ressources naturelles en eau abondantes, d’une diversité de ressources agricoles, d’un potentiel terrestre considérable qui reste qui à ce jour insuffisamment exploités.

Suffisamment alimentée en EAU par le Fleuve Sénégal, qui traverse tout le long de la région, et par ses défluents à savoir le lac de Guiers et de nombreux marigots et des mares temporaires.

En 2008, 12,8% de la production nationale de céréales ont étaient produites dans la région de Saint Louis, de même qu’une importante partie du riz y est cultivée.

La culture du riz paddy en contre-saison, dans la vallée a connu une progression de 230 mille tonne avec des rendements record de 7,5 tonnes à l’hectare contre une production hivernale de 200 milles tonnes faisant ainsi un total de 430 mille tonnes pour l’année 2014.

Malgré cette production record notée dans le domaine de l’agriculture l’année dernière, bon nombre d’autres secteurs productifs dotés d’un grand potentiel économique tardent à faire leur preuve dans la compétition vers la productivité.
A savoir aussi l’insuffisance de l’exploitation de nos potentialités économiques à Saint-Louis est en grande partie à l’origine de la faible contribution de la région au PIB qui est 225 milliards/année, le déplacement massif des jeunes vers d’autres contrées, et même la multiplication des marchands ambulants qui aujourd’hui constituent un soucis majeur à laquelle on est quotidiennement confronté dans notre commune.

D’un autre côté la production de l’oignon réside incontournablement dans la zone des niayes (l’axe Dakar-Saint louis). Dans la commune de Gandiol le maire invite le gouvernement à geler les importations d’oignon en indiquant que cette mesure permettra d’écouler l’importante production d’oignon faite dans cette localité qui risque de rester en souffrance ajouter qu’il faut accompagner la dynamique engage des producteurs locaux soucieux de jouer leur rôle dans l’attente de l’autosuffisance en oignon. Monsieur le maire invite aussi les producteurs GANDIOLAIS à organiser le secteur et à ne pas se livrer à une ruée collective vers le marché pour éviter la mévente.

En effet la production, d’oignon ces dernières années se caractérise par un surplus qui pourrit dans les magasins même ceux financé par l’Etat au profil des producteurs. Toutefois, cette situation peut être évitée si de bonnes dispositions sont prises avant et après la récolte nous dit Monsieur Michel Bakar Diop enseignant chercheur à l’université Gaston Berger de saint- louis.

Mohamed Diné Fall

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Rizzato philippe le 15/09/2015 05:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,,
En vérité, il n'est pas étonnant que le potentiel économique de Saint-Louis ne soit pas suffisamment exploité.
En effet, force est de.constater que l'administration locale,
de la Gouvernance jusqu'au commissariat, ne cesse de bloquer les initiatives des investisseurs nationaux ou étrangers.
Heureusement, qu'il existe ici et là quelques personnes intègres que je profite de saluer et de remercier car ils connaissent ce contexte et leurs aides sont sincères et précieuses.
Cependant, il semblerai que la situation géographique de la ville, loin de la capitale, favorise un certain sentiment d'impunité pour d'autres fonctionnaires censés être au service des citoyens.
Bon nombre d'établissements ont du fermer ou n'ont tout simplement pas pu ouvrir à cause d'une administration corrompue.
Comment faire, quand la.préfecture ne vous remet pas de reçu de dépôt de dossier. Comment faire quand les enquêtes de moralité sont établies sur la base de rumeurs. Comment faire quand les casiers judiciaires des dépositaires disparaissent du dossier à la Gouvernance. Comment faire quand on refuse de vous octroyer une licence et ce en dépit de la loi. Comment faire alors qu' on nous refuse même une copie des textes de loi ?
Tout cela moi je l'ai vécu, j'ai pour ma part ouvert mon établissement six mois après que mon dossier arrive enfin à la Gouvernance.
Je l'ai ouvert par force de loi, n'ayant reçu aucune réponse.
Ma procédure en tout a duré plus de deux ans pour un fast-food sans alcool !!
Les sites en abandon ne manquent pas du côté de la corniche et ailleurs.
En réalité, on nous encourage à investire mais on nous empêche d'exploiter voilà la triste réalité.

Bien à vous,
M.Riizzato
(Faits relatés 2006/2008)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET