L'ONU suggère d'abandonner la Saint-Nicolas

Le débat passionné aux Pays-Bas et en Flandre sur le "Zwarte Piet", l'acolyte noir de peau de Saint-Nicolas, notre Père Fouettard, a ravivé le débat plus large du racisme, souvent passé sous silence dans un pays fier de son ouverture d'esprit. Les Néerlandais étant très attachés à la fête de Saint-Nicolas, les esprits se sont échauffés à l'annonce de l'ouverture d'une enquête de l'ONU sur le "Zwarte Piet", personnage affublé d'un costume médiéval clinquant, coiffé d'une perruque afro, et dont le visage est peint en noir.

Jeudi 24 Octobre 2013 - 09:31

L'ONU suggère d'abandonner la Saint-Nicolas
Pourtant, certains analystes estiment que cette polémique a un effet positif sur le débat sur le racisme. "Zwarte Piet" se traduit littéralement par "Pierre Noir". Ce personnage, connu dans la francophonie comme "Père Fouettard", accompagne Saint-Nicolas dans sa distribution de cadeaux aux enfants.

Selon la tradition, Saint-Nicolas arrive le troisième dimanche de novembre aux Pays-Bas à bord d'un bateau rempli de cadeaux, une arrivée mise en scène et diffusée chaque année en direct à la télévision. Il est accompagné d'une quarantaine d'acolytes, les "Zwarte Pieten". Trois semaines durant, les enfants déposent chaque soir leurs chaussons devant la cheminée et reçoivent des sucreries, jusqu'au soir du 5 décembre, quand ils reçoivent les cadeaux. Saint-Nicolas était un évêque turc mort le 6 décembre 342. La fête remonte quant à elle au XVIe siècle, mais la première apparition des "Zwarte Pieten" date des années 1850.

De l'ancien évêque, Saint-Nicolas, également célébré en Belgique, en Allemagne et dans l'est de la France notamment, a gardé une longue barbe blanche, une mitre et un grand manteau rouge. Le "Zwarte Piet" est quant à lui considéré comme un blagueur inoffensif et apporte de la gaieté à la fête, mais ses détracteurs le voient comme un symbole raciste et un retour à l'époque des colonies néerlandaises. Au vu de l'enquête de l'ONU, le débat qui anime chaque année les Pays-Bas depuis la fin des années 60 a pris une nouvelle dimension, ironiquement, l'année où les Pays-Bas fêtent le 150e anniversaire de l'abolition de l'esclavage.

"Pourquoi avoir deux père Noël?"
La présidente du comité du Haut-Commissariat de l'ONU au droits de l'Homme en charge de l'enquête a jeté de l'huile sur le feu mardi en suggérant d'abandonner la fête de Saint-Nicolas pour ne garder que la fête de Noël. "Qu'il y a t-il de mauvais à avoir un seul Père Noël, pourquoi devez-vous en avoir deux?", a-t-elle déclaré à la télévision néerlandaise, ajoutant de l'huile sur le feu de la colère néerlandaise.

Les remarques de Mme Sheperd ont été vite tournées en dérision aux Pays-Bas, où, selon une enquête menée par le quotidien populaire De Telegraaf, quelque 66% des 10.000 personnes sondées estiment que la fête de Saint-Nicolas ne pourrait pas avoir lieu sans son acolyte. Près de 96% des sondés estiment que le débat sur l'éventuelle suppression du "Zwarte Piet" doit cesser.

Soutien sur Facebook
Mercredi soir, plus d'un million de personnes avaient soutenu sur le réseau social Facebook une pétition en vue de préserver le personnage. Mais au-delà de cela, le débat sur "Zwarte Piet" soulève la question du racisme, souvent délaissée aux Pays-Bas. "C'est bien que l'on nous force à ouvrir les yeux", a assuré à l'AFP la directrice du centre néerlandais pour la culture populaire et la patrimoine immatériel, Ineke Strouken. Il s'agit néanmoins d'"un personnage imaginaire": "cela ne signifie pas que ceux qui le jouent sont racistes".

Pour John Helsloot, chercheur à l'institut Meertens pour la langue et la culture néerlandaise, "les critiques contre Zwarte Piet sont perçues comme une attaque contre la culture et la tradition néerlandaise". "Dans la passé, les voix qui s'élevaient contre Zwarte Piet ont rarement été entendues", a-t-il ajouté. A l'ère de la mondialisation, il est néanmoins "inévitable que des étrangers se mêlent au débat", assure également M. Helsloot, affirmant que ceux-ci devraient comprendre l'amour que portent les Néerlandais à l'acolyte de Saint-Nicolas.

Une part de l'histoire
De nombreux Néerlandais, originaires du Surinam ou de Curaçao, "n'ont aucun problème" avec cette tradition, selon M. Helsloot. "Je comprend tout à fait pourquoi les Néerlandais estiment qu'il n'y a aucun problème avec Zwarte Piet: c'est un gars sympa, et bien sûr, je ne suis pas raciste, disent les gens". Il faudrait néanmoins "éduquer les gens avec empathie et leur apprendre qu'il fait partie d'une certaine part de notre histoire", afin de changer cette perception, a-t-il également ajouté.

Source AFP

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET