L’histoire de la cloche de la grande mosquée de Saint-Louis

Vendredi 10 Juillet 2015 - 21:09

L’histoire de la cloche de la grande mosquée de Saint-Louis
Saint-Louis, qu'on surnomme la « Venise africaine » est classée au répertoire du patrimoine mondial par l'Unesco depuis l'an 2000. La ville conserve de très nombreuses maisons, typiques de l'époque coloniale, avec leur façade de chaux, leur double toiture en tuile, leur balcon en bois et leur balustrade en fer forgé. Juchée sur la pointe Nord de l’île, la grande mosquée de Saint-Louis dont l'édification suscita plusieurs remous, est la seule au monde à disposer d'une cloche et d'un cadran d'horloge. Découverte et explication. La Grande Mosquée est la seule au monde à disposer d'une cloche et d'un cadran d'horloge.
Quartier nord de Saint-Louis, au sud de l'avenue Jean Mermoz, la grande mosquée tendue de beige intrique. Remarquable par ses deux minarets carrés au dessus d'un toit de tuiles à double pente, elle a cette curiosité de posséder une cloche dans le minaret de gauche. Autrefois reliée à l'horloge de la mosquée, cette cloche, encore visible de nos jours, carillonnait pour annoncer les heures de prière. Ce fait pour le moins insolite, s'explique selon la tradition orale, par l'opposition farouche de la communauté des mulâtres de la ville à l'édification de la mosquée. Elle ne cédera qu'après avoir posé deux conditions : la construction de la mosquée en dehors de la ville et l'installation d'une cloche pour annoncer les heures de prières. Ce, pour bannir les appels du muezzin. « Faux ! », rétorque Serigne Amadou Dieng.
Pour ce doyen de 84 ans, imam des 5 prières (comprenez les 5 prières de la journée), cette version est totalement erronée. Trouvé dans la chambre qui lui sert de refuge dans l'enceinte de la mosquée, le vieil homme cloué au lit par une sévère maladie, tente une esquisse d'explication dans une voix saccadée.
Dans un ensemble wax bariolé, les jambes implacablement soudées au sol par une paralysie récente, la voix pâteuse et hachée, le grabataire qui capitalise 75 ans d'existence au sein de la mosquée, confie : « Je fais partie des murs de cette mosquée pour y avoir fait toutes mes humanités. J'étudiais le Coran ici avec mon père. Cette cloche ne carillonnait pas pour annoncer les heures de prière. Elle sonnait plutôt pour donner l'heure. Pour la prière, le muezzin appelait les fidèles par le "nodd" (appel à la prière du muezzin). Il est vrai que du temps de la colonisation, les manifestations étaient interdites entre 12 h et 14 h, mais l'appel à la prière se faisait toujours via le muezzin. »
A quelle version se fier ? Seul le colon, absent le plus présent aujourd'hui dans la vieille ville, peut en témoigner. Si la présence de la cloche nourrit toutes les polémiques, l'édification de la mosquée, elle, réussit à faire l'unanimité. Même si la version orale s'oppose, à un paragraphe près, à celle plus scientifiquement historique.
La canne d'El Hadji Oumar Foutiyou Tall
Longue de 20 m sur 20, la construction ne fut pas de tout repos. Bien que Saint-Louis fût toujours une ville à majorité musulmane, l'édification d'une mosquée, acte jugé incorrect par les notabilités créoles, souleva beaucoup de remous dans l'île. Ces remous sous forme de mouvements d'humeur épousant les contours d'une opposition systématique, auraient été d'ailleurs, à l'origine de l'implantation de la mosquée à l'écart de la ville, dans une zone qui était marécageuse. Une thèse qui n'est cependant pas conforme à celle véhiculée par la tradition orale. Selon celle-ci, le choix du site avait posé problème aux musulmans. Les uns souhaitaient que la mosquée soit construite sur l'emplacement de l'église, les autres sur celui du bâtiment de l'artillerie.

Les sages religieux décidèrent de s'en remettre à El Hadj Omar Foutiyou Tall (érudit de la confrérie tidjaniya) de passage dans la ville. Après une retraite spirituelle, ce dernier les mena à la pointe Nord de l'île, au lieu qui abrite aujourd'hui la grande mosquée. Par la suite, le saint homme leur indiqua la Qibla (la Kaaba). Avec sa canne, El Hadj Omar frappa dans l'air et toute l'assistance entendit des coups résonner, signe qui leur indiquait la direction de la Kaaba. Il aurait par là même, indiqué l'endroit où le puits pour les ablutions devait être creusé. Puits dont les vertus thérapeutiques sont célébrées et qui est encore aujourd'hui très couru.
Une mosquée, mille susceptibilités
Cette version a été battue en brèche par les historiens. Ceux-ci estiment que le passage d'El Hadj Omar Foutiyou Tall remonte à 1855, soit 17 ans après le choix de l'emplacement de la mosquée dont les travaux de construction ont débuté en 1838. Mise en chantier en 1838, achevée après plusieurs interruptions en 1847, grâce au soutien financier de l'administration, elle était implantée à l'écart de la ville en un lieu vide de toute habitation, atténuant les susceptibilités. Au fil du temps, la grande mosquée a fait l'objet de nombreux agrandissements comme celui réalisé en 1987. Aujourd'hui, la grande mosquée, objet de toutes les attentions, a fait peau neuve.

Sa façade principale côté sud présente une colonnade aux arcs brisés. Le haut des murs est orné de cimaises et de merlons arrondis sur les tours surmontés de coupoles.

De l'extérieur, l'édifice présente un ensemble homogène, en harmonie avec les autres bâtisses de l'avenue Jean Mermoz que sont les consulats de France et de la Belgique, le centre culturel Gaston Berger, la caserne des sapeurs-pompiers. Une singulière curiosité qui vaut le détour.
 

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par moussa kebe le 11/07/2015 00:56 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La version de s erigne eumeu tient la route. Les gens ont tendance a affabuler
et a parler de chose qu'' ils ne maîtrisent pas. Les musulmans de ndar, malgré la colonisation, ont été toujours dans l''orthodoxie.

2.Posté par FALLOU le 11/07/2015 08:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
horloge et cloche sont souvent ensembles

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET