La mascarade et les manœuvres de Thierno Alassane Sall.

La mascarade et les manœuvres de Thierno Alassane SALL – Ministre des Infrastructures et des Transports le 5 Août 2013, à l’aéroport LSS de Dakar (Aérogare Pèlerins).
Par Bou El Moctar DOUKOURÉ
Pilote de Ligne – Ancien Commandant de Bord Air Afrique
b.doukoure@orange.sn

Dakar le 6 Août 2013
__________

Mercredi 14 Août 2013 - 19:30

La mascarade et les manœuvres de Thierno Alassane Sall.
Le Vendredi 02 Août 2013 le communiqué suivant, émanant du Ministère des Infrastructures, relayé par L’APS tombe dans les rédactions de plusieurs organes de presse. « M. Thierno Alassane Sall, ministre des Infrastructures et des Transports du Sénégal, va procéder à la remise des indemnisations aux ex-travailleurs de la défunte compagnie aérienne Air Afrique. La cérémonie est prévue le lundi 5 août 2013 à partir de 10 heures à l’aéroport Léopold Sédar Senghor, précisément au hangar Pèlerins. Les ex travailleurs de la multinationale africaine peuvent ainsi pousser un ouf de soulagement après plus d’une décennie d’attente et des promesses souvent non tenues. » J’en suis informé par un collègue qui l’a lu sur Seneweb.com et cela m’est confirmé par ATN (African Television Network) qui précise que toute la presse nationale et internationale est conviée à cette cérémonie par le service communication du Ministère des Infrastructures et des transports. Surpris par cette annonce, je décide de m’entretenir avec Mr le Premier Ministre espérant avoir une information plus précise et complète. Après avoir échangé avec le Ministre Thierno Alassane SALL, le Premier ministre me rappelle et me dit avoir été informé par ce dernier que la cérémonie prévue le Lundi, était en faveur d’ex-agents d’Air Afrique dont les indemnités de licenciement restant à payer sont d’un montant inférieur à 4 millions cfa. Le Premier Ministre ajoute que Le Ministre Thierno Alassane SALL l’a assuré que cette opération a été préparée dans la plus grande transparence et que les représentants des ex-travailleurs d’Air Afrique, toutes catégories confondues, y ont été conviés y compris des Pilotes de ligne. Il s’avérera par la suite que ces assertions du Ministre des Infrastructures et des transports sont totalement erronées… Aucun Pilote de ligne, aucun représentant connu ou légitime des ex-travailleurs de l’ex Air Afrique n’a été convié à aucune séance de travail au sujet de cette indemnisation du Lundi 05 Aout pour les raisons simples suivantes : • Mr Elie BADJI du SLPS, commandant de Bord, et Emmanuel NDONG, Pilote et secrétaire Général du SLPS n’ont jamais été conviés au ministère (version Thierno Alassane Sall) pour assister à aucune séance de travail relative à l’indemnisation des agents d’Air Afrique. • Mr Bayla Sow, ex-agent d’Air Afrique et ex-secrétaire général du SUTTAAAS est affecté à Ouagadougou depuis le mois de février 2013. • Mr Mbargou CISSÉ ex-Pilote d’Air Afrique, Commandant de Bord à Sénégal Airlines et membre du SPLS (Syndicat des Pilotes de Ligne Sénégalais) n’a assisté à aucune réunion au Ministère des Infrastructures et des transports depuis le départ du Ministre Mr Mor NGOM et l’avènement du Ministre Thierno Alassane SALL. En tout état de cause ces deux dernières personnes ressources, dont on peut dire qu’elles sont, peu ou prou, représentatives des ex-agents d’Air Afrique, ne se réunissaient dans ce ministère que dans le cadre du Comité AD-HOC mis en Place par Mr Mor NGOM pour « plancher » sur la problématique du paiement des Soldes de tout compte des ex-agents d’Air Afrique. La dernière réunion de ce comité remonte au 8 Février 2013. Alors, il faut que Mr le Ministre Thierno Alassane SALL nous édifie sur les représentants des agents au sol et anciens pilotes qu’il a affirmé, avoir convié à ses réunions préparatoires. C’est en Novembre 2012 qu’a eu lieu le dernier réaménagement du Gouvernement qui nommera Thierno Alassane SALL Son prédécesseur lui lègue le dossier «indemnisation des agents Air Afrique» avec la recommandation de poursuivre le travail initié, et lui laisse son Directeur de Cabinet, Jules Aubin SAGNA, président du Comité AD-HOC. Le Ministre sortant, Mr Mor NGOM avait espoir que les travaux de ce comité continueraient. Désenchantement total ! Le comité ne fonctionne plus, Jules Aubin SAGNA est déchargé de ses fonctions de Directeur de Cabinet pour être nommé secrétaire général. Dans le même temps le Directeur de l’ANACIM est remplacé. Toutes les propositions, résolutions, recommandations prises par le comité AD-HOC pendant la période Mor NGOM sont remisées dans les placards : 1. Le Protocole d’accord de relèvement du taux de la redevance du fonds social de 2% à 4% pourtant signé et ayant connu un début d’application, est remis en question. (voir en annexe) 2. Le dossier de l’emprunt de 4 milliards auprès de la DIAMOND Bank qui aurait permis d’indemniser une bonne partie du Personnel, porté par l’ANACIM et précisément adossé sur le Fonds Social (revu à la hausse) est remis en question. (voir en annexe) 3. Le conseil d’administration de l’ANACIM se réunissant au sujet de cet emprunt le 22 juin 2013, reçoit une directive de dernière minute « venue d’en haut » lui demandant de surseoir sine-die à son examen. Cette directive émane, bien évidemment, de Mr Thierno Alassane SALL. Il est bien évident que le ministre rétropédale ! Il «dé-Ngomise» à outrance ! Eh oui, il faut bien que l’on sache que le ministère a changé de mains, une nouvelle empreinte et une certaine façon de gérer les affaires vont être mises en œuvre. Et les ex-agents d’Air Afrique s’en rendent compte et vont rapidement regretter Mor NGOM. La presse audiovisuelle du 5 Août et celle écrite du 6 ont largement couvert l’évènement pitoyable de l’Aérogare Pèlerins où 4 à 5 véhicules pick-up chargés de forces de l’ordre ont été réquisitionnés à l’avance (dès vendredi ?) par le Ministre des Infrastructures et des transports. Ces forces sont positionnées bien avant l’arrivée des agents d’Air Afrique convoqués par voie de presse par le communiqué du ministre ! Mais pourquoi diantre, prévoit–on à l’avance des forces de l’ordre pour s’opposer à des ex-agents à qui l’on a annoncé qu’on allait payer les droits ? On pourrait comprendre que 2 à 3 gendarmes assurent un service d’ordre, mais 60 gendarmes armés, menaçants et brutalisant de paisibles ex-agents ! Pourquoi ? Ici il faut apprécier les talents de scénariste de l’ordonnateur de cette mascarade : 1. On envoie un communiqué de presse à tous les médiats pour informer d’une cérémonie d’indemnisation des agents d’Air Afrique. Car il faut bien évidemment tirer un profit (politique ?) de cette opération. 2. On travaille en catimini avec le Syndic-liquidateur pour établir une liste sur la base de critères connus de vous seuls et on évite soigneusement d’associer les représentants du personnel afin de ne pas ébruiter l’affaire. Le syndic-liquidateur est connecté avec un certain nombre d’ex-agents d’Air Afrique que tout le monde connait et a identifié. Ceux-ci perçoivent une rémunération pour « services rendus au Syndic 3. On travaille sous le couvert du nouveau secrétaire général du suttaaas (agent en activité d’Air France) pour donner une légitimité « syndicale à la forfaiture. 4. On anticipe sur les évènements sachant que (inévitablement) se présenteront des agents d’Air Afrique non concernés par cette manipulation qui auront lu ou entendu le communiqué ! On piège même ces agents-là en ne publiant le communiqué de convocation au dernier moment (Vendredi soir) Et, anticipant sur ce qui va se passer, on réquisitionne les forces de l’ordre en les mobilisant à l’avance. 5. On espère même qu’il y aura du grabuge afin que les médiats invités puissent en témoigner. C’est Hollywoodien ! Il aurait été tellement plus simple et plus honnête de publier, par voie de presse, le message suivant : « Les ex agents d’Air Afrique, en attente du règlement de leur soldes de tout compte, dont les noms suivent, et dont les montants restant à régler sont compris entre 2 millions et 4,3 millions sont invités à se présenter à l’aérogare pèlerins de Dakar LSS. » C’est aussi et surtout un manque évident d’éducation et de courtoisie les plus élémentaires vis-à-vis d’anciens travailleurs qui se trouvent être vos administrés puisque vous avez la charge de la tutelle. Parce que je suis de ceux qui croient qu’un Ministre ça doit être courtois en toutes circonstances et doit être soucieux de coller à une certaine déontologie. Mr le Ministre s’est largement répandu dans la presse du 6 Août. Il met l’accent pathétique sur le caractère social de l’indemnisation des agents choisis, s’arrogeant ainsi le monopole du cœur et de la compassion. (bien sûr !) On s’arrange même à faire interviewer un certain nombre d’agents en situation précaire, il est vrai, pour rajouter au scénario de bas étage concocté auparavant. Le Ministre nous dit-on, déclare dans le hangar pèlerin, que « ceux qui vitupèrent dehors ne sont pas dans une situation précaire, qu’on leur doit des dizaines de millions et que chacun d’entre eux a perçu 33,33 % de leurs droits, ce qui représente plusieurs millions…. » - « …à en croire Mr Sall, la plupart des contestataires ont retrouvé un emploi ou ont reçu une indemnisation à hauteur de 10 millions cfa…. » (L’Enquête du 6/08/2013) Ce sont encore une fois des assertions totalement erronées, découlant d’une étroitesse de vue ou d’une mauvaise information (c’est selon)…. Cela ressemble étrangement à de la « manipulation » à des fins non avouées… Mais ceci ne nous surprend nullement ! Car c’est ce même genre d’assertion qui a été servie à l’occasion du Conseil des Ministres délocalisé à Kolda le 18 Avril 2013. (voir document annexe sur ce conseil des ministres). La vérité est tout autre ! 171 ex–travailleurs Sénégalais n’ont pas perçu 33,33% de leurs droits ainsi que le déclare le Ministre mais seulement deux mois de salaires. Et il se trouve qu’une bonne partie de ceux-là étaient sur place et se sont vus interdire l’accès au hangar pèlerins. Par contre tous ceux présents dans le hangar ont été gratifiés il y a 11 ans de ce super-privilège de 33,33%. Je suis de ceux qui croient qu’un Ministre ça ne manipule pas ! Ca mesure sa parole et ses propos ! L’Utilisation du FONDS SOCIAL ! Le Fonds Social dont parle, avec emphase, Mr le Ministre des Infrastructures et des Transports découle de la loi n°2007-27 du 26 Août 2005 promulguée par le Président Abdoulaye Wade, le Premier Ministre étant (comme par hasard) Macky Sall. (http://www.jo.gouv.sn/spip.php?article2661) Cette loi est suivie d’un arrêté interministériel n°1412 du 27 Février 2007. (http://www.jo.gouv.sn/spip.php?article6176) fixant les règles d’organisation et de gestion d’une cellule de gestion du fonds social pour les travailleurs sénégalais de l’ex-Compagnie Air Afrique en liquidation. Cet arrêté interministériel fixe de manière non équivoque les règles de fonctionnement de ce Fonds qui n’a de social que le nom ! Le ministre et ses affidés ont, pour leur part, compris que le fonds social devait servir a régler des cas sociaux…. C’est ce qu’on appelle une vue de l’esprit ! Il faut savoir que le Fonds Social en question a pour seule raison d’être l’indemnisation des ex-agents sénégalais d’Air Afrique – TOUS LES AGENTS ! C’est la loi ! Afin que nul n’en ignore ! Il n’est pas, comme semble le dire Mr le Ministre, une espèce de cagnotte de solidarité dont il aurait la libéralité de l’utilisation ! Mr le Ministre Alassane Thierno SALL dans son adresse à la quasi-totalité des quotidiens de ce jour déclare en substance qu’il a pris (tout seul ? ou en comité restreint ?….. allez savoir !) la décision d’indemniser les agents dans des situations précaires, s’arrogeant (il faut le répéter), le monopole du cœur et de la compassion. Eh bien cela ne doit pas fonctionner de cette manière, car « le fait du prince » n’est pas de mise dans la gestion des affaires publiques.’ Ci-après, un extrait de l’arrêté interministériel n°1412 du 27 02/2007 pris (entre-autres) par le Ministre en charge de l’aviation civile. http://www.jo.gouv.sn/spip.php?article6176 1. La cellule de Gestion du Fonds Social, si elle est placée sous l’autorité du Ministre chargé de l’Aviation Civile comprend 2 organes : a. Le Conseil d’orientation et de suivi b. L’administrateur du fonds 2. Si le conseil d’orientation et de suivi est essentiellement chargé de la collecte et du recouvrement des fonds, il a aussi en charge d’approuver : a. les comptes, b. la liste des bénéficiaires ou ayants-droit et de veiller à leur conformité, c. les rapports d’activité Précisément, le conseil d’Orientation et de suivi comprend : • le Président : nommé par décision du Ministre en Charge de l’Aviation Civile • Les membres : (17) o Un représentant de la Présidence de la République o Un représentant de la Primature o Un Représentant du Ministère de l’Economie et des Finances o Un représentant du Ministère en charge des transports aériens o Deux représentants du Suttaaas o Deux représentants du personnel navigant de l’Ex-Air Afrique o Un représentant Activités aéronautiques nationales o Un Représentant des ADS o Un représentant de la Haute autorité de l’aéroport LSS o Un représentant de l’ASECNA o Un représentant de SHS o Un représentant de AHS o Un représentant du Board of representative Airlines o Un Représentant de Senegal AIRLINES o Un représentant d’Air France • L’administrateur du Fonds est chargé entre autres « d’accomplir tous les actes et opérations relatifs au recouvrement des redevances au paiement des droits aux travailleurs et ayants-droit. • Les comptes du fonds sont gérés par un comptable désigné par le Directeur Général de l’ANACIM • Enfin au TERME DU DESINTERESSEMENT DES TRAVAILLEURS DE L’EX-AIR AFRIQUE, LES COMPTES SERONT CLÔTURÉS ET LA CELLULE DE GESTION DISSOUTE. Le prolixe ministre, censé appliquer ces dispositions ne désarme pas ! « …..Pour Thierno Alassane Sall, il n’y a pas alors, de quoi fouetter un chat, d’autant plus d’ailleurs que l’argent qui devra être recouvré par le syndic en rapport avec l’actif de Air Afrique, servira exclusivement à payer ceux qui ne sont pas concernés par le fonds social. ´ (le quotidien 05 08 2013) Ce qui précède met en évidence que le Fonds Social dont parle Mr le Ministre n’est pas comme il l’affirme un fonds de solidarité dont il peut disposer à sa guise pour faire dans le social. Ce fonds doit être géré sans états d’âme conformément aux lois et règlements ! Tous les agents sénégalais sont concernés par le Fonds Sociale et ce fonds sera dissous une fois que le dernier agent ou ayant-droit aura été indemnisé ! C’est la loi ! et nul n’est censé l’ignorer et certainement pas celui qui l’a fait promulguer et est censé la faire appliquer. Nous n’avons pas connaissance d’une convocation ni d’une réunion du conseil d’orientation et de suivi à effet de statuer sur les sommes collectées par l’administrateur du fonds et qui ont été distribués ce Lundi 5 Août aux 250 agents dont le ministre affirme qu’ils sont dans une situation de précarité extrême. Nous savons par contre que c’est dans le secret de son cabinet avec quelques collaborateurs, le Syndic-Liquidateur et le secrétaire général du Suttaaas que ces dernières décisions ont été prises dans la plus totale opacité et à l’abri des empêcheurs de tourner en rond. Nous savons même que l’un des plus proches collaborateurs du ministre, conscient de l’illégalité absolue de cette prise de décision cherche avec le Syndic-liquidateur Mr Moctar BA, une argutie juridique pour maquiller la manœuvre. Eh bien il faut le dire sans ambages, les décisions prises en petit comité par la tutelle l’ont été en violation flagrantes des procédures et textes. Elles sont illégales ! Je suis de ceux qui pensent qu’un ministre est un haut commis de l’Etat et qu’à ce titre il doit scrupuleusement respecter les textes qui régissent la vie publique et tout particulièrement ceux, en vigueur, promulgués par vos prédécesseurs dans le département dont il a la charge pour un temps. Pour terminer, il faut revisiter l’histoire récente de la Liquidation d’Air Afrique au Sénégal qui dure depuis près de 12 ans. Des ministres se sont succédés dans ce département assurant la tutelle des transports aériens et se sont distingués d’une façon ou d’une autre. L’un des plus atypiques d’entre eux – Mr Farba Senghor – a organisé une mascarade du même type que celle que l’on a connue en 2007, dans le même lieu ! (Hangar pèlerins) à des fins de propagande politique dit-on ! Du reste cela avait été décrié de façon virulente par les syndicats ! Remake hier 05 Août, les ministres de tutelle se succèdent et ne se ressemblent pas (en principe) mais force nous est de constater ce que l’on appelle une « identité remarquable » entre Farba SENGHOR et Thierno Alassane SALL, dans les actes posés, les méthodes, l’opacité de l’action et le peu de respect des dispositions légales et règlementaires. Décidément, nous déplorons vraiment l’avènement de Thierno Alassane SALL dans ce département.

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Bouba Diop le 16/08/2013 09:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bravo M. Doukouré pour ce récit implacable et hyper précis qui prouve bien l'incompétence notoire de votre ministre de tutelle et bon courage dans la suite de votre combat

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET