La mortalité infanto-juvénile toujours préoccupante au Sénégal : 93 enfants meurent par jour


Les Journées survie de l’enfant se tiennent à partir d’aujourd’hui au 23 février dans l’ensemble du territoire national où les affections néonatales et prioritaires tuent 93 enfants chaque jour.

Mardi 24 Février 2015 - 07:41


Au Sénégal, 93 enfants meurent d’affections néonatales ou prioritaires toutes les 24 heures. La révélation est du médecin nutritionniste, Point focal des Journées survie de l’enfant (Jse), Aïda Gadiaga. A l’occasion d’une conférence de presse animée hier au Sneips, elle explique : «Actuellement, la mortalité infanto-juvénile est de 65 pour mille naissances vivantes et quand elle est rapportée au décès par jour, cela donne ce chiffre.» Cependant, explique-t-elle, cette mortalité infanto-juvénile est plus visible chez la catégorie néonatale. «Presque 40% des décès sont dus aux affections néonatales. S’y ajoutent les affections prioritaires chez l’enfant comme la malnutrition, la diarrhée, la pneumonie», a souligné Dr Gadiaga.

Les Jse prévues du 20 au 23 vont servir à sensibiliser les mères pour les inciter à mieux prendre en charge l’alimentation de l’enfant, prévenir des affections par le respect des règles d’hygiène. Le taux de mortalité infanto-juvénile est certes élevé, mais les efforts réalisés durant les huit (8) dernières années ont permis au Sénégal de passer à 121 décès pour mille naissances vivantes. «En l’espace de 8 ans, le Sénégal a réduit de moitié la mortalité infanto-juvénile. Mais par rapport aux cibles de l’Omd 6, il reste d’importants efforts à faire, puisque le Sénégal s’est engagé à travers la direction de la Santé de la reproduction et de la Survie de l’enfant, mais aussi à travers d’autres services comme celui de la prévention, les programmes de lutte contre le paludisme, ceux de la lutte contre le Vih et les aspects de communication que le Sneips est en train de prendre en compte, dans le cadre d’un plan d’accélération des interventions à haut impact pour mieux réduire cette mortalité-infanto juvénile», a détaillé le Point focal des Jse.

Des journées qui se dérouleront dans l’ensemble du territoire national sauf dans les régions de Saint-Louis, Thiès, Kolda et Kaffrine qui ont déjà développé ce paquet de services en routine. Il s’agit de la supplémentation en vitamine A, du dépistage et de la prise en charge de la malnutrition et de la diarrhée.

Les Jse seront aussi l’occasion de rattraper les enfants irréguliers de la vaccination et ceux qui ont abandonné le programme de malnutrition. La promotion de l’allaitement maternel, de l’alimentation complémentaire de l’enfant, du lavage des mains et de l’inscription de l’enfant à l’Etat civil sera faite, lors des Jse, qui ont comme approche, le porte-à-porte des ménages par les relais. Sur ce, Dr Gadiaga invite les parents à faciliter l’accès des ménages aux relais et à mettre à leur disposition des cartes de santé ou de vaccination pour leur faciliter le travail.

ksonko@lequotidien.sn

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET