La question du tourisme en ce moment : Pendant et après « Charlie » Quel signal envoyé !

Déjà que les prix sont élevés pour la destination Sénégal, la parité fixe de l’Euro au CFA, va rendre encore plus difficile le change vers d’autres monnaies en particulier le dollar, et affaiblir davantage note tourisme. Et là, c'est devenu plus difficile pour le tourisme qui importe la quasi-totalité des produits hôteliers. La Suisse vit un traumatisme de son tourisme à cause du taux de change nouvellement appliqué et qui rend sa destination moins compétitif.

Dimanche 18 Janvier 2015 - 20:29

Cette situation de « Charlie et de la baisse de l’Euro » provoquent sur surcoût pour promouvoir les destinations africaines, particulièrement le Sénégal, avec le nouvel ordre mondial suite, à l’événement « Charlie » ou les chaines de télévisions étrangères et les médias, ne cessent de montrer des vagues de manifestations hostiles à la France avec des scènes de violences très dures.

Est-il nécessaire de rappeler que le marché touristique français, représente pour plus de la moitié des arrivées touristiques au Sénégal et en Afrique. A ce sujet, quelle attitude, quelle prudence et quelle politique de promotion touristique, les autorités Sénégalaises doivent avoir ? Quel signal fort, en direction des marchés émetteurs européens, et du reste du monde, nous devront envoyé pour sauvegarder, l’image forte, positive, de fraternité, de paix, de stabilité et de tolérance de notre peuple à travers son slogan emblématique, qui est la « Téranga Sénégalaise ».

Cette Téranga, qui devrait être l’une de nos premières marques de confiance et d’authentification de notre tourisme.

Comment optimiser et amoindrir les conséquences de Charlie Hebdo sur notre tourisme

Malheureusement devrait-on dire, à la place de fort heureusement à cause du caractère barbare de ces événements, mais à toutes choses malheur est bon. Cette situation nous fera oublier la polémique sur « Ebola » qui selon certaines sources à accélérer le déclin de notre tourisme. Ce constat n’est pas le mieux partagé, puisque notre tourisme souffre depuis une décennie, et qu’Ebola était l’arbre qui cache la forêt. Toujours est-il que nous avons ici et maintenant, une formidable chance de communiquer, de bien communiquer et d’orienter notre politique promotionnelle.

Il faut réinventer la promotion touristique, partir sur de nouveaux supports et se lancer à la conquête des marchés émergents. Se donner les moyens, se serrer les coudes, aller ensemble et faire bloc pour l’intérêt du tourisme. Il nous faut un projet commun et un modèle économique dans lequel, le tourisme se situe en bonne place, s'il n'est pas tout simplement en tête. Et pour finir un plan marketing et commercial qui valorise ce que nous avons de mieux à commercialiser par une approche intégrale inclusive de notre environnement.

Lancer un programme d’alliance touristique, pour les localités qui possèdent les mêmes atouts touristiques, avec des activités diversifiées, suivi d’un plan de communication, qui intègre les volets sûreté, sécurité et hospitalité. Un programme conjoint intitulé « kham sa rew, kham sa gokh, téral sa gaane » en relation avec les Services régionaux de la Culture, des Sports et du Tourisme, pour donner un cachet d’adhésion populaire des populations à la création d’événements, pour l’accueil et les loisirs des touristes.

Ce programme a pour objet, de présenter aux opérateurs de nouveaux produits touristiques, et les événements prévus pour l’année touristique en cours, et de favoriser l’inter action avec d’autres initiatives communautaires. Cette initiative devra commencer par une série d'activités relationnelles et de promotion du tourisme, dans les localités ciblées par cette alliance touristique, en vue de mieux exploiter les atouts touristiques, de leurs plages à leurs patrimoines. La nécessité de mettre en place des bureaux communautaires de promotion du tourisme se révélera être un instrument de communication à la base, avec des objectifs spécifiques, de donner de la valeur ajouté et une visibilité à leurs localités en mutualisant les efforts et les moyens. Cet exemple devrait être suivi par la SAPCO, à travers une décentralisation de ses compétences par des délégations régionale par pôle touristique, ou par station touristique.

Ces activités apporteront aux touristes et à leurs populations de nombreux événements fascinants avec la création d’un festival des métiers traditionnels, de la Fête des arts culturels, des récoltes, des baptêmes et mariages traditionnels populaires, du tourisme, des sports et des minorités culturelles (ethnies). Créer des circuits à la découverte des patrimoines, inspirés de nos traditions et du quotidien moderne, avec la complicité de la gastronomie des différentes localités, pour offrir aux touristes, des programmes fascinants, extraordinaires, d’expériences uniques en son genre.

Mouhamed Faouzou DEME

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET