Le directeur de la centrale de Fukushima est mort d’un cancer

Cet homme qui était arrivé en juin 2010 à Fukushima Daiichi est décédé mardi à l’âge de 58 ans d’un cancer de l’oesophage qui, affirme son employeur Tokyo Electric Power (Tepco), ne serait pas lié aux radiations (de 70 millisieverts) encaissées entre le 11 mars 2011, jour de l’accident, et la mi-novembre 2011 quand, malade, il a dû quitter ses fonctions.

Mercredi 10 Juillet 2013 - 05:57

Le directeur de la centrale de Fukushima est mort d’un cancer
« Si ça explose, on va crever » : face à des supérieurs incrédules à Tokyo, le directeur de la centrale en péril de Fukushima a géré la crise à bout de bras au point de désobéir aux ordres pour sauver le Japon. Deux ans et demi plus tard, Masao Yoshida est mort, salué par de nombreux Nippons.
« Lorsque les explosions se sont produites dans les bâtiments des réacteurs 1 et 3 et qu’il était impossible d’injecter de l’eau dans le numéro 2, j’ai bien cru que c’était la fin », avait confié Masao Yoshida en novembre 2011 lors de l’unique rencontre avec des journalistes dans la centrale. « C’était un homme plein d’humour comme le sont les personnes originaires d’Osaka », se souvient Ryusho Kadota, auteur de « l’homme qui a vu l’abîme de la mort, Masao Yoshida et 500 jours à Fukushima Daiichi ».
11 mars 2011, 14h46 : lorsque la terre tremble violemment, les employés de la centrale comprennent qu’un combat s’engage, mais aucun ne pense alors qu’il sera si terrible. M. Yoshida, lui, s’y prépare: « dans les situations d’urgence, toujours imaginer le pire... ». Pourtant, dans les premières minutes, tout se passe comme prévu en cas de séisme : les réacteurs s’arrêtent automatiquement. Le drame allait venir de la mer: un énorme raz-de-marée engloutit une partie du site.
Masao Yoshida est en première ligne. « Yabai ! » (« c’est horrible »). « Des informations disparates arrivaient de partout », racontera-t-il plus tard, « sur le tsunami, les salles de contrôle plongées dans l’obscurité, la rupture des systèmes d’alimentation électrique, l’impossibilité de lire les paramètres... ». Puis tout alla de mal en pis : les explosions, celle du samedi 12 après-midi, qui souffle le bâtiment du réacteur numéro un, puis celle du numéro trois, le 14. « Le siège, le siège !! C’est grave, c’est grave!! ». Il hurle dans le micro du système de visioconférence qui le relie au QG de Tepco, à Tokyo.
« On a échappé de justesse à un Tchernobyl puissance 10 »
Deux semaines après le drame, le 25 mars 2011, à bout de force, il craque, il a besoin de repos: « physiquement, je n’en peux plus. Laissez-moi revenir un peu à Tokyo, pardon, pardon », dit-il en sanglots au micro, selon les extraits des visioconférences rendus publics par Tepco. Il ne partira que quatre petits jours. « On a échappé de justesse à un Tchernobyl puissance 10 », dira plusieurs mois après Masao Yoshida, déjà très malade, victime d’un cancer, puis plus tard d’une hémorragie cérébrale.

Le meneur d’équipe Yoshida a même eu la présence d’esprit et le courage de désobéir à des ordres jugés techniquement aberrants venus d’en haut. S’il avait cessé d’injecter de l’eau de mer dans le réacteur numéro un comme on le lui enjoignait le 12 mars, la situation aurait pu devenir incontrôlable, et le scénario du pire, celui de l’évacuation de Tokyo, qui existait sur le papier, aurait alors dû être exécuté.

Considéré comme celui qui a évité l’apocalypse, Masao Yoshida bénéficie de la reconnaissance des habitants de Fukushima et de l’est du Japon. « Le décès de cet homme qui s’est tant dévoué pour nous est très regrettable », dit l’un d’eux à la télévision.« S’il n’avait pas été là, la région n’existerait plus », renchérit un troisième.

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET