Le mandat de trop n'aura pas lieu donc. Macky Prési...!

Vive la démocratie sénégalaise! Au moment où nous nous attendions le moins nous eûmes droit à un dénouement heureux lors du scrutin prèsidentiel. Maître Wade, tant diabolisé, prend de la hauteur et félicite son successeur et non moins ancien premier ministre.

Mercredi 28 Mars 2012 - 12:53

Le mandat de trop n'aura pas lieu donc. Macky Prési...!
Le malheur des uns fait le bonheur des autres :

Le mandat de trop n’aura pas lieu donc. Le forcing n’est pas passé. Maître Abdoulaye Wade l’aura appris à ses dépends. Il a tout fait. Tout ce qui était de son ressort. Mais qui pourrait quelque chose contre la volonté de son peuple souverain ? Une excellente leçon de démocratie est son coup de fil au président Macky Sall. Si la désillusion du côté de la coalition des Forces Alliées ( FAL) est à la hauteur des espoirs placés dans cette élection de trop. De l’autre côté l’allégresse est de mise. Tout le monde s’improvise Mackyphile.

Macky Sall sort largement vainqueur. Eh oui notre quatrième président est quinquagénaire. Le Sénégal, sous l’ère Macky, créera la rupture, à l’instar des démocraties avancées. Macky Sall aura été plus chanceux que tous les autres candidats ayant pris part au concours présidentiel du 26 Février et du 25 Mars 2012. Des signes annonciateurs étaient visibles parmi ceux-ci son assurance qui l’avait obligé à se mettre dans ses habits de locataire du palais et ses partisans dans des postures de Ministres ou Ministres d’État, déjà en pleine campagne électorale. Si seulement ils pouvaient nous donner les dessous d’une telle tranquillité.
Ivres d’euphorie, nous le sommes au plus haut niveau : les militants de l’A.P.R des premières heures à côté de tous ceux qui, pour une raison ou pour une autre, ont rallié la coalition Macky 2012 sans oublier ces citoyens qui, dans un élan patriotique, ont rejoint la dynamique. Les scènes de liesse populaire se multiplient. Les tee-shirts ou casquettes à l’effigie du nouveau président sont fièrement mis pour être tendance. Les festivités se poursuivent en ce lendemain de victoire historique. Des batteurs de tam-tam suivent une voiture sonorisée, distillant des chansons à la gloire du héros du jour, qui roule aux pas pour rendre hommage aux militants du quartier de la belle famille de Macky Sall. Cependant ne faudrait-il pas que nous nous arrêtions un moment car le pays n’est pas, tout à fait, à l’endroit ?
Bonne chance !
Monsieur le Président Macky Sall, s’il vous plaît, gardez votre lucidité et sachez que comme en 2000 vous bénéficiez, en partie, de la formule tout sauf Wade. Étant donné qu’on apprend de ses erreurs, vous êtes plus que bien placé pour ne pas commettre certaines erreurs que nous reprochions en son temps, au troisième président.
Pour commencer : si vous rendiez hommage publiquement à votre prédécesseur ce serait un bel exemple de démocratie et clorait, en même temps, un épisode de la vie de notre jeune nation qui n’a que trop duré. Sifflez la fin de la récréation car nous avons perdu énormément de temps avec des questions politiques qui ont paralysé notre pirogue SUNU GAAL. Reconnaissez lui ses mérites ; bien vrai qu’il eût des ambitions démesurées pour notre cher Sénégal. Prenez de la hauteur et ne tombez pas dans ce piège qui vous pousserez à perdre de vue vos engagements. Faîtes preuve de sagesse et que la politique ne dicte pas la plupart de vos actions.

Contrairement à cette hostilité en la personne de Wade, cette « wadophobie » perceptible sur la toile, dans les colonnes des journaux, sur les ondes des radios, aux écrans des chaînes télé, les chansons de campagne, les discussions etc. ; vous inviteriez vos concitoyens à comprendre que l’exercice du pouvoir n’est pas chose aisée. Aidez-nous à dépassionner, un peu, le débat en gardant la tête sur les épaules. Afin que nous sachions que vous ne pourrez pas, hélas, tout résoudre.
En effet, qui l’eut cru Abdoulaye Wade modèle d’espérance plébiscité en 2000 au second tour de l’élection présidentielle, perd le pouvoir après douze années d’exercice selon la même formule. C’est en passe de devenir la règle comme l’a souligné sur un plateau de télévision, le journaliste Cheikh Yerim Seck quand un président sortant est mis en ballotage, il perd le scrutin au second tour du fait du mécontentement populaire.

De titanesques chantiers et réformes vous attendent impatiemment. En changeant de chapitre, les sénégalais voudraient renouer avec le culte de l’excellence au détriment du culte de la médiocrité qui a gangrené notre société.
Nous vous souhaitons bonne chance et espérons que vous saurez gérer ce pays dont nous vous avons confié les rennes. A vous de nous donner des gages avant que nous ne venions vous dire Monsieur le Président des gages !

M. DIALLO IBNOU
Doctorant ès Lettres Modernes, Option Grammaire Moderne
Professeur de Lettres Modernes ( ibndiallo@gmail.com)
Blogueur : ibnoze.seneweb.com


Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET