Le président gambien accuse le Sénégal d'offrir l'asile à des opposants.

Lors d’un entretien à la télévision privée sénégalaise TFM hier, vendredi 5 juillet, le président gambien Yahya Jammeh a accusé le Sénégal d'accueillir des « opposants gambiens et des personnes impliquées dans un coup d'Etat ». Avec l'appui de Sant'Egidio, communauté catholique basée à Rome, la Gambie a contribué à la libération en décembre 2012 en territoire gambien, de militaires détenus pendant un an par Salif Sadio, présenté comme le plus radical des chefs rebelles casamançais du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC).

Samedi 6 Juillet 2013 - 06:03

Le président gambien accuse le Sénégal d'offrir l'asile à des opposants.
« Je ne suis pas un hypocrite. Les relations avec le Sénégal ne sont pas bonnes ». Dans cette interview au vitriol, l’homme fort de la Gambie reproche au Sénégal d’offrir l’asile aux opposants gambiens. Evoquant la situation en Casamance, Yahya Jammeh se fait même menaçant : « Si le Sénégal change de politique par rapport à la Gambie, je vais m'impliquer dans la solution de la crise. S'il ne le fait, je ne vais pas le faire », déclare-t-il.

On a l’habitude des déclarations intempestives du président Jammeh, rappelle un connaisseur du dossier casamançais : « C’est un personnage fantasque avec lequel le Sénégal doit composer : dès qu’il a des problèmes à l’intérieur, il accuse l’extérieur ». Et de souligner que le président Macky Sall a réservé à Yahya Jammeh sa première visite de chef d’Etat, qu’il l’a remercié à l’occasion de la libération des prisonniers et qu’il s’est rendu à Banjul pour la fête nationale gambienne.

« C’est la Gambie qui a besoin du Sénégal et non l’inverse »

Pour un responsable de la société civile sénégalaise, « Yahya Jammeh veut certainement que le président Macky Sall lui livre tous les opposants gambiens réfugiés au Sénégal. Mais cela, c’est demander l’impossible. Il ne faut pas que le Sénégal prenne les menaces de Yahya Jammeh au sérieux car c’est la Gambie qui a besoin du Sénégal et non l’inverse. Trois mois de blocus et la Gambie est étouffée », conclut-il avant de faire remarquer : « Salif Sadio, le chef rebelle du front nord n’est pas la chose de Yahya Jammeh non plus ».

Avec RFi.Fr

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET