Le saviez-vous ? Le premier collège secondaire de l'AOF a été mis sur pied à Saint-Louis en 1843 par l’Abbé David Boilat

Mercredi 18 Janvier 2012 - 07:01

Le saviez-vous ? Le premier collège secondaire de l'AOF a été mis sur pied à Saint-Louis en 1843 par l’Abbé David Boilat
Saint-Louis a été la capitale du Sénégal jusqu’en 1958, date du transfert à Dakar ; c’est pourquoi les premiers établissements scolaires d’Afrique francophone y ont vu le jour.

La première « école française » fut sans nul doute celle de Jean Dard, ouverte le 7 mars 1817 : elle ne comptait que 7 élèves le jour de la rentrée !

Monsieur Dard fut un pionnier : dans son « école mutuelle », on y apprenait à lire le français à partir du wolof.
Les Sœurs de Saint-Joseph de Cluny sont arrivées à Saint-Louis en 1819.Elles furent accueillies avec joie par Monsieur Dard qui espérait bien les voir ouvrir une école pour les filles. Cette première école pour filles « noires et mulâtresses » ne vit le jour que suite à l’arrêté du 15 juillet 1826 : suite à la visite de la fondatrice, Mère Anne Marie Javouhey au Sénégal, en Gambie et en Sierra-Léone de 1821 à 1824. Elle dut, pour cela, faire de nombreuses démarches à Paris auprès des ministères.

L’ «école mutuelle » de Monsieur Dard n’eut pas la suite qu’elle méritait. Découragé, il quitta le Sénégal en 1821 et fut remplacé par son adjoint, Dominique Daspres, puis par des militaires. Jean Dard revint tout de même à Saint-Louis en 1832…… mais pour y mourir le 1er octobre 1833.
Ce fut ensuite « une pauvre histoire d’efforts incohérents », malgré un arrêté du 3 janvier 1838 fixant « l’organisation de l’enseignement au Sénégal ». Il fallut attendre l’arrivée des Frères du Ploërmel en 1841 pour que l’enseignement y soit véritablement stabilisé.
C’est aussi à Saint-Louis que fut ouvert en 1843 par l’Abbé David Boilat, un authentique Saint-Louisien, le premier collège secondaire. Il comptait alors 30 élèves, tous issus de l’école primaire des Frères de Ploërmel. Après bien des vicissitudes, ce collège dut fermer ses portes en 1848.
Les Frères de Ploërmel durent quitter le Sénégal en 1904, par suite des lois de laïcisation. N’oublions pas, en effet, que toutes ces premières écoles étaient des établissements publics confiés à du personnel religieux.
Par contre, les Sœurs de Saint-Joseph de Cluny n’ont jamais quitté Saint-Louis. Chassées, elles aussi, de leur école, elles créaient en 1906, « un ouvroir » : première ébauche d’un enseignement technique féminin. A cette même époque, le Père Daniel Brottier, alors vicaire à la paroisse de Saint-Louis créait « le patronage Jeanne d’Arc » pour garder contact avec la jeunesse.

La première école privée catholique de Saint-Louis fut ouverte en octobre 1922 par les Sœurs de Saint-Joseph de Cluny au 5 de la rue Duret, où elle existe toujours.

Les Frères de Ploërmel sont revenus à Saint-Louis en 1967, sur la demande de Monseigneur Dodds, pour ouvrir le collège « Didier Marie », du nom d’un des Frères de la première équipe venue au Sénégal.
Le Frère Didier Marie, originaire de la Martinique enseigna à Saint-Louis de 1849 à 1893 soit 44 ans, un record ! Ce même Frère fut d’ailleurs le créateur du Jardin d’Essais.

Pour diverses raisons, les établissements privés catholiques sont aujourd’hui peu nombreux dans le Diocèse de Saint-Louis, mais l’Eglise tient toujours à être présente dans le monde scolaire : n’est-elle pas « éducatrice et mère » par nature ?

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET