Les Navétanes au Sénégal : Arène nationale ou détection de joueurs talentueux ? Par Al Ousseynou Ka

Vendredi 28 Novembre 2014 - 17:49

Le championnat national populaire communément appelé « Navétanes » occupe une place prépondérante dans le foot ball sénégalais. A partir du 1er Août et jusqu’au courant du mois de Janvier, de Quinze heures à au-delà de minuit, des milliers de personnes convergent vers les stades et occupent les gradins pour pousser  les jeunes de leurs quartiers à la victoire. Cet engouement populaire a propulsé beaucoup d’entre eux qui  sont devenus des professionnels et ont aussi valu à notre pays une grande satisfaction au niveau international.

On peut citer le double ballon d’or El hadj Ousseynou Diouf qui a fait ses premiers à l’ASC Kanigui de la zone 3 de l’ODCAV de Saint-Louis, le meilleur buteur de l’équipe nationale du Sénégal Henri Camara qui a joué à Karak, le gardien international sénégalais Khadim N’Diaye qui a évolué sous les couleurs de l’ASC Diamaguène de la Zone 4 de l’ODCAV de Saint-Louis.

Ces grands joueurs ont aussi la chance d’être encadrés par des techniciens d’une dimension incommensurable et qui mettaient en place une organisation de jeu très séduisante  portant très souvent ses fruits.

Aujourd’hui, l’on constate que le coach qui incarnait un leadership et qui avait  pour mission de faire produire du beau jeu et de mettre en place des stratégies efficaces pour permettre à son équipe de remporter ses matches, est relégué au second plan à cause des pratiques occultes appelées »Xons » et qui sont devenues à la fois mythe et réalité, transformant souvent l’aire de  jeu en arène nationale. Raison pour laquelle, le CNP, considéré comme un réservoir dans lequel puisaient les grands clubs traditionnels (Jaraaf, JA, Linguère…) a perdu son lustre d’antan entraînant même leur faillite  et la montée en puissance des centres de formation (Jambars, Lusitana, N’Dar Guedj, Génération foot, Académie Mawade Wade…) qui  ont mis en avant la formation et l’éducation.

A chaque organisation d’un match de CNP, les équipes en lice se présentent au stade avec une armada et un arsenal mystique qui, souvent ternit l’image du match et entraine très souvent des violences entre supporters, dirigeants…
Pourtant, les textes de l’ONCAV, en ses articles 53 et 54 interdisent formellement les pratiques occultes. Une liste des faits et gestes considérés comme pratiques occultes est remise à toutes les ASC, régulièrement affiliées à la structure mère avant le démarrage du CNP.

La question fondamentale que tous les acteurs se posent  pourquoi les membres des structures (Zones, ODCAV, ORCAV, ONCAV) ne respectent pas cette disposition réglementaire ?
Toutes ces années durant, nous n’avons pas vu,  ni entendu la disqualification d’une ASC pour pratiques occultes.
Ce qui est surtout frustrant, c’est le fait de voir des techniciens qui devaient s’occuper des aspects tactico-techniques et physiques s’immiscer dans ces faits et gestes.

Sur les 90mn qui constituent le temps réglementaire d’un match de foot ball, les 10 voire 15mn sont réservées au «coté noir ». Des joueurs qui fusent de partout avec la complicité de leurs dirigeants exhibent des talismans dans l’air de jeu, jettent et/ou déposent des cailloux ou autres objets dans les filets de but, cassent des œufs, allument du feu et tuent même des animaux à l’intérieur ou aux abords des stades. Ces pratiques sont souvent à l’origine des heurts et tensions notés entre supporters et entraînant  parfois des conséquences désastreuses allant même jusqu’à la mort d’hommes.
Devons-nous laisser une telle situation perdurer ?

Nous croyons qu’il urge de mettre fin à ces actes qui n’honorent pas le foot ball et qui ont même poussé certains fanatiques du ballon rond à ne plus fréquenter les terrains de foot ball.
A cet effet, pour éradiquer ce fléau, les propositions suivantes méritent d’être retenues :
  • Lors des compétitions zonales, départementales, régionales, il faut laisser la structure immédiatement supérieure désigner les délégués et superviseurs indépendants qui présenteront à l’issue de chaque rencontre des rapports fiables, conformes et qui ne font l’objet d’aucune contestation.
  • Lors des phases nationales, donner mandat au comité exécutif de l’ONCAV de choisir une juridiction indépendante à laquelle on mettra à la disposition des moyens suffisants afin qu’elle puisse accomplir dans les règles de l’art la mission qui lui sera confiée. Ces dispositions nécessitent impérativement la révision des articles 53 et 54 des RG  de L’ONCAV.
  • Infliger des sanctions administratives lourdes et financières à l’endroit des  équipes fautives.
  • Identifier les acteurs de ces actes, quitte à les interdire l’accès aux stades.
 
Al Ousseynou Ka chargé de la communication de l’ODCAV de Saint-Louis.
 
 
 
 

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET