Les girouettes continueront de suivre la direction du vent. Par Bamba DIANE

Jeudi 16 Juillet 2015 - 13:49

Mon grand! En ce mois béni de ramadan, je m'associe à ta grande famille, au sens large du terme, pour formuler des prières à votre endroit afin que le Tout Puissant vous rétribue la part des saints et perpétue vos bonnes œuvres sur terre. Hélas, votre nom, Ousmane Masseck NDIAYE, nous revient en ce mois béni où vous ne manquiez jamais de vous illustrer de par vos œuvres humanitaires à l'endroit de tous ceux qui vous côtoyaient ici-bas et au-delà. Mon grand, certainement vous devez être au courant de votre résurrection à Saint-Louis sans trop comprendre! Permettez-moi de vous le dire clairement, vous venez d'être tué une seconde fois par certains de vos "amis", au premier rang desquels, Macky Sall. Celui-ci est de connivence avec certains de vos ex-collaborateurs, à qui vous aviez tout donné jusqu'à les élever au rang de V.I.P alors qu'ils n’étaient que des citoyens ordinaires, des citoyens lamdas, et qui aujourd'hui vous utilisent, là où ils sont, comme fonds de commerce politique afin de bénéficier des lambris du palais. Dommage! Ils l'apprendront à leurs dépens. Macky Sall, depuis votre décès, malgré ses moult venues à Saint-Louis, n'a jamais su trouver l'occasion de citer votre nom en terme de reconnaissance. Il aurait pu, ici dans la ville de Mame Coumba Bang, lancer un appel solennel à vos partisans afin qu'ensemble, nous bâtissions la ville et le Sénégal. Il connait mieux que nous autres, l'attachement, l'engagement et l'affection que vous portiez pour la ville tricentenaire et pour sa population. Il se rendra compte bientôt qu'il est passé pas la petite porte pour vous poignarder et vous faire des enfants sur le dos, car votre famille politique ne saurait se résumer en un groupuscule de « 5 saint-louisiens » qu’on reçoit dans un appartement privé du palais. Ce groupuscule se rendra compte certainement, très bientôt, qu'il ne saura retrouver sur terre, un mentor de votre trempe, en terme de générosité et de leardership. Nous devrions, tous unis, nous consacrer à implorer Dieu pour le pardon de Ousmane M NDIAYE, qu'il le place, parmi ceux qui ont été guidés, dans son paradis eternel. Rappelons-nous, c’est en 1998 que beaucoup de Saint-Louisiens en général et singulièrement les militants du PDS vous découvrirent pour la première fois après le départ de Ousmane NGOM de la fédération. Vous aviez su rassembler tous les militants autour de votre personne et fédérer toutes les forces vives de la ville pour permettre au PDS à Saint-Louis, avec ses alliés, d’apporter leur contribution hautement significative à la première alternance démocratique au Sénégal en 2000. Depuis lors, jusqu’à votre mort, vous n'aviez cessé en tant que responsable départemental, de mener les troupes au front de toutes les batailles politiques pour la consolidation des acquis du parti, pour sa massification et son ouverture afin de demeurer un parti fort et victorieux. C’est dans cette posture, que vous accueilliez toujours à bras ouverts, malgré la réticence de certaines personnes de votre entourage, les militants mecontents du parti de tout bord, les porteurs de voix au niveau local comme national qui pour diverses raisons, avaient décidé de venir travailler à vos côtés. En 2009, periode importante de votre vie politique, nous avions encore en face, la coalition dirigée par Braya, qui ne vous a jamais soutenu du reste lors des rendez-vous locaux, mais aussi la liste Benno Siguil Sénégal dont l’APR était membre. Les deux principaux protagonistes de notre défaite de 2009, se partagent vos restes aujourd’hui mon grand. Rappelons que votre "ami" Macky Sall, même du temps où il était numero 2 du PDS, vous avait toujours combattu via A.B.C au niveau local. Pourtant, mon grand nous n’avons pas perdu en 2009 faute de bilan. Les saint-louisiens nous ont sanctionnés en voulant, d'une part, donner un signal fort aux rumeurs qui évoquaient une certaine dévolution monarchique entre les Wade. D'autre part, les causes de cette défaite, sont à chercher dans le rôle que chacun d’entre nous devait jouer pour, non seulement vulgariser vos nombreuses réalisations, mais aussi et surtout, l'humilité, la modestie et le partage qui faisaient grandement défaut, à vos collaborateurs les plus proches, qui avaient fini de réveiller, dans leurs quartiers respectifs, dépit et dégout chez nos Co-citadins saint-louisiens. Dans toutes les stations où vous aviez eu à servir, Mon Grand, vous aviez toujours jugé nécessaire de vous entourer de collaborateurs saint-louisiens afin de leur doter de moyens matériels, logistiques et financiers plus que suffisants pour qu'ils puissent venir en aide aux populations et aux militants. Effectivement Mon Grand, en faisant d'eux vos proches collaborateurs, ils ont pris goût du pouvoir de telle sorte, qu’ils n’envisagent plus leur lendemain en dehors de celui-ci. Ils sont des MILITANTS DU POUVOIR en réalité. Malheureusement au Sénégal, comme il y a des militants des partis politiques, des syndicats, de la société civile, il y a aussi ceux du POUVOIR qu'on qualifie de TRANSHUMANTS. Aujourd’hui, les véritables membres de la "famille" politique de Ousmane Masseck Ndiaye sont ceux là, qui ont toujours été marginalisés et combattus par les (MILITANTS DU POUVOIR), transhumants actuels, faisant de sorte que les loyaux n’aient jamais l’opportunité d’être dans les cercles de l'homme généreux que vous aviez su rester. En réalité, il n’y a jamais eu de famille politique de Ousmane Masseck Ndiaye à Saint-Louis. Ne pas le croire, c'est vouloir faire fi de la dimension Nationale de l'homme qui avait des militants et sympathisants à Dakar, Touba, kébémer... entre autres. A Saint-Louis, il était souvent kidnappé par des collaborateurs, en duo et/ou en trio, avec des intérêts singuliers et différents dont il était le seul à détenir le secret du management. La preuve, à peine avoir été porté sous terre, certains sont retournés au PDS, pour faire allégeance à ceux qui lui ont fait vivre les pires moments de son existence politique, d’autres ont entamé les manœuvres pour brouter dans les prairies marron beige comme ils étaient venus d'ailleurs, rejoindre les abreuvoirs bleu-jaune de l’époque. Aujourd'hui, le mérite revient à ses ex-compagnons qui, malgré les durs moments, sont restés dignes dans la solitude préférant l’hibernation à la trahison. Lors des élections législatives de 2012, alors qu vous étiez déjà fort alité, le même groupuscule avait fini de manœuvrer pour embarquer votre base dans la liste Bok Guis Guis. Comment comprendre que vous soyez le seul des trois initiateurs  à ne pas figurer sur cette liste des élections législatives alors que vous n'étiez pas le moins important des protagonistes? Cette question et tant d’autres ont poussé beaucoup de militants à ne pas s’impliquer, occasionnant des résultats plus que catastrophiques, entachant du reste votre belle image de leader engagé, charismatique et incontournable dans le nord. Même en retrait du PDS au crépuscule de votre vie, pour des raisons non encore élucidées, vous êtes demeuré un libéral né, un pur produit du PDS. Vous n'aviez jamais transhumé!!! Tel que je vous connaissais mon grand, si vous étiez toujours de ce monde, peut être, vous ne seriez plus au PDS en ce moment pour des raisons et des positions courageuses que vous expliqueriez à l’opinion, mais certainement, vous ne mettrez jamais la veste marron-beige pour vous dissiper dans l’APR car je reste convaincu que vous ne seriez pas d’accord sur beaucoup d’actes en terme de restrictions et de gestions posés par votre « ami » Macky Sall depuis son avènement Mon grand, Ousmane Masseck NDIAYE, reposez-vous en paix! Puisse le Tout Puissant faire que les marchands d'illusions qui utilisent votre nom pour construire un autre avenir reviennent à la raison. La mort ne vous emporte pas, elle multiplie votre vie dans chacun de nos bras et dans la conscience collective saint-louisienne. Le chagrin de vous avoir perdu ne devrait pas nous faire oublier le bonheur de vous avoir connu! BAMBA DIANE

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Laye le 16/07/2015 17:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Yen boulene gnou ray way. Dossier bi khana dou diekh.

2.Posté par ousmane masseck ndiaye le 17/07/2015 00:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Bamba! Reflexion tres pertinente!!!

3.Posté par Abdoukhadre SOW le 17/07/2015 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce que nous devons à notre ami Ousmane Masseck NDIAYE aujourd'hui disparu, c'est d'essayer de nous retrouver dans le respect de nos différences et divergences politiques et d'essayer de perpétuer les idéaux et ambitions partagés ensemble. Il suffit pour cela de laisser à chacun sa conscience et la liberté de ses actes, pourvu seulement que l'on s'entende et que l'on s'implique pleinement à la concrétisation des ambitions de Ousmane Masseck NDIAYE dans les quelles nos différentes contributions ont permis l'accouchement.
Que ces heures de sommeil des fois jusqu'à 4 heures du matin on se regroupait autour de lui pour la confection de cette ambitions pour Saint-Louis.
Ousmane Masseck NDIAYE, parti à jamais, ne serait ce que pour lui rendre un hommage mérité mais encore et surtout pour tout ce qu'il a eu à faire pour nous tous.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >