Lettre de l’étudiant Bassirou Faye qu’il aurait adressée au Président de la République

Monsieur le président de la République, son Excellence Macky SALL,
Je suis allé rejoindre en ce jeudi 14 Août, là haut, mes aînés Balla Gaye, Mamadou Diop et tout récemment Massaer Boye. Je suis tombé sur le champ de l’honneur après une rude journée de combat contre les forces de l’ordre alors que mes camarades et moi réclamions seulement nos bourses.

Lundi 18 Août 2014 - 08:12

Je laisse encore derrière moi une consternation à la hauteur de la bavure policière dont je suis victime. C’est vrai que ces derniers temps, je ne reconnaissais plus mon pays, qui au lieu de s’inscrire dans la voie du travail et du développement, s’est engouffré dans des histoires de procès de justice, de déballage au plus haut sommet de l’Etat et de crise universitaire qui a culminé avec mon meurtre.
Je ne m’attendais pas à partir très tôt surtout dans ces circonstances de violence inouïe. Je représentais un espoir immense pour une famille modeste. J’étais venu à l’UCAD de Dakar avec beaucoup d’enthousiasme et d’abnégation et étais prêt à travailler dû pour réussir dans la vie et aider mes parents. Ils en avaient tellement besoin.

Pourtant, ce que nous réclamions est de notre plein droit. Juste nos bourses pour étudier dans des conditions à peu prêt acceptables.
Je me désole de nos dirigeants. Ils n’agissent pas mais ne font que réagir. Ils ne prévoient pas les maladies mais se mobilisent toujours pour les guérir. Ce sont des médecins après la mort, c’est-à-dire qu’ils ne réagissent qu’après les dégâts.

Son excellence Monsieur Macky Sall, vous avez laissé la situation des universités pourrir. En effet, votre ministre de l’enseignement supérieur est méconnaissable. C’est comme s’il n’est pas un acteur de l’enseignement supérieur pour avoir été recteur de l’UGB pendant des années.

C’est vrai qu’il nous faut des réformes mais en douceur et avec la concertation la plus large. Ce Marie Teuw Niane est devenu un danger pour l’Université. On peut résumer son nom en cette trilogie : Mater, Tuer et puis Nier.
Monsieur le Président, je voudrai vous poser une seule question : où va le Sénégal avec une telle allure : le procès de Karim Wade, le livre et l’arrestation du colonel Ndao, la drogue à la police, la fraude dans le concours de recrutement des élèves-maîtres, la crise universitaire, les difficultés du monde rurale et j’en passe ? Croyez-vous qu’avec une telle actualité, le Sénégal est sur la voie de l’émergence ?

Encore une fois l’homme a frappé, la responsabilité humaine s’est engagée et le destin est évoqué pour ranger un crime sur son dos. Ô que le destin a bon dos ! Ses plus proches parents sont du Sénégal où on l’évoque toujours pour se dédouaner des fautes et crimes commis.

L’université est encore en deuil et le monde estudiantin perd un des siens. Diourbel pleure son fils et les autorités du pays sont interpellées.

Il faut trouver, Monsieur le Président de la République, des solutions durables aux problèmes auxquels nos universités sont confrontées. Il est temps parce que la situation commence véritablement à s’empirer et les morts d’hommes à dépasser les limites.
…..J’allais oublier. Mes chers camarades étudiants, je vous invite aussi à inventer d’autres formes de luttes, d’autres façons de faire la grève, même si je n’oublie pas le fait que tout dépend aussi de la stratégie de l’adversaire (du gouvernement) qui laisse souvent faire.
Je suis vraiment désolé de laisser derrière moi un pays avec de tels problèmes à régler et de tels défis à relever. A présent, comme mes aînés, je me promène au Paradis où nous avons un décor absolument différent de celui du Sénégal. Ici le maître mot c’est : SALAM !
Enfin je pourrai vivre en paix !

Du défunt étudiant Bassirou FAYE
Au Paradis (amine), le vendredi 15 août 2014


Ngor DIENG
Philosophe/Psychologue conseiller au CAOSP de Kaffrine
ngordieng@gmail.com

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par niak mouss le 18/08/2014 09:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
cest facil de pointer un ministre du doigt mais au moins faites le lien entre les faits et les veritables causes. depuis quand mary teuw niane est le patron de la police? depuis quand cette police recoit des ordres de ce ministre? pourquoi le ministere de linterieur n'est pas interpele? pour ce qui est des bourses c'est bien le tresor public donc le ministere des finance qui se doit de les octroyer a temps.... Arretez aussi de vous prendre pour je ne sait quel devin pour povoir predir ce qu'un mort pourrait dire. wa salam

2.Posté par Bill NDOUR le 18/08/2014 11:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
No Comment

3.Posté par Vivien le 18/08/2014 20:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Laissez les morts reposer en paix.
Ne profitez pas d'un drame pour poser des actes politiciens malhonnêtes et hypocrites.Que vient faire le procès de Karim ici?
Tels des vautours,certains n'hésitent pas à tournoyer autour des cadavres pour assouvir leurs sombres desseins.

4.Posté par Pharoah le 19/08/2014 22:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est amusant de faire parler les morts ......

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET