Saint-Louis du Sénégal - Actualités, Infos et News en direct - NDARINFO

Lettre ouverte au Préfet de Saint-Louis : Pour une police préventive à bord des bus TATA. Par Abdou Khadre SANO

Dimanche 12 Novembre 2017 - 22:51

Madame le Préfet,
Par la présente, je souhaite attirer votre attention, sur les surcharges permanentes et préjudiciables à notre sécurité, dans les transports en commun, en l’occurrence dans les bus TATA de la commune de Saint-Louis.
En effet, j’ai constaté, en tant qu’usager quotidien, que ces véhicules transportent les passagers, le plus souvent,  en dépassant le nombre de places prévues. Parfois, comme des pots de sardine, les clients sont entassés au point que la fermeture des portes devient impossible. En sus, pour prendre des clients, les arrêts dédiés ne sont plus respectés. 

Paradoxalement, ces véhicules font rarement l’objet d’un contrôle voire d’une interpellation policière. Du moins, je n’ai jamais été témoin du contrôle de ces bus, de la part des forces de l’ordre, jamais !  Pourtant, tous les jours, ils  passent et dépassent les agents de la sécurité routière, au niveau des différents postes de contrôle fixes ou improvisés. Ce constat nous amène à nous poser la suivante question : ces bus TATA jouissent-ils d’un statut spécial ou sont-ils soumis, au même titre que les autres véhicules, à la même rigueur du code de la route?

Le cas échéant, il me semble que les agents prédisposés à la sécurité routière, ferment les yeux lors du passage de ces bus. Il est bon, me semble-t-il, d’être avant-gardiste en alertant au lieu de rester là, à méditer sur des accidents, a priori évitables, et a posteriori catastrophiques. On connait tous, en tant Sénégalais, les conséquences du surpoids. Il n’est pas besoin de rappeler notre malheur commun, j’allais dire, notre bateau « Le D… ».
 
Dans les sociétés où la vie humaine est sacralisée, où la sécurité des citoyens est une super priorité en tout instant et en tout lieu, bref où la dignité de l’homme est au centre des préoccupations, tout ou presque est mobilisé pour assurer la sécurité des personnes et des biens. Ce sont des pays où l’homme est protégé contre lui-même, quand il constitue un danger pour lui-même, a fortiori contre des menaces externes. Je ne sais pas et ne comprends vraiment pas pourquoi ici, ces questions paraissent subsidiaires, accessoires, alors qu’ailleurs elles demeurent fondamentales.
 
Nos routes tuent plus vite que le Sida, elles sont pires que le VIH. Mais cela n’émeut presque personne. Les  accidents de la route sont devenus une banalité dans notre pays. Pour rappel, le dimanche 05 mars 2017, à Diawdoune, village situé après l’université de Saint-Louis, un terrible accident avait entraîné la mort atroce, par le feu, de dix-huit de nos parents, suite à une collision entre deux véhicules.

Le lundi 06 novembre 2017, vingt-cinq de nos concitoyens ont perdu la vie, sur la route de Touba, entre Kébémer et Sagatta. En ces occurrences, le pays ne s’est même pas arrêté pour se poser les vraies questions et les plus hautes autorités de notre pays sont restées silencieuses face à ces tragédies. Des dizaines d’âmes subitement et brutalement arrachées à la vie (mon Dieu !) sans que nous nous arrêtions, sans que nous interrogions sur la problématique du fléau qui gangrène nos routes et endeuille constamment nos foyers. Et pour soulager notre coupable conscience, nous imputons la responsabilité de nos malheurs à Allah, « Ndogal Yalla leu »…
Madame Le Préfet,
Je vous adresse cette lettre, parce que formellement, vous êtes l’autorité en charge de l’ordre public et de la sécurité des hommes et des biens dans le département. Mais sérieusement, si nous (les usagers de la route) étions assez responsables, je n’aurai pas pris trente minutes de mon temps à faire cette lettre. En effet, nous connaissons tous, le danger que nous encourons en acceptant de telles pratiques ; nous avons tous conscience des risques, que de tels comportements peuvent entraîner.

Mais puisque pour nous, le malheur n’arrive qu’aux autres, nous demeurons dans notre insouciance dangereuse, hypocrite et parfois attentatoire à notre intégrité physique, voire à notre vie. Le plus souvent, nous sommes la cause des conséquences que nous subissons. En d’autres termes, nous sommes à l’origine des catastrophes qui nous arrivent. Les expressions sénégalaises du genre, « Yalla ko dogal », sont fatalistes et ne permettent pas de mettre l’homme devant ses responsabilités. Il nous faut rompre, individuellement et collectivement, avec ses modes de penser et d’agir.

Sinon il faudrait, par la force de la loi, nous y contraindre. En effet, personne n’est en sécurité, là où il n’y a pas de pouvoir capable de tenir les hommes en respect. En vous interpellant, Madame le Préfet,  je suis convaincu, pour le bonheur et la sécurité des usagers des routes de Saint-Louis, que des mesures rigoureuses seront davantage mises en œuvre, afin de mettre fin aux comportements laxistes qui bordent nos routes.
Je vous prie, Madame le Préfet, de croire à l’expression de ma considération distinguée.

Abdou Khadre SANO
Usager des bus TATA
UGB Saint-Louis.


Commentez maintenant

1.Posté par Doomou Ndar le 13/11/2017 06:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pertinent ; Rigoureux et surtout Très Généreux comme témoignage d'Intérêt en Engagement Citoyen Positif ! Que dire de plus sinon que Qu'ALLAH fasse que votre Interpellation et Appel à la Bonne Conduite trouvent Efficient Échos et que vous "Puissiez avoir Oreille Attentive et Conséquente Réaction de la part de Nos Autorités" (qui et à l'évidence ne sont pas dans les même préoccupations que nous: Parce que cheminant sous escorte et route balisée, sécurisée) ! Et du moindre mot donc: MERCI Mr Abdou Khadre SANO !

2.Posté par Bokk le 13/11/2017 12:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci très bon citoyen mais ça ne me surprend pas de vous et de vos idée mois qui passe souvent dans votre bureau pour discute des actes citoyens bravo Bokk contane si yaw

3.Posté par BOKK le 13/11/2017 17:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bokk je suis vraiment fier de toi comme toujours des pratiques citoyen mais ca ne me surprend pas de toi mon frere comme dab quand je passe dans ton bureau pour echanger je vois toujours le meme homme tres dynamique et qui croit beaucoup a ses conviction bravos que dieu vous garde de la part de ton frere

4.Posté par Badou DIOP le 13/11/2017 18:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Sans surcharge, les gens vont être en retard. Même dans les pays développés les métros sont surchargés aux heures de pointes avec les mêmes difficultés de fermeture des postes.

5.Posté par jacskon le 13/11/2017 18:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne faut pas compter sur ce préfet et ce gouverneur ni sur ce commissaire de police pour restaurer l'ordre dans notre chère Ville. Ce sont des complexés de saloum saloum qui ont une haine féroce à l’endroit des séiant-louisiens et de la culture des domou ndar. des voyous qui orchestrent cyniquement et sournoisement la destruction de Saint-Louis. mais, c'est vous péririez tandis que saint-louis et sa culture demeureront.
Bande de lâches.

6.Posté par lakamune le 13/11/2017 22:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Voila le genre d'alerte dont la vile a besoin. Il y a bien eu des accidents à la site de surcharge et de portes non fermées des bus TATA, l'un au moins avec mort d'homme semble t-il.
Les conducteurs de bus TATA sont les anciens conducteurs de cars rapides et ils n'ont pas changé leur façon de conduire.
J'aimerai aussi que les autorités se penchent sur le cas de ces gens qui ne sont pas pauvres mais qui refusent de louer les services des camions vidangeurs, ils creusent des trous peu profond devant leurs domiciles et y versent leurs boues de vidanges que la terre de Saint-Louis, imbibée d'eau met des jours à assimiler. Résultats: risques de chutes et risques de sur-infection des lieux, quand on sait que les enfants, chassés des maisons à cause de la promiscuité passent le plus clair de leur temps dans la rue polluée.
Pour finir, il faut penser à imposer un système de collecte payant des ordures à Pikine, en ce moment, la digue qui ceinture le quartier est inondée d'au sale et de détritus.
Les mères de familles envoient des enfants ou de petits talibés verser leurs eaux sales et leurs ordures, et ces derniers ne se gênent pas de les verser où ils veulent.

7.Posté par Aababcar le 14/11/2017 06:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tres belle intervention denonciatrice, de pareils articles sont a multiplier pour alarmer l'autorite qui en partie est complice. J'ajoute aussi que que ce qui a empirer l'accident de Ndiawdounne, ce sont les places "Versailles". "Pas de khaadjal ma djaal en cas d'accident ou de panique". Aucune issue de secours dans ces mini-bus et meme les bus par ricochet. Les bancs Versailles sont a banir pour la secuirite des populations. Je me demande comment l'Etat peut toujours laisser les transports publiques a la merci des chauffards qyui font ce qu'ils veulent. Wasalam!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.