Lettre ouverte au Premier Protecteur des Arts, des Lettres et des Artistes

Monsieur le Président de la République du Sénégal, en réponse à un article publié dans l’hebdomadaire Emergence Plus n°02 de mai 2008 et dans lequel j’évoquais la Place du Souvenir africain, vous assuriez, lors d’une audience accordée à des responsables de cette publication, que vous alliez me convaincre.

Mardi 24 Mai 2011 - 10:34

Lettre ouverte au Premier Protecteur des Arts, des Lettres et des Artistes
Monsieur le Président de la République du Sénégal, en réponse à un article publié dans l’hebdomadaire Emergence Plus n°02 de mai 2008 et dans lequel j’évoquais la Place du Souvenir africain, vous assuriez, lors d’une audience accordée à des responsables de cette publication, que vous alliez me convaincre. J’étais alors enjoué à l’idée de ne vous avoir pas interpellé en vain. C’était, en tout cas, pour moi, une raison suffisante de croire que vous n’avez pas entrepris la réalisation de tous ces projets culturels pour faire bien ou pour faire du Senghor sans Senghor.

Alors, pourquoi, Monsieur le Président, malgré les investissements considérables que vous avez consentis pour la Culture, on est fondé à penser que le secteur était plus vivant, plus dynamique, en tout cas plus considéré sous Senghor ? Est-ce parce que certains secteurs culturels sont actuellement mis en coupe réglée par des barons que personne n’ose déranger ? Pourquoi la culture serait-elle le segment du Sénégal où l’Etat mettrait des sous sans avoir un droit de regard et d’interpellation ? Entendons-nous bien, je ne parle pas de censure ! Senghor en son temps avait supporté les œuvres de Sembène qui ne le ratait pas et même les bouderies d’un artiste nommé Mbaye Diop. Mais la question est : quels sont les effets réels de ces subventions, de ces fonds et de ces budgets que vous mettez à la disposition du monde de la Culture qui n’a rien à envier au tonneau des Danaïdes ?

Pourquoi ai-je l’impression qu’il reste encore à donner un sens à toutes ces infrastructures que vous avez construites ? Pourquoi la Place du Souvenir africain n’aurait-elle pas autre destination que celle d’un réceptif pour cérémonies en tous genres voire un réceptacle de « boutiques »… de haute couture, par exemple ? Pourquoi en a-t-on fait la cinquième roue du carrosse culturel ? Pourquoi le 3ème Festival mondial des Arts nègres n’a-t-il pas été l’occasion d’installer définitivement cette place dans sa destination d’origine avec ses panthéons ? Pour ma part, je crois que ledit festival aurait dû faire de la Place du Souvenir africain l’incontournable lieu de valorisation de l’homme noir et de sa culture, des résistants et des intellectuels noirs.

Quant au Monument de la Renaissance, il devrait être, après les rumeurs et les fureurs, après les contestations et les récriminations, accepté dans cet élan comme un symbole debout de l’émergence de l’Afrique et de sa Diaspora, comme l’image d’une volonté de tourner la page d’un lourd passé, d’un lourd passif. Or, il est symptomatique qu’au lieu de cela on a presque oublié le thème du 3ème Festival mondial des Arts nègres en cours de manifestations, la Renaissance africaine, et le parrain même - qui n’est pas n’importe qui, puisqu’il s’agit d’Aimé Césaire - a été enterré dans les dédales des préparatifs.

Il est vrai qu’en cette occasion, la culture, dans ses expressions musicales et corporelles, surtout, avait pris le pas sur le côté intellectuel voire immatériel et autres subtilités. Comme d’habitude, suis-je tenté de dire ! En effet, la Culture, pour beaucoup, est synonyme de loisirs ; plus grave, pour la grande masse, elle signifie amusements, donc futilités. D’ailleurs, même les aspects pris en compte lors de ces « festivités » n’ont apparemment pas été capitalisés. A l’arrivée, après les flonflons, les effluves du festival semblent s’estomper dans les rigueurs des réalités quotidiennes parce qu’on n’a pas trouvé les moyens d’en assurer la pérennité des retombées sur le landerneau. Pendant ce temps, la chanson et la musique traditionnelle de ce pays se meurent dans l’indifférence totale des autorités et des hommes de culture. L’héritage des Samba Diabaré et de Lalo Kéba Dramé a été sacrifié sur l’autel du « tradi-moderne ».

Les acteurs seraient, toutefois, contents, dit-on ! Ne feraient-ils pas plutôt du sambay mbayaan pour voir leurs parts de dons grossir ? Ne jouent-ils pas aux militants - nous sommes bien dans le domaine de la culture et y jouer la comédie n’y serait pas déplacé – pour être de ces artistes « embarqués » qui tirent les marrons de la médiocratie ? Pourquoi l’argent de la Culture servirait-il à alimenter de pseudos militants ? Point n’est besoin ! Une véritable politique, mais culturelle celle-là, eût apporté les dividendes attendus au propre comme au figuré. En effet, la Culture, au lieu d’être un simple adjuvant de meetings, peut représenter un véritable facteur de production de richesses et de développement et, bien menée, elle touchera toute la population, dans ses diversités ethnique, sociale et économique. Donc elle peut même être politiquement rentable sans compromis ni compromissions d’aucune sorte.

Mais les marchands sont dans le temple qui, à coup de trafic d’influence voire de corruption (oui, de corruption), sèment la chienlit dans le milieu. Ne vous fiez surtout pas, Monsieur le Premier Protecteur des Arts, des Lettres et des Artistes, aux déclarations officielles, souvent diplomatiques, et aux rapports des « RG de la culture », qui agissent

comme un maquillage ravalant rides et ravages sur le visage de la Culture, laquelle pourtant devrait nous représenter en tout, pour tout et partout.

Certes l’art est une activité solitaire, mais certains s’en sont faits les hérauts alors que les acteurs de la Culture attendent encore une véritable prise en charge ou plus précisément un accompagnement qui ne tuerait pas l’inspiration, la stimulerait même et donnerait une véritable raison d’être au secteur, c’est-à-dire que l’artiste vive de son art. C’est possible si les goulots d’étranglement que constituent les plénipotentiaires autoproclamés de la culture ne font pas obstacle à l’éclosion des talents et ne s’interposent pas, Monsieur le Président, entre vous et la grande masse des acteurs et, cela, en vue d’être les seuls bénéficiaires des remarquables actions que vous avez entreprises et qui devraient vous survivre.

L’objectif à viser est de catalyser l’érection d’industries culturelles pour enfin aller au-delà du discours. Pour ce faire, les « écuries » du champ devraient être revisitées, récurées et dynamisées afin de mieux nous représenter et de devenir fréquentables. Si la lutte a pu capter l’attention et les moyens dans la République, la Culture, bien managée, pourrait marcher sur ses pas voire la dépasser d’autant que, par certaines de ses facettes, la lutte véhicule de la culture. Alors les mesures institutionnelles comme la loi sur le mécénat, la loi du 1% sur les constructions de l’Etat et d’autres textes dans cette veine trouveront à s’appliquer efficacement. Monsieur le Président, les acteurs culturels n’auront plus alors à s’inquiéter de leur prise en charge sociale qui, d’ailleurs, devrait être subordonnée à la définition du statut de l’artiste.

Enfin, ce n’est pas à vous que j’apprendrai, Monsieur le Président, que la Culture est ce qui nous renvoie à nous-mêmes et qui fait et fera notre spécificité. C’est donc qu’en plus des infrastructures, nous avons devoir de travailler sur l’homme, avec les hommes et pour une société sénégalaise qui sache s’engager dans la réflexion et l’action avec ses qualités propres afin que notre apport au fameux « Banquet de l’Universel » soit consistant et que le Sénégal redevienne la voie de passage obligée des grands artistes et des grands événements culturels. Je crois que tel est votre objectif, Monsieur le Premier Protecteur des Arts, des Lettres et des Artistes, votre rendez-vous avec l’Histoire et la Postérité.

Saër Ndiaye

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET