« Libérez Karim ou je secoue le Baobab » : décryptage d’un discours de négociation

Mercredi 30 Avril 2014 - 08:55

Dans la grande interview accordée à Jeune Afrique N°2046 du 28 mars au 03 avril 2000, juste après son élection comme président de la République, Maitre Abdoulaye Wade nous renseignait que son livre de chevet était « Secrets of power négociating » portant sur la communication et la persuasion, écrit par Roger Dawson, un américain, spécialiste de la négociation.

Après 22 mois d'exil en France, l'ancien président sort du silence qu'il s'était imposé depuis l'élection de Macky Sall et délivre un discours de négociation articulé autour d’un seul et unique objectif : la libération de son fils Karim Wade, dans un contexte marqué par une faible visibilité des résultats du régime actuel.

Il utilise à cette fin, les secrets de la négociation inspirés par Roger Dawson et propose comme contre partie une contribution à la pacification de l’espace public et à la stabilité du pays, indispensables à la mise en œuvre des programmes du gouvernement notamment le Plan Sénégal Emergent.

La non-prise en compte de la proposition de Me Abdoulaye Wade risquerait de remettre en cause la consolidation du pouvoir présidentiel et de discréditer les efforts du gouvernement. Ainsi, le Président Wade exprime au Président Sall quatre attentes :

Premièrement, que le Président Macky Sall décrypte son message et la portée de son accueil populaire.
Deuxièmement, qu’il se sépare d’un groupe d’acteurs clés de son régime, qui à ses yeux, ne représentent pas grand chose.
Troisièmement, qu’il accepte sa main tendue comme le Président Diouf l’avait fait en 1999.
Quatrièmement, qu’il mette un terme à la « traque des biens mal acquis » qualifiée de « chasse aux sorcières ».

Les 7 secrets de Wade

Sur quoi se fonde Me Abdoulaye Wade pour demander à Macky Sall de libérer Karim Wade ? S’appuyant sur les atouts pour mener une négociation réussie, Me Abdoulaye Wade en décline sept (7) clés.
Tout d’abord Wade surfe sur une légitimité recouvrée. Bien qu’il ait perdu la présidentielle de 2012, il n’a pas pour autant perdu l’affection d’un tiers de la population électorale. S’adossant sur ce levier, Me Abdoulaye Wade reprend sa fonction de Secrétaire général du PDS avec la mise en scène de la restitution de ses attributs de pouvoir par Oumar Sarr, Coordonnateur du parti, devant la permanence El hadj Lamine Badji, en présence de son bureau politique et devant ses militants et sympathisants.

Le passage de témoin se fait par le billet d’un cérémonial de discours de bienvenue au Sénégal et au siège du PDS par Oumar Sarr, donnant ainsi l’occasion à Wade de parler au Président Sall tout en prenant à témoin les sénégalais et l’opinion internationale. Ceci expliquerait pourquoi Me Abdoulaye Wade a boudé les honneurs de la République en refusant de passer par le salon d’honneur et de bénéficier de l’escorte républicaine. La qualité de son accueil fera dire à Me Abdoulaye Wade « Comment peut-on ignorer la volonté d’un peuple aussi mobilisé, des millions de gens? C’est le peuple, ça dépasse le parti. Je salue les hommes et les femmes, les jeunes et vieux ici mobilisés depuis le matin. (…) Beaucoup ne voulaient pas de cet accueil du peuple, certains ont tenté de m’en empêcher (…) ».

L’analyse de la stratégie politique de Me Abdoulaye Wade qui s’est soldée par une forte mobilisation et une forte présence médiatique à travers la presse nationale et internationale (Le monde, RFI, France 24, BBC…) montre qu’il reste encore un leader politique légitime doté d’un appareil politique encore fonctionnel sur lequel il compte s’appuyer pour défendre les droits et les libertés de ses partisans et de « son peuple ». « Macky Sall a dressé une liste de certains responsables du PDS pour les empêcher de sortir du pays. Il a emprisonné Karim Wade. Mais s’il plait à Dieu, en plein jour, nous allons dégager ceux qui sont là pour détruire le pays ».

Aussi Me Abdoulaye Wade dispose d’une capacité d’influence et ou de nuisance certaine. Il dispose d’une grande expérience de l’opposition et de la gestion du pouvoir, et d’un bon réseau de relations au niveau international qu’il peut mettre au service du Sénégal pour accompagner les initiatives de développement économique et le projet d’émergence du Sénégal. Me Abdoulaye Wade lui-même dit «… des hommes d’Etat aguerris que je peux mettre à la disposition de l’Etat pour régler les problèmes du Sénégal…» mais tout en insinuant une capacité de mobilisation d’acteurs politiques et de forces occultes pour contribuer à la stabilité du pays ou entrainer la subversion.

En effet, Me Abdoulaye Wade met en évidence son pouvoir de sanction en justifiant ou explicitant sa capacité de faire un coup d’état même à partir de la France si telle était sa volonté. « Il suffirait que je reste en France et que j’appelle le peuple à marcher sur le palais et ce serait fait ». Reconnaissant les critiques que pourrait susciter une telle affirmation, Wade conjugue au conditionnel pour ne pas se mettre à dos une partie de l’opinion et réaffirme la constance de sa position de ne jamais marcher sur des cadavres pour aller au palais.

Dans la perspective de mobiliser les différentes composantes de la société sénégalaise dans « son combat », Me Abdoulaye Wade utilise le levier de la persuasion en indiquant que « J’ai senti les souffrances du peuple dans toutes ses composantes (les étudiants, les paysans, etc.). Ils ont perdu tous les avantages que je leur avais laissés. Les bourses et aides sociales des étudiants sont supprimées, les paysans sont dépossédés des véhicules que je leur avais donnés, de même que les chefs religieux ». Il ajoute que « le Sénégal commence à manquer de tout, on a repris tous les privilèges que j’avais donnés aux étudiants, aux marabouts et aux autres responsables de l’Etat. J’avais laissé au Sénégal, la démocratie… mais Macky Sall nous a empêchés de faire notre meeting »…

Par ailleurs, Me Abdoulaye Wade se présente comme étant l’homme de la situation en indiquant qu’il va non seulement mettre un terme à la « chasse aux sorcières », mais aussi il va engager et accompagner le peuple sénégalais pour la prise en charge de sa misère et de ses souffrances.

Pour conclure son discours, Wade fait un teasing et donne rendez-vous aux sénégalais pour indiquer le chemin à suivre mais aussi pour partager des informations stratégiques sur le pays et ses dirigeants.

Dans sa stratégie de négociation, Wade pose plusieurs actes. Il décline de façon non équivoque son objectif de libération de Karim et que ses lieutenants recouvrent la plénitude de leurs droits tout en offrant en contre partie ses services. Aussi, invite-t-il les marabouts à être des influenceurs et des médiateurs dans son dispositif de négociation.

Au total, Abdoulaye Wade déroule sa stratégie de négociation, utilisant les techniques clés proposées par Roger Dawson, en mettant en valeur ses atouts. Le pouvoir se doit de répondre par des actes forts et une stratégie de communication pertinente et adaptée.

Dr Thiendou Niang
Directeur du Cabinet Afrique Communication
niangthiendou@yahoo.fr


Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Xunxunöor le 30/04/2014 13:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Avec tous les miracles qu'il a accomplis, et tous les avantages accordés aux paysans, étudiants , marabouts et autres,il a pourtant été chassé du pouvoir. Que le Président ignore royalement le chantage d'un homme désemparé, qui vit un grand dilemne avec son fils coincé par la traque,au point de revenir aux discours de l'époque de Diouf,et que la justice fasse son travail sans se laisser troubler. Les Sénégalais connaissent bien maintenant Maître Wade, et c'est avec le sourire qu'ils l'écoutent.

2.Posté par Bouba Diop le 30/04/2014 15:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut que Macky garde la tête froide. Les vieilles recettes wadiennes, certes encore dangereuses car manipulatrices de l'opinion, sont éculées. Il cherche à faire peur, à mettre le feu et c'est du chantage pur et simple indigne d'un chef d'état. Le problème de l'aveuglement du peuple qui veut des résultats concrets tout de suite, ainsi que la situation de BBY forment un contexte propice pour une remobilisation du PDS, qui était exsangue sans son leader.

3.Posté par Véra le 30/04/2014 15:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Face à un vieux singe gâteux et adepte de la terre brûlée,notre cher pays a besoin d'un Chef d'Etat serein,et d'institutions judiciaires fortes et indépendantes.
TROP C'EST TROP.

4.Posté par aw le 30/04/2014 19:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En tout cas mane de diahlena si bi situation,yall naniou yalla may damm,j'ai vraiment peur du senegal,j'ecris ce commentaire avec le coeur meurtri ,je suis sur qu'on est au bord d'un risque enorme,heureusement que nos vrais marabouts pourront se montrer a la hauteur....je vous laisse imaginer la suite

5.Posté par IDE Niass le 30/04/2014 21:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les 20 dossiers qui attendent Maitre Wad le vrai criminel, grand Gangster
Mr Abdoulaye Wade, après avoir tout dit et fait aux sénégalais pendant 12 longues années, a décidé de revenir sur les lieux du crime tenter de semer à nouveau le trouble. Il nous donne ainsi l’occasion d’ouvrir les dossiers qui n’attendaient que sa venue dont les 20 premiers sont les suivants :
1° Les 75 milliards issus de la transaction frauduleuse sur les 300 hectares de terrain de l’aéroport bradés par Mr Wade au franc symbolique à son complice Mbackiyou Faye en guise de paiement pour l’érection du fameux et fumeux Monument dit de la Renaissance d’une valeur de 7 milliards
2° Le terrain sis à Ngor – Almadies acquis à 1,2 Milliards auprès d’un particulier établi au Gabon. Il s’agissait en réalité de rétro commissions sur le Fesman et non de la caisse noire comme voulait le faire croire le porte parole de Wade
3° Les 7 milliards sonnantes et trébuchantes que Mr Wade avait reçus de Taiwan, a d’abord prétendu avoir reçu un cadeau personnel d’un ami, avec d’orchestrer une mascarade de remise de chèques à des ministres alors que l’argent avait déjà été détourné depuis belle lurette via des comptes à Nicosie et Chypre
4° Le dossier des 300 milliards que vaut le patrimoine foncier fourgué sous la table à des promoteurs hôteliers tout le long de la cote marine, de la Corniche aux Mamelles
5° Le dossier des 3 milliards tirés de la vente des 11.333 M2 dérobés de l’assiette foncière du complexe hôtelier Le Meridien à travers un décret datant du 7 Aout 2009
6° Les 74 Milliards supposés avoir été injectés dans les amusements du FESMAN, en majorité en surfacturations et marchés fictifs. Pour rappel, trois décrets d’avance ont été signés par Mr Wade en 2011 pour respectivement 20 – 15 et 8 Milliards destinés au Fesman alors que l’évènement était terminé depuis un an, c’est à dire en 2010
7° Le dossier de surfacturation sur les 31 Milliards soutirés des deniers publics pour la réfection / décoration de la Pointe de Sangomar qui a pourtant été remplacée par un nouvel avion juste après cela
8° Le dossier des 5,6 Milliards tirés des 6 chèques (5 chèques de 1 milliard chacun, 1 chèque de 600 millions) que Mr Wade a signés à l’ordre de Victor Kantoussan, le gare du corps de Karim Wade, des milliards provenant de la caisse on ne peut plus noire
9° Le dossier des 2 Milliards versés à la CBAO à partir de cette même caisse noire pour le remboursement d’un prêt que Bibo Bourgi avait contracté, prêt garanti par la famille Wade
10° Le dossier des 72 Milliards de surfacturation tirés du contrat passé à 117 milliards sur base d’un soi-disant BOT avec IRIS pour la confection des passeports numérisés vendus aux sénégalais à 20.000 fcfa l’unité alors que le coût réel des passeports, tout compris (talon, impression, etc...), est en réalité chiffré à 7500 fcfa
11° Le dossier de surfacturation sur le marché de 30 Milliards donné à Delarue et associés pour la confection des Cartes d’Identité qui ne sont numérisées que de nom
12° Le dossier des milliards ayant transité entre la famille Wade, Pierre Aïm et Jerome Godart suite aux scandales et détournements orchestrés sur les Industries Chimiques du Sénégal
13° Le dossier des surfacturations et marchés fictifs (Présidence – Lonase) de plusieurs milliards manigancés entre les Wade et leur complice Paul Bénichou à l’encontre de qui le Sénégal vient de lancer un avis de recherche
14° Le dossier des 500 Millions que Baila Wane disait avoir transférés du compte de la Lonase vers un compte tiers sur base d’une simple Directive Présidentielle, sans autre justification
15° Le dossier des milliards de dessous de table suite au bradage de la Sonacos à Advens / Abbas Jaber à 6 Milliards alors que le seul portefeuille d’actifs immobiliers et fonciers de la Sonacos dépasse 70 Milliards en valeur
16° Le dossier Jaxaay, dont les 17 Milliards trop perçus sur les 52 Milliards tirés des deniers publics pour la réalisation de 3000 logements Jaxaay alors qu’au bout du compte, soit 6 ans après, seuls 2000 logements ont été lamentablement réalisés dont 1917 attribués
17° La réouverture des dossiers au parfum de scandale financier tels que :
- Le financement de l’aéroport de Diass, l’utilisation faite des taxes d’aéroport versées dans un compte spécial basé au Maroc
- Le dossier du contrat de 1000 Milliards qui était passé avec Mittal et pour lequel 3 % de commission étaient prévus
- La comptabilité des dizaines de milliards de fonds politiques que tenait Idrissa Seck de 2000 à 2004, comptabilité qu’il disait détenir dans son fameux CD n° 1.
- Le dossier des 40 milliards que se disputaient les 2 complices / grands bandits (Idy et Wade) durant le protocole de Reubeuss
- Les dossiers Sudatel – Sattar – Stade Assane Diouf – La Plateforme de Diamniadio – Le projet Jafza – La Zone Economique Spéciale
18° La réouverture du dossier de l’attaque de la Mairie de Sacré Cœur et de l’assassinat du nervi Balla Diouf. Wade avait avoué au cours d’une interview sur France 24 que c’est lui qui avait envoyé les nervis agresser les opposants. Ses techniciens IT ont bien tenté d’effacer partout cette partie d’aveu de l’enregistrement, mais la version complète contenant cette minute d'aveu est encore en ligne sur 2 ou 3 sites web qu’ils ont oubliés tels que ci-Dessous
19° La suppression de la Loi Ezzan et la réouverture du dossier de l’assassinat de Maitre Babacar Seye. L’un des meurtriers amnistiés par Mr Wade, le sieur Pape Ibrahima Diakhaté, a clairement désigné Mr Wade comme leur commanditaire.
20° La réouverture des dossiers de meurtre des 17 manifestants, crimes qualifiés de simple « brise » par celui qui les encouragés de par son obstination à briguer contre vents et marrées un 3ème mandat illégal
La réouverture du dossier du naufrage du Djolla. Près de 2000 personnes ont péri parce qu’un certain président avait utilisé le budget de réparation d’un des moteurs du bateau, et a ordonné la remise à l’eau du bateau pour des raisons politiciennes
Ces 20 mesures sont loin d’être exhaustives. Il ne s’agit que d’une esquisse de ce qui attend Mr Wade, ce héros de pacotille qui sera accueilli et traité en Zéro. La frontière lui sera fermée dès qu’il foulera le sol sénégalais qu’il a tant souillé durant 12 longues années.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET