Livre : « La forêt aux mille démons » de Louis Camara fait une adaptation de la légende Yoruba.

Samedi 9 Juillet 2016 - 21:46

L’écrivain sénégalais Louis Camara vient de faire une adaptation de la « Forêt aux mille démons » de l’écrivain nigérian Daniel Olorunfemi Fagunwa. Présentée, hier, au Centre de recherche ouest africain (Warc), cette œuvre est le récit d’une épopée de l’ethnie Yoruba du Sud du Nigeria.

« La Forêt aux mille démons », une épopée Yoruba de l’écrivain Nigérian Daniel. Olorunfemi Fagunwa n’a rien à envier au chef-d’œuvre « La Chanson de Roland » de Turold ou « L’Odyssée » d’Homère. Ecrit d’abord en langue Yoruba en 1938 puis traduit en anglais par l’illustre Wole Soyinka, en 1968, ce livre vient de faire l’objet d’une adaptation en français par l’écrivain sénégalais Louis Camara. 

L’objectif de ce dernier est de rendre accessible ce livre majeur au public francophone et ainsi, comme l’a voulu son auteur, transmettre un legs spirituel au peuple africain et à l’humanité entière. Dans ce récit, l’espace cède le pas à des univers qui font perdre l’imaginaire. Comme dans toute épopée, le réel est parfois supplanté par l’irréel où des adversaires monstrueux et perfides se donnent en spectacle. Grâce à la force de la narration, « La forêt aux mille démons » montre comment l’Afrique des profondeurs est restée toujours attachée au mysticisme émanant du fond des bosquets. Dans ce roman, considéré comme un chef-d’œuvre littéraire majeur, il est question des aventures d’un chasseur du nom d’Akara Ogun, dans la grande forêt qui, au sud du Nigéria, « est considérée comme le siège des forces spirituelles, mais aussi comme le repaire des créatures monstrueuses, grotesques et souvent dangereuses ». En allant dans cette forêt, le héros s’éprouve lui-même en tant que chasseur.

Akara Ogun dans sa quête initiatique va surmonter de rudes épreuves et réussir à défier mille et une péripéties. Issu d’un père chasseur et d’une mère sorcière, le superman grâce à son courage, sa force spirituelle qu’il tire de son Seigneur, va réussir à vaincre tous ses adversaires aussi redoutables qu’ils soient. Ce livre est une sorte de mélange entre tradition animiste et christianisme, en identifiant le Dieu suprême du panthéon, Yoruba Oludumare, avec le Dieu unique des religions monothéistes. Il mêle tradition orale et récits bibliques. Dans ce livre, le récit se termine par une leçon de morale dans lequel le héros donne les clés sur comment l’homme doit se comporter afin que l’ensemble des êtres humains puissent vivre en harmonie dans la société.

Natif de Saint-Louis, Louis Camara, professeur de Lettres, est auteur de plusieurs ouvrages de fiction. Parmi ces œuvres figurent : « Le Choix de l’Ori », Grand Prix du président de la République pour les Lettres, en 1996.

LE SOLEIL

 

L’écrivain sénégalais Louis Camara vient de faire une adaptation de la « Forêt aux mille démons » de l’écrivain nigérian Daniel Olorunfemi Fagunwa. Présentée, hier, au Centre de recherche ouest africain (Warc), cette œuvre est le récit d’une épopée de l’ethnie Yoruba du Sud du Nigeria.

« La Forêt aux mille démons », une épopée Yoruba de l’écrivain Nigérian Daniel. Olorunfemi Fagunwa n’a rien à envier au chef-d’œuvre « La Chanson de Roland » de Turold ou « L’Odyssée » d’Homère. Ecrit d’abord en langue Yoruba en 1938 puis traduit en anglais par l’illustre Wole Soyinka, en 1968, ce livre vient de faire l’objet d’une adaptation en français par l’écrivain sénégalais Louis Camara. 

L’objectif de ce dernier est de rendre accessible ce livre majeur au public francophone et ainsi, comme l’a voulu son auteur, transmettre un legs spirituel au peuple africain et à l’humanité entière. Dans ce récit, l’espace cède le pas à des univers qui font perdre l’imaginaire. Comme dans toute épopée, le réel est parfois supplanté par l’irréel où des adversaires monstrueux et perfides se donnent en spectacle. Grâce à la force de la narration, « La forêt aux mille démons » montre comment l’Afrique des profondeurs est restée toujours attachée au mysticisme émanant du fond des bosquets. Dans ce roman, considéré comme un chef-d’œuvre littéraire majeur, il est question des aventures d’un chasseur du nom d’Akara Ogun, dans la grande forêt qui, au sud du Nigéria, « est considérée comme le siège des forces spirituelles, mais aussi comme le repaire des créatures monstrueuses, grotesques et souvent dangereuses ». En allant dans cette forêt, le héros s’éprouve lui-même en tant que chasseur.

Akara Ogun dans sa quête initiatique va surmonter de rudes épreuves et réussir à défier mille et une péripéties. Issu d’un père chasseur et d’une mère sorcière, le superman grâce à son courage, sa force spirituelle qu’il tire de son Seigneur, va réussir à vaincre tous ses adversaires aussi redoutables qu’ils soient. Ce livre est une sorte de mélange entre tradition animiste et christianisme, en identifiant le Dieu suprême du panthéon, Yoruba Oludumare, avec le Dieu unique des religions monothéistes. Il mêle tradition orale et récits bibliques. Dans ce livre, le récit se termine par une leçon de morale dans lequel le héros donne les clés sur comment l’homme doit se comporter afin que l’ensemble des êtres humains puissent vivre en harmonie dans la société.

Natif de Saint-Louis, Louis Camara, professeur de Lettres, est auteur de plusieurs ouvrages de fiction. Parmi ces œuvres figurent : « Le Choix de l’Ori », Grand Prix du président de la République pour les Lettres, en 1996.
- See more at: http://www.lesoleil.sn/2016-03-22-23-38-25/item/51838-livre-la-foret-aux-mille-demons-louis-camara-fait-une-adaptation-de-la-legende-yoruba.html#sthash.N3jL2OXs.dpuf


Notez


Commentez maintenant

1.Posté par zagalo le 11/07/2016 16:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
khana louis camara c'est un yoruba ou bine il a des parents yorubas?

2.Posté par Tintin le 11/07/2016 22:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Adapter un roman pour en faire un film je comprends ....mais adapter un roman pour en faire un autre roman ??.....
n'est ce pas trahir l'auteur ? pourquoi ne pas faire tout simplement une traduction....

3.Posté par ALIOUNE CAMARA BADAAH le 12/07/2016 12:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En tout cas il fait la fierté de la ville de saint -louis c'est vraiment dommage que les jeunes ne lisent plus.

4.Posté par Majama Faal le 13/07/2016 14:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jaraw Lakk Merci mon frère fréro pour cet effort et de création et de recréation, absolument remarquable...( Louis contacte moi s'il te plait c'est URGENT ) .. je disais donc Louis Camara est un écrivain majeur et enraciné Bonne lecture en attendant la suite car le meilleur est à venir

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 20:50 Le sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET