Manœuvres en parachute à Bango : La chute mortelle de Ndèye Aïda Sène - Sa mère éplorée : «A 4h du matin, elle a demandé à son père de prier pour elle»

Jeudi 28 Juin 2012 - 16:07

Manœuvres en parachute à Bango : La chute mortelle de Ndèye Aïda Sène - Sa mère éplorée : «A 4h du matin, elle a demandé à son père de prier pour elle»
Un an seulement après l’autorisation aux filles, de passer le concours de l’Ecole nationale des sous-officiers d’active (Ensoa), une première victime est enregistrée au cours des manœuvres. Ndèye Aïda Sène a raté son saut en parachute hier à Bango, s’écrasant au sol.

L’Ecole nationale des sous-officiers d’active (Ensoa) de Kaolack est en deuil. L’une de ses pensionnaires, répondant au nom de Ndèye Aïda Sène, s’est en effet tuée hier, au cours d’une manœuvre militaire à Bango. Agée de 26 ans, elle a raté son saut en parachute, s’écrasant au sol, à 400m du sol. Elle était à son 5e passage sur six. Des militaires ont déclaré qu’elle n’a pas pu ouvrir le parachute, alors qu’elle avait déjà sau­té de l’avion. Le jargon mi­litaire dit qu’el­le a «fait tapis», plon­geant tout Bango dans l’émoi et la consternation.

Originaire de Fatick, Ndèye Aï­da Sène avait réus­si le con­cours d’entrée à l’Ensoa l’année dernière, au niveau du Bfem et elle avait choisi de devenir sous-officier d’ac­tive dans les forces armées sénégalaises. Ce concours ouvert tout ré­cemment aux filles, a vu pour la première fois, 10 sous-officiers féminins sortir de l’Ecole nationale des sous-officiers d’active (Ensoa) de Kaolack, l’année dernière, avec com­me parrain, feu sergent Mala­mine Camara.

Une cérémonie historique, au cours de laquelle, Bécaye Diop, alors ministre des Forces armées, prévenait les candidates avec ces mots : «C’est aux femmes de relever le défi, parce qu’il faut qu’elles arrivent à prouver que le Prési­dent (Abdoulaye Wade) ne s’est pas trompé. Il faut qu’elles arrivent à prouver qu’elles ont leur place dans ce milieu. Il faut qu’elles se battent, parce que l’armée est un métier extrêmement difficile. Il n’y a pas de cadeau. Il n’y a pas de femmes. Il n’y a pas d’hom­mes.»

Ndèye Aïda Sène devient malheureusement la première victime de cet exercice loin d’être une partie de plaisir. Ses camarades de promotion et même certains formateurs étaient inconsolables hier, après cet accident qui a coûté la vie à une fille à la fleur de l’âge. Le corps de la fille a été acheminé dans une structure de santé de la ville, en attendant son transfèrement à Fatick, où vi­vent ses pa-rents.

Le Sénégal se rappelle encore de la mort de Ndèye Fatou Seck Gning, à Koulikoro au Mali, le 3 octobre 2011, alors qu’elle était en dernière année de formation à l’Ecole militaire Interarmes, avec quatre autres frères d’armes maliens. Même si les circonstances exactes de cette mort ne sont pas totalement élucidées, certains ont pointé du doigt la rudesse des manœuvres auxquelles sont soumises les élèves officiers.

La Dirpa révèle l’ouverture d’une enquête

Une fois n’est pas coutume, la Direction des relations publiques de l’Armée (Dirpa) s’est fendue d’un communiqué dans la soirée d’hier, pour apporter plus de précisions sur les circonstances de la mort de Ndèye Aïda Sène. Dans le texte reçu par la Rédaction, la Dirpa écrit ceci : «Con­for­mé­ment à leur programme d’instruction, les élèves sous-officiers d’active de la première année de l’Ecole na­tionale des Sous-officiers d’Ac-­tive (Ensoa) séjournent de­puis le 14 juin 2012 à Saint-Louis pour y effectuer un stage pédagogique suivi d’un stage en parachutisme. Cette promotion compte 10 filles.» Les services du Colonel Abdoura­him Kébé de préciser encore que «le mercredi 27 juin 2012 à 11 heures 35 mn, alors qu’ils effectuaient leur 5e saut parachutiste sur les 6 prévus, l’élève Ndèye Aïda Sène, née le 11 juillet 1986 à Fatick a eu un accident de saut ayant en­traîné sa mort».

Ainsi la Dirpa révèle qu’une enquête a été ouverte pour élucider les causes de l’accident.

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET