Saint-Louis du Sénégal - Actualités, Infos et News en direct - NDARINFO

Ndiébène Gandiole, un terroir chargé d’histoire

Dimanche 4 Juin 2017 - 06:35

Ndiébène Gandiole, un terroir chargé d’histoire
Située dans l’arrondissement de Rao, à quelques encablures de l’embouchure du fleuve Sénégal et à une vingtaine de km de la ville de Saint-Louis,  fut fondé par un certain Ndiambé ou Ndieumbe Diop. Selon de nombreux témoignages concordants et recueillis sur place auprès de cinq sexagénaires du village de Tassinère, Ndieumbe Diop fut un chasseur provenant du Djolof toujours accompagné de son fidèle griot Deuleuss Diouck.
Pendant plusieurs années, il mettait à profit la saison sèche pour chasser.


La viande de ses proies était mise en boucanée « séél » et lui servait de nourriture une fois de retour au Djolof. Pendant une année, les pluies, qui l’ont surpris dans la région, ont fait pourrir toutes ses provisions. Après une longue méditation, il décida de rester dans ce terroir, car il n’avait plus de nourriture en réserve.


 Il rejoignit le village de Gantour qui se trouvait être le plus proche et qui daterait de plus d’un siècle. Quelques années après son intégration, Ndiambé ou Ndieumbe épousa une fille du village et fut envoyé par les gens de Gantour auprès du Damel du Kayor pour lui décrire l’état du lieu où il vivait tout en revendiquant l’appartenance de cette localité du Gandiolais au roi du Kayor. D’innombrables taxes ont été offertes au Damel à cet effet.


A en croire ces vieux notables, Ndieumbe fut, à cette occasion, nommé «Diawdine» de cette région du Gandiolais. Pour ne pas bouleverser la hiérarchie déjà établie à Gantour, Ndiambé Diop eût le réflexe de fonder un nouveau village plus à l’Ouest de Gantour. Ce village porte le nom de Ndiébène. Ce fut une déformation du mot «Ndiobène» et toute la partie septentrionale de Gandiol lui fut confiée.  Ce village, ont précisé nos sources, fut l’un des trois villages-mères de la province de Gandiol.


Après l’annexion de la province par le Brack du Walo, Diack Aram Bacar en 1749, des suites de la bataille de Ndob, le Cadi (Imam et Juge musulman), par ailleurs représentant du roi du Walo, s’installa pour la première fois à Ndiébène. À partir de ce moment, Ndiébène devenait la capitale de la province de Gandiol et cela jusqu’à la cession de la province à la colonie du Sénégal en 1861.

Avant cette date, toutes les décisions importantes étaient prises à Ndiébène: les batailles de Dign sakh (opposant le Gandiol aux guerriers du Walo), la bataille de Ricote quand les Gandiol-gandiols se battaient contre les ravisseurs d’esclave (les maures du Trarza), la bataille de Safilème surnommée le conflit des épaves quand le Gandiol entrait en conflit contre la colonie du Sénégal le 04 septembre 1826 ou même la signature du traité entre la colonie du Sénégal et les gens de Gandiol le 15 décembre 1826. La bataille de Safilème fut la première défaite que la France eut enregistrée en Afrique.

Mbagnick Diagne Kharachi

 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.