OPINION | Comment impliquer la masse étudiante pour un « syndicalisme étudiant » plus rationnel à l’UGB ? Par Grégory JOSEPH et Alioune NDIAYE.

Vendredi 17 Juin 2016 - 16:40

Le rayonnement de toute université à l’échelle mondiale nécessite l’abnégation et l’implication de tous les individus qui font sa raison d’être. Il s’agit dans le cas de l’UGB, de l’Etat central, du PER, du PATS, des étudiants, du personnel du CROUS, etc.  Ces derniers doivent travailler en synergie pour faire fonctionner l’institution de manière efficace et efficiente afin de répondre aux besoins de la société et de surcroît assurer le bien-être de ses occupants. Indéniablement, l’université Gaston Berger a une renommée nationale et internationale du fait des résultats remarquables de ses étudiants dans certains concours, des résultats de recherches de ses enseignants, entre autres.

Cependant, il est à constater que l’excellence dont l’UGB fait montre subit des secousses tribord/bâbord depuis quelques années à cause des problèmes complexes et souvent connexes qui débouchent dans l’immensité des cas sur des grèves incessantes. Alors, au vu de la complexité des problématiques qui brimbalent l’UGB, dans les lignes qui vont suivre, nous donnerons notre opinion sur les mouvements estudiantins au sein de ce temple du savoir.


Indubitablement, les représentants ou les délégués des étudiants (COM-SOC et CESL) à l’UGB effectuent un travail méritoire pour la défense des causes de l’étudiant et pour rendre meilleur leur séjour dans cet espace.

Leur abnégation pour ces causes et les conséquences que leur dévouement peut avoir sur leurs études et leur vie personnelle sont légion. Par conséquent, on ne peut que les complimenter pour les combats acharnés mener lors des dernières reformes de l’enseignement supérieur, pour l’obtention de bourses de certains étudiants, pour la livraison de certains édifices au sein de l’université, pour l’amélioration des conditions de vie des étudiants au sein du campus, etc. Toutefois, nous estimons qu’il est nécessaire de formuler certaines critiques à leur égard car nous pensons, pour le perfectionnement de toute structure, les critiques sont indispensables.

Arrêtez de croire que vous êtes plus intelligents que la « masse étudiante».

Il est de coutume chez ceux qui nous dirigent de croire être le détenteur de toutes connaissances, des solutions miracles, etc. Par conséquent, ils ont tendance à négliger la « masse étudiante » car ils supposent qu’elle agit émotivement et qu’ils peuvent l’amener à suivre comme des pantins les différentes actions ou mouvements revendicatifs qu’ils déclenchent. Un pari réussi pendant plusieurs années au sein de l’université Gaston Berger par nos représentants (les délégués de la COM-SOC et de la CESL).


Cependant, malgré sa faiblesse, la tendance critique des modes d’actions revendicatives des délégués émanant d’une partie de la « masse » qui ne pense pas comme la « masse » prend de plus en plus d’ampleur.

Le fait est que les résultats ou les retombées des contestations ne sont pas toujours à la hauteur des attentes des étudiants sanarois puisqu’entrainant souvent des « sessions uniques » avec tous les maux qui vont avec, le rallongement de l’année universitaire qui entrave parfois la mobilité estudiantine et la réalisation de certains projets personnels. A titre d’exemple, les grèves et les JST pour la livraison du village N, de l’extension de la bibliothèque centrale étaient intenses et malgré tout, l’on nous les a livrés plusieurs années après. Quels sont les impacts réels des grèves et des JST sur le fonctionnement du CROUS et sur la réussite des étudiants ? (Durant ces JST, certains en profitent pour se restaurer comme bon leur semble en se disant que c’est l’Etat sénégalais qui paie tout en oubliant que ce sont les taxes des contribuables sénégalais qu’ils dilapident et que l’Etat c’est eux (les sénégalais).


Les JST et les grèves résolvent-elles toujours nos problèmes ? Combien d’étudiants ont souffert de ces soulèvements ? Combien sont et seront  expulsés de l’université à cause d’un mouvement dont nous connaissons à l’avance le dénouement ou peut-être seuls les délégués maitrisent ?  Le credo est de défendre l’intérêt de l’étudiant sanarois, mais comment ? Est-ce qu’on écoute l’étudiant sanarois au vrai sens du mot « écouter »? Combien de fois ils s’époumonent pour manifester leur désaccord par rapport à l’organisation de certaines manifestations et que nos représentants restent insensibles à leur réclamation? Nous avons  l’impression que les représentants des étudiants sanarois les dirigent comme nos gouvernants dirigent les peuples en Afrique ou dans certaines contrées à travers le monde.


Pourquoi les étudiants sanorois sont les victimes des désaccords entre leurs dirigeants et les autorités du CROUS et quand ces deux entités décident d’organiser de connivence des évènements, les avis des étudiants ne comptent pas ?
Il est temps que l’on fasse resplendir l’image de l’UGB qui se dégrade quotidiennement. Ce resplendissement requiert l’effort de toutes les parties prenantes de l’institution. Ne serait-t-il pas plus ingénieux qu’au début de chaque année universitaire qu’une enquête soit menée auprès d’un échantillon représentatif d’étudiants de l’UGB sur les problèmes qu’ils souhaitent que leurs représentants et le CROUS résolvent ? Sur les manifestations à organiser au cours de l’année universitaire ? Etc.


Le statut d’étudiant confère à son détenteur une liberté de pensée, de questionner, de critiquer de manière objective. Il est important de soutenir nos dirigeants (délégués) dans les luttes qu’ils mènent pour « défendre nos intérêts », mais cette coopération nécessite de notre part une réflexion perspicace, un recul et de véritables questionnements. On doit être capables de se projeter et d’examiner minutieusement les résultantes des grèves et des JST initiées par nos délégués. Car, après tout, c’est nous (étudiants) qui subirons les conséquences de nos mouvements, qu’elles soient positives ou négatives. La récente venue des GMI pour sécuriser les restaurants universitaires était prévisible compte tenu de la durée des JST. Par ailleurs, la nécessité d’un « groupe critique » d’étudiants crédibles qui remettent en cause objectivement certaines décisions des délégués serait nécessaire.


Il en résulte que le non-respect du délai de livraison de certains bâtiments ou des engagements pris par les autorités du CROUS ; le manque de réflexion stratégique des délégués (COM-SOC/CESL) avant d’entamer certaines luttes, leur présomption à penser qu’ils détiennent toutes les vérités nous font souffrir temporellement et impacteront de manière négative notre avenir et celui de nos frères et sœurs sénégalais et africains qui souhaitent se cultiver dans ce temple du savoir qu’est l’UGB. De ce fait les autorités du CROUS doivent savoir dire la vérité aux étudiants. Laquelle vérité peut être blessante, mais elle met les parties prenantes au même niveau d’informations et peut-être, elles peuvent trouver une solution consensuelle qui les arrangera toutes.


Néanmoins, avec tous ces mouvements (grèves, JST)  interminables, non analysés et qui paraissent dans certains cas arbitraires, l’université Gaston Berger est sur le point d’abandonner son crédo d’excellence pour embrasser celui d’ « université de l’incertitude ». L’incertitude pourquoi ? L’on ne sait jamais quand commencera une année universitaire et quand elle prendra fin ? (A l’exception peut-être de l’UFR 2S). Nous  avons le sentiment que l’on doit remercier le ciel à chaque reprise des cours parce que nous ne maitrisons rien dans cette institution. Mais, pensons à ces étudiants étrangers qui ne peuvent dire à leur famille qu’ils ne font pas cours à cause des grèves, à ses étudiants sénégalais qui ont comme l’impression qu’ils sont fourvoyés. Alors, si nous continuons dans cette direction, l’excellence de l’UGB sera en péril, si elle ne l’est pas déjà.
 
 
Soyons solutions.

Si nous continuons à faire ce qu'on a toujours fait, nous continuerons à être ce qu'on a toujours été[[1]]url:#_ftn1 . Sans un changement de mentalités, de modes d’actions, la normalité des grèves estudiantines à l’UGB s’érigera en norme et cela pourrait entrainer la décadence de l’institution si rien n’est fait pour changer de cap. Il est de coutume de critiquer les modes d’actions de la COM-SOC et de la CELS consistant à décréter des grèves ou des JST pour inciter les autorités universitaires à répondre favorablement aux revendications estudiantines à l’UGB. Alors, est-il possible de trouver d’autres formes d’actions collectives qui ne mettent pas en péril la raison d’être des étudiants à l’UGB ? C'est-à-dire leur étude. Nous répondons affirmativement car quelqu’un a dit : « la culture crée l’homme et l’homme crée la culture. Si cette dernière n’assure pas le bien-être de l’homme, ce dernier a le droit de la changer ». Par conséquent, effectuons une enquête auprès des étudiants de l’UGB et filtrons les meilleures propositions sur les nouvelles manières de mener nos luttes qui n’influent pas  négativement sur nos études. L’UGB détient des têtes bien faites, alors chers délégués profitons-en.  
Nous ne prétendons pas donner des leçons à quiconque à travers ces lignes. Nous supposons qu’étant pur produit de l’université Gaston Berger, nous avons notre mot à dire sur le vécu de cette institution qui nous est chère. Il en est de même pour chaque étudiant (e) « étranger (ère) » de l’UGB. Ces derniers sont aussi des futurs (res) ambassadeurs (drices) de l’UGB. Ils subissent les conséquences des grèves/JST au même titre que les autochtones. Personne ne peut les empêcher de donner leur opinion de manière objective sur ce qui se passe à l’UGB.
Que l’on croit ou non au programme de l’émergence ou de développement économique actuel de nos pays, nous souhaitons pour la plupart le développement de nos nations. Aucun pays ne se développe sans une jeunesse correctement instruite. Il est du devoir de la jeunesse de contribuer à la réussite de sa formation, car enfin de compte avec ces modes d’actions impromptues, non maitrisées dans certains cas, nous sommes les premiers à travers une auto-analyse à examiner si nous sommes bien formés ou pas et ensuite, le marché de l’emploi nous scrutera selon ses propres références.     
 
[[1]]url:#_ftnref1 Ce n’est pas notre phrase, nous l’avons entendue quelque part.

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Agent du CROUS à Hébergement le 17/06/2016 17:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Désolé de te contredire mr le directeur
touS les travaux au CROUS sont exécutés mais par qui et a quel montant Par un des ami et frère d'enfance dieye de pal qui n'a aucune expérience en matière de travaux sa profession est de vendre du matériel venant a pikine sur la route de dakar ou de faire de l'élevage.
Maintenant le crous est devenu le fier fass , pal ou de faire des échanges personnel (nouvel recrutement) avec le directeur du coud on peut bien citer le cas de ta fille ndeye Sophie diaw ou de mme du grand suyndicaliste
l’organisation de deux tournois internationaux de basket et de football Par MME la conseillère très mal placée pour exécuter des taches dévolues a une division le rôle d'un conseiller est de donner un avis ou d'alerter des manquements Les loyers de ces boutiques seront désormais versés à l’assistant social via l’agent comptable depuis quand un assistant doit gérer des fonds? encore il faut rappeler tes liens de parentes avec ce jeune frère que tu vient de recruter et lui confier des responsabilités
Nous avons augmenté de plus de 1000 places la capacité des restaurants et l’installation des modules; Travaux confier a un restaurateur pour la bonne raison qu'il redistribue une partie des bénéfices aux responsables aux ayants droits
recrutement d’un deuxième médecin: doct Fall de pal encore très proche parent et petite sœur même
une ambulance médicalisée Fiat venant a quarante millions (40 000 000 ) de nos francs voila la raison du blocage de son immatriculation et la douane doit s'autosaisir de cette affaire
l’installation des modules et pourtant tu avais avancer des dattes non respectées mais le véritable problème il n'y pas d'appel a la concurrence ou de drp malgré le montant très élevé des factures bus de transport (étudiants et personnels) le transport étudiants est supprimé depuis la rentrée 2015 et pourtant les cars ne sont détournés a des fins politiques et pour le transport des habitants de fass et pal
les travaux d’entretien et de réparation sont des missions régaliennes du CROUS qui s’en acquitte au quotidien Faux sans quincaillerie les ouvriers sont renforces et payes a ne rien faire la quinzaine était une bonne occasion pour amoindrir la souffrance des étudiants hélas
Les ont réussit a faire partir ton prédécesseur Biram pour toi c'est les étudiants

2.Posté par DIA le 17/06/2016 18:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je condamne avec la plus grande vigueur ces actes de banditisme qui consistent à bloquer le système et qui ne peuvent en aucun cas se réclamer d'une quelconque religion, et encore moins de la période de fin d'année. C'est la raison pour laquelle j'appelle les étudiants conscients à leur responsabilité historique contre ces bandits. Cette responsabilité historique nous la partageons avec vous, elle nous engage ensemble: elle est celle de continuer à militer de toutes nos forces pour la défense de l'Université contre le sabotage marqué par des grèves illimités, bien sûr, mais au-delà de cela de lutter contre ces délégués véreux. Mon Cher Ami agent DU CROUS Pourquoi débitez tout sur le compte d'un homme qui a récemment tout donné à la Commission Sociale. Sois raisonnable

3.Posté par Dr Mame Alé Mbaye le 18/06/2016 00:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dr Mama Alé Mbaye Liste les faveurs que le CROUS accorde au Directeur Ibrahima Diao

Recrutement:
Ma fille Ndeye Sophie Diaw au COUD de même que la femme du syndicaliste qui a eu le mérite d'insulté Diao de mère, de père et sauver de justesse par l'intervention des braves agents
La sœur de l'autre syndicaliste petit frère du grand transhumant ngom qui avait commence les insultes avant
des deux chauffeurs personnel de qui sont des frères de mme Diao; Mr ngom qui a réussit en un temps record bousier le véhicule de la direction
Docteur Fall de pal
Assistant social de fass
Frère de l'acp
Fatou Diop voisine et de la famille qui avait Diao des ......
les neveux: El hadji diop, Djibril Sarr ............presque une dizaine liste à compléter
Les belles sœur: Abi ngom liste à compléter
Pape Diagne de fass
137 journaliers rien que pour le nettoiement, plus de 50 pour les ev, 40 pour la cafeteria en réfection, au 30 pour la case culturel, 50 pour la lingerie, 35 pour le social, et 30 contrats de 100 000 f pour des étudiants politiciens de fass et pal

Les nominations
CSA doct de fass
Conseiller Technique pr le sport mme recteur
chef division DACS syndicaliste syntus
Conseiller technique charge des ressources ad SG des travailleur des universités
coordonnateur social SG syntus
Chef service Approvisionnement première amie de Dia ( guell quoi )
chef bureau nettoiement pape diagne de fass un alphabète pour un poste dont le profil es bac plus
chef bureau des espaces verts poulain de birima cnts
assistant technique ada photographe poulain aussi
chef de village f diop
assistant social de fass liste à completer

Les contrats
Moi Dr Mame Alé Mbaye vacataire au rectorat boy de Diao et comment mérite d'accuser à tort le chef de la division de détournement et j'ai l'audit qui n'a rein prouvé et tout les membres de la commission ont été bien payes malgré le résultat très décevant et je me suis retrouvé avec un contrat grosse somme d'agent merci diao
pour rappel Dr Mame ale mbaye a été juge et emprisonné à la prison de saint-louis
30 contrats de travails pour des étudiants de fass et pal qui suivent régulièrement leur cours

4.Posté par JAR le 18/06/2016 00:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
He mon ami DR Mame ALE il faut compléter ces faveurs le Paiement des diplômes à cout de dizaine millions au CESAG par les généreux anciens directeurs du crous
De même ma lune miel au USA avec ma Troisième épouse
Les voitures (Peugeot 406 et HYUNDAI.......) achetées par les restaurateurs et les dons de maisons UN grand merci DR Mame À le Mbaye

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET