OPINION | L’aigre promesse du président Macky Sall. ( Par Demba SECK, Doctorant en Sociologie)

Jeudi 25 Février 2016 - 05:44


En 2012, le Sénégal avait assisté à un évènement historique sans précèdent, car c’était la première fois qu’un président sénégalais était élu avec autant de voix au suffrage universel, soit 65,80 %. Il y avait une explosion de joie généralisée, manifestant un sentiment collectif de délivrance, tant les Sénégalais y voyaient un début de rupture porteuse de grands changements pour le grand bénéfice du peuple. Mais l’espoir soulevé s’est progressivement éteint.


Mais nous ne savions pas si cette lutte effrénée pour la rupture, contre le régime de Wade, nous conduirait vers cette dérive fatale que le Sénégal est en train de traverser depuis lors. Quelle déception !  S’exclament aujourd’hui les citoyens sénégalais, car la situation qu’ils vivent ne ressemble en rien à ce qu’ils attendaient.


Cette déception des Sénégalais n’est pas seulement due à l’action du président de la république, elle est aussi le résultat de l’œuvre de certains intellectuels qui lui sont proches, mais qui sont sans conviction forte sur les belles et nobles idées de justice et d’éthique, etc., qu’ils incarnaient naguère. Et tout se passe comme si au sommet de l’Etat les « wax waxeet kat » politiciens et les « wax waxeet kat » intellectuels s’étaient donné le mot pour mieux tromper le peuple sénégalais afin de pouvoir continuer à le supplicier sans qu’il ne se révolte.


Si les politiciens ont failli à leurs missions, il en est de même des intellectuels qui, du fait de leur collusion avec les hommes politiques non honnêtes, ont fini par perdre la raison, la foi en la lumière mobilisatrice que celle-ci porte.  Et c’est là où les valeurs, l’éthique peuvent avoir un lien fort avec le changement. 


Nous espérons que bientôt des intellectuels honnêtes, vertueux prendront le dessus sur ceux-là qui n’agissent qu’au grès des intérêts du prince, en mettant leurs savoirs au service de pratiques et de positions non éthiques auxquelles ils veulent donner une légitimité institutionnelle.


Il y a quelques semaines notre président de la république avait adressé une lettre au conseil constitutionnel pour lui demander son « avis » sur la réduction de la durée de son mandat de 7 ans pour le ramener à 5 ans. Mais tout le monde savait déjà ce que le conseil constitutionnel allait répondre et quelle décision allait prendre le président de la république. Les intellectuels théoriciens des intérêts du prince avaient déjà donné le ton « déraisonnablement », en prenant le contrepied de ce qui naguère était la manifestation de leur conviction d’intellectuelle, libre de toute allégeance politique. Parce que le prince devait faire du « wax waxeet», les intellectuels du gouvernement devaient le légitimer intellectuellement.


Cette situation, certains sénégalais, pour des raisons politiques et ou éthiques l’ont déplorée, tandis que d’autres l’ont approuvée sans en mesurer la profonde anomalie. Quoi qu’il en soit, pour beaucoup de sénégalais surtout parmi ceux-là qui souhaitaient un referendum, avec comme enjeu la réduction du mandat du président, ce referendum n’avait dès lors plus aucun sens.


A vrai dire M. Macky Sall n’a pas été très prudent lorsqu’il proposait aux sénégalais de réduire son mandat de 7 ans à 5 ans.


Maintenant qu’il a commis cette erreur, il ne faut pas qu’il impose aux Sénégalais un referendum budgétivore qui sera vidé de tout intérêt pour la majorité du peuple : la question de laïcité, de la décentralisation, etc., ce n’était pas cela que les sénégalais souhaitaient discuter dans ce referendum. En effet, les points sur lesquels les sénégalais doivent se prononcer le 20 mars prochain n’ont aucun enjeu pour la plupart d’entre d’eux. Le président a commis une erreur en faisant la promesse de la réduction de son mandat et s’en était rendu compte trop tard. Mais comment a-t-il pu commettre cette erreur ?


Ayant servi l’Etat du Sénégal et occupé des postes stratégiques au sein de divers gouvernements pendant près de 10 ans, avant de devenir lui-même président de la république de ce pays, M. Macky Sall devrait bel et bien comprendre que 5 ans étaient très courts pour réaliser un quelconque projet d’envergure dans un pays aussi sous développé que le Sénégal, où il existe des lenteurs, des goulots d’étranglement de toute sorte et à tous les niveaux, entre la conception d’un projet et sa réalisation effective ; toute chose qu’il faudra d’ailleurs rectifier le plus rapidement possible si on veut permettre au Sénégal d’aller vite vers l’émergence.


Un mandat de 5 ans, voire de 3 ans, pour un pays développé comme la France, les USA, etc., pourrait être largement suffisant pour réaliser de grands projets : les moyens de financement, les entreprises performantes, les compétences et expertises, etc., tout est sur place, ou presque ; ce qui n’est pas le cas pour un pays aussi sous développé et dépendant à tous les points de vue que le Sénégal. Un mandat de 5 ans pour le Sénégal serait donc un simple placage démocratique, inadapté évidemment et même dangereux : dans les conditions actuelles du pays, aucun président ne pourrait faire de grandes réalisations en 5 ans et le peuple serait toujours insatisfait et serait tenté de le démettre pour un autre, qui à son tour risque de subir le même sort ou les mêmes raisons et ainsi de suite. Quelle instabilité politique alors ! Un mandat de 5 ans pour être une source de performance pour un président de la république demanderait au préalable la réalisation de conditions importantes, tant sur le plan du fonctionnement de l’Etat, que sur le plan économique et celui des ressources humaines.


M. Macky Sall n’était pas sensé ignorer tout ce qui précède, mais son désir de faire plus que les autres l’aurait poussé à faire des promesses irréalistes.


C’était donc ça la rupture ! Cette rupture, que nous avions tant louée, tant saluée que nous pensions la réaliser. Mais non ! Elle ne ressemble à rien de ce que nous attendions.
La vertu sénégalaise qui se manifestait par le « ngor », le « jom », le « foulla » et « fayda » et qui était tant chantée par nos amis voisins est en train de se transformer en une chimère qui remet en cause toutes les valeurs que nous avaient léguées nos aïeux.
Le spectacle continue malheureusement : le nouveau régime a commencé sur une voie qui risque de sombrer le pays dans une impasse irrémédiable.


Hier, nous vivions une situation que nous n’acceptions pas ; aujourd’hui nous acceptons une situation qui ne nous ne voulons pas. Mais malheureusement les sénégalais savent toujours trop tard. Lorsqu’il n’est plus temps d’agir.
La voilà donc cette rupture, le voilà le résultat de tant de sacrifices qui se traduisaient par des bavures policières, des tentatives d’immolation par le feu, d’emprisonnement d’hommes innocents.


Il n’y avait qu’un seul mot d’ordre « WADE DEGAGE ! » mot d’ordre tenu par tous les leaders de l’opposition, par toute la presse écrite et tous les médias de notre pays. Il était alors difficile, devant cette situation que le régime en place s’en sorte victorieux.


Nous les sénégalais qui avions assisté à la grande manifestation du 23 juin 2012 ne méritions pas cette situation de recul démocratique et d’éthique : emprisonnement, « wax waxeet » « dysnastisation » de l’Etat etc. L’erreur est d’autant plus manifeste qu’il a été commis publiquement à grand spectacle et devant les télévisions sénégalaises. Celle la plus récente et la plus lourde de conséquence a été, la déclaration de dénie par rapport à la promesse électorale. Cette promesse tout comme ce dénie ont été une erreur de la part du chef de l’Etat, et il est temps qu’il l’admette publiquement devant tous les sénégalais. Cependant, et dans ce cas particulier comme le disait Claude Bernard « Il ne suffit pas de dire : je me suis trompé ; il faut dire comment on s’est trompé et c’est là précisément ce qui est important ».


Quoi qu’il en soit, la situation actuelle du pays reste toujours la même qu’auparavant pour ne pas dire pire qu’avant. L’injustice est toujours présente. Nous avons échangé un « pouvoir monarchique » contre un « pouvoir dynastique », une justice dépendante contre une justice corrompue et revancharde, se disent les sénégalais. Est-ce que c’est ça la rupture ?


Que ceux qui lisent ce texte ne se limitent pas au pied de la lettre, qu’ils essayent aussi d’observer ce qui se passe autour d’eux et à l’intérieur du pays. Le Sénégal n’appartient à personne mais à tous les sénégalais. Et la méritocratie doit prévaloir dans toutes les sphères de compétition.


Cher président, sachez que l’erreur est humaine et c’est pour cela qu’il y a une gomme au bout de chaque crayon. Et ce n’est pas le fait d’organiser coûte que coûte un referendum qui réparera votre erreur. Bien au contraire !
Une politique qui ne rime pas avec éthique et grandes réalisations concrètes, les sénégalais n’en voudraient pas.
Donc à l’avenir, il faut bien réfléchir avant de se prononcer sur une question qui concerne le pays, car un président n’est pas n’importe qui et il ne peut se permettre de commettre certaines erreurs qui pourraient le contraindre pour sauver son fauteuil de faire du « wax waxeet ». C’est pour cette raison d’ailleurs qu’il doit être entouré d’hommes compétents et justes, qui n’agissent que pour l’intérêt du Sénégal, d’hommes capables de lui dire la vérité en face à chaque fois qu’il risquerait de faire fausse route. Et ce n’est qu’en agissant ainsi qu’ils pourraient lui rendre service et cela au bénéfice du pays.


Les sénégalais savent bien M. le président que votre aspiration à faire du Sénégal un pays émergent  est noble, mais ils vous disent que vous ne pourriez y arriver que s’ils vous font pleinement confiance au point de se soulever comme un seul homme pour marcher dans la direction que vous leur indiquez, car ils ont grandement soif de voir leurs hommes politiques les sortir des conditions matérielles mauvaises où ils sont et de montrer plus  d’éthique dans leurs actions publiques. Le peuple sénégalais attend de vous que vous réalisiez   cette double mission : faire du Sénégal un pays émergent et accomplir la révolution éthique. Et la politique qui gagne est dans cet équilibre.
 
 
Comprenez M. le président que « la démocratie n’est pas un cadre juridique, c’est une société vivante. Sa substance, c’est la citoyenneté, un sentiment fragile qui s’affermit dans le respect et s’effrite dans le mépris. Elle n’existe qu’à travers l’adhésion, la confiance et la participation de chacun. Lorsque la classe dirigeante et les institutions publiques perdent leur crédit, alors il ne reste qu’une bureaucratie élective. Une caricature de république dont les partis s’acharnent à nous donner le spectacle. Voici ce qui nous menace. » François de Closet.
Apparemment les citoyens sénégalais sont plus indulgents à votre égard plus qu’ils ne l’ont été avec WADE. Cependant, que cette placidité de leur part ne vous trompe pas Monsieur le président, car ils piaffent aussi d’impatience d’en découdre avec un gouvernement qui ne cesse de leur faire des promesses non tenues. Mais le combat pour eux ne sera pas facile, c’est sûr, car ils seront en face d’un régime puissant qui a réussi à rassembler toutes les forces à ses côtés. Et pour équilibrer les forces vos adversaires politiques sont en train de se mettre en compromis afin de résoudre la quadrature du cercle.
A suivre…
 

M. Demba SECK
Doctorant en Sociologie
Université Gaston Berger de Saint-Louis
dseck17@yahoo.com

 
 
 
 

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par DIEDHIOU TON GRAND le 26/02/2016 10:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
FORMIDABLE COMME TEXTE ET SURTOUT LE COMPORTEMENT DE NOS INTELLECTUELS D'AUJOURDH'HUI.

2.Posté par XALISSCRATIE le 26/02/2016 21:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Belle analyse il me semble comme vous avez eu à le souligner que le président s'est rendu compte que 5 années étaient très insuffisantes pour réaliser des projets de grande envergure raison pour laquelle il s'est "taillé l'avis d'un conseil sur mesure" afin de l'aider à réaliser du concret et ainsi mettre notre cher SENEGAL sur les rails de l'emergence.
Par ailleurs ce qui semble paradoxal dans cette affaire c'est que la plupart pour ne pas dire tous les détracteurs de Monsieur le président sont unanimes sur le fait que 5 années ne conviennent pas au modele de gouvernance Sénégalais et pourtant ils sont tous à souhaiter que le président réduise son mandat . On ne peut pas vouloir une chose et son contraire!!!

Merci Mr le Doctorant et écrivain en herbe Demba SECK pour ta contribution on est fier de toi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET