OPINION | Non, Monsieur Mimran, vous faîtes du mécénat plutôt que de la RSE ! Par Papa Demba CISSOKHO

Lundi 4 Juillet 2016 - 13:16

Le constat est valable pour toutes les entreprises sénégalaises qui communiquent ostensiblement leurs œuvres de charité à l’endroit des pauvres citoyens affectés par leurs activités nuisibles sur l’environnement et la santé des individus.

Le 30 juin passé, la Fondation Louise Mimran a offert des bourses de 500.000 F Cfa à deux étudiants de l’UGB plus précisément de l’UFR des Sciences Agronomiques, Aquaculture et Technologie alimentaire. Un geste salutaire dans un contexte marqué par une politique d’émergence basée sur l’agriculture. Seulement, la communication qui a suivi cette démarche a logé cette activité dans le programme RSE de la Compagnie Sucrière Sénégalaise. Ce qui est loin d’être le cas.

En effet, si l’on considère la RSE comme la traduction du développement durable en entreprise, on comprendra alors, que de la même manière qu’une cimenterie qui distribue des moustiquaires imprégnées aux populations malades de tuberculeuse du fait de la pollution ne fait pas de la RSE, une industrie dont le cœur de métier est la fabrication de sucre ne fait pas de RSE en distribuant des bourses à des étudiants qui ne sont aucunement affectés par les activités néfastes de cette entreprise.

En vérité, la RSE doit rimer avec le respect de l’environnement et le bien-être des différentes parties prenantes ou Stakeholders. Et, ces parties prenantes sont d’abord les travailleurs de la boite. Est-ce qu’ils perçoivent un salaire décent ? Ont-ils droit à une assurance maladie ? Est-ce que les normes de sécurité, d’hygiène et de santé sont bien respectées ? Est-ce que les salariés participent au processus de prise de décisions ? Voilà autant de préoccupations qui me poussent à me demander si la CSS fait réellement de la RSE. Je ne le crois pas. Elle a certes construit des écoles et des cases de santé. Elle est aussi le premier employeur du Sénégal et participe activement à l’économie de notre pays, mais elle a encore du chemin à parcourir avant de décrocher un quitus environnement.


Pour ce qui concerne les rapports de la CSS avec le monde extérieur, la première remarque qui saute à l’œil en traversant Richard Toll, c’est la fumée qui se dégage de la cheminée de l’usine. Une fumée qui contiendrait à coup sûr du CO2 (le principal gaz à effet de serre) et l’azote (NO2) des gaz qui sont à l’origine du réchauffement climatique avec son lot de catastrophes. On sait également que la CSS cultive des hectares de cannes à sucre. Cette culture intensive fait appel à l’utilisation de pesticides, fongicides et herbicides de toutes sortes pour assurer un bon rendement.

L’utilisation de ces produits entraine la pollution des sols et peut même affecter la nappe phréatique de la zone. Or, avec le nombre considérable de puits et de forages dans cette localité, le problème de la santé des populations se pose avec acuité d’autant plus que le fleuve n’est pas loin et constitue la principale source d’approvisionnement en eau des populations.

Il y a également les jeux de yoyo qui sont souvent faits sur la nappe phréatique par les excellents ingénieurs agronomes de la boite pour empêcher la remontée du sel. Ce procédé peut avoir des effets sur la nappe du fait qu’elle n’est plus libre de suivre son cours naturel.

Enfin, pour parler des points que devrait améliorer la CSS pour pouvoir parler de RSE avec fierté, il y a la problématique de la pollution sonore. Ça grouille de partout à Richard Toll. La quiétude des populations est quotidiennement troublée par les bruits des machines sans compter les impacts qu’ils peuvent engendrer sur la santé auditive des riverains.
Bref, la RSE est devenue un slogan et un objectif de communication pour soigner son image et asseoir sa notoriété auprès du public. Toutefois, elle doit être détachée des œuvres de bienfaisance et du bénévolat.


C’est valable non seulement pour la CSS, mais aussi pour les autres entreprises publiques et privées comme par exemple le Port Autonome de Dakar où ce sont des employés qui se lèvent un beau jour pour célébrer leur directeur général parce que, disent-ils, il a une bonne politique de RSE. Mais les choses seraient simples si chaque entreprise pouvait se déclarait respectueuse des normes environnementales, de santé et de sécurité au travail sans aucune certification encore moins une démarche allant dans ce sens. Cette même remarque est valable pour Téranga gold et Sabadola Gold Operation qui vous disent qu’en terme de RSE, ils ont acheté tant de moutons de Tabaski pour les chefs de village de Sabadola. C’est du bluff ça !


Je voudrais rappeler pour finir qu’une bonne politique RSE demande des efforts inlassables mais utiles au développement durable et écologique des entreprises. Cette politique RSE constitue aujourd’hui un enjeu de taille dans toute entreprise de développement portée sur la durabilité et l’efficience, de par le fait qu’elle s’appuie sur une politique volontariste basée sur la mobilisation des énergies et la convergence des efforts de tous les acteurs concernés.


Dans un futur proche, toute entreprise qui voudra réaliser une croissance économique forte adossée à un développement social équilibré devra passer immanquablement par la mise en œuvre de plans et programmes qui placent la dimension écologique au centre de toutes les politiques. C’est valable aussi bien pour le secteur privé que pour le secteur public et parapublic.
 
Papa Demba CISSOKHO
Etudiant en Master II Développement Durable et Management Environnemental
Centre de Ressources de Dakar (Université Alioune Diop de Bambey)

 

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Yatma DIEYE le 05/07/2016 12:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Permettez-moi de préciser que le développement durable rassemble le triptyque Planet - People - Profit (Environnement, Société et Économie) auquel on rajoute parfois un quatrième pilier qui correspond à la culture. Je pourrai aussi rajouter que la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est aussi une responsabilité Sociétale, en ce sens qu'elle s'exerce au-delà des questions purement matérielles pour concerner les questions de société (éducation, santé, égalité...).
Ces préalables ouvrent un champ d'action large aux entreprises pour exercer cette Responsabilité. Dans l'entendement sous-jacent, le simple respect des lois en vigueur pourrait même être exclus de la RSE puisqu'il s'agit d'une obligation qui s'impose à elles et dont l’État est garant (protéger les populations et leurs environnement ainsi que les ressources). Il serait d’ailleurs dangereux qu’il en soit autrement car le privé ne peut se substituer à l’État dans son rôle régalien législatif et de contrôle même si sa responsabilité peut être évoquée en termes de respect des règles établies. En vérité, les efforts attendus des entreprises vont au-delà des seules obligations légales pour aborder les aspects éthiques, moraux et de légitimité. Au rang de ces actions, je peux citer quelques exemples comme réduire son impact carbone même en étant déjà conforme aux prescriptions réglementaires, accompagner le développement et le bien-être des communautés dans le voisinage proche ou lointain de l'entreprise, se sentir concerné par l'éducation et la formation de populations en finançant les infrastructures, services ou personnes, etc.
Je concède que toutes les actions de mécénat ne sont pas directement comptabilisables au titre de la RSE. Mais je ne pense pas qu'il soit pertinent non plus de systématiquement distinguer le mécénat de la RSE.
Il a fallu organiser les bonnes pratiques et le RSE est un cadre qui va dans ce sens. Il est vrai qu'il n'est pas parfait et ne mets par exemple pas à l'abri du "greenwashing" que font certaines entreprises pour se draper d'une coloration "verte" dans une logique purement marketing. Mais en attendant, cela reste un outil intéressant qui responsabilise, même partiellement, même pour des motivations "autres"...
Si besoin était de le préciser, je ne suis lié ni de près ni de loin, aux entreprises citées dans votre article et ne sis bénéficiaire d’aucune de leurs actions. Ma démarche est donc strictement intellectuelle.

2.Posté par Yatma DIEYE le 05/07/2016 12:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Permettez-moi de préciser que le développement durable rassemble le triptyque Planet - People - Profit (Environnement, Société et Économie) auquel on rajoute parfois un quatrième pilier qui correspond à la culture. Je pourrai aussi rajouter que la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) est aussi une responsabilité Sociétale, en ce sens qu'elle s'exerce au-delà des questions purement matérielles pour concerner les questions de société (éducation, santé, égalité...).
Ces préalables ouvrent un champ d'action large aux entreprises pour exercer cette Responsabilité. Dans l'entendement sous-jacent, le simple respect des lois en vigueur pourrait même être exclus de la RSE puisqu'il s'agit d'une obligation qui s'impose à elles et dont l’État est garant (protéger les populations et leurs environnement ainsi que les ressources). Il serait d’ailleurs dangereux qu’il en soit autrement car le privé ne peut se substituer à l’État dans son rôle régalien législatif et de contrôle même si sa responsabilité peut être évoquée en termes de respect des règles établies. En vérité, les efforts attendus des entreprises vont au-delà des seules obligations légales pour aborder les aspects éthiques, moraux et de légitimité. Au rang de ces actions, je peux citer quelques exemples comme réduire son impact carbone même en étant déjà conforme aux prescriptions réglementaires, accompagner le développement et le bien-être des communautés dans le voisinage proche ou lointain de l'entreprise, se sentir concerné par l'éducation et la formation de populations en finançant les infrastructures, services ou personnes, etc.
Je concède que toutes les actions de mécénat ne sont pas directement comptabilisables au titre de la RSE. Mais je ne pense pas qu'il soit pertinent non plus de systématiquement distinguer le mécénat de la RSE.
Il a fallu organiser les bonnes pratiques et le RSE est un cadre qui va dans ce sens. Il est vrai qu'il n'est pas parfait et ne mets par exemple pas à l'abri du "greenwashing" que font certaines entreprises pour se draper d'une coloration "verte" dans une logique purement marketing. Mais en attendant, cela reste un outil intéressant qui responsabilise, même partiellement, même pour des motivations "autres"...
Si besoin était de le préciser, je ne suis lié ni de près ni de loin, aux entreprises citées dans votre article et ne sis bénéficiaire d’aucune de leurs actions. Ma démarche est donc strictement intellectuelle.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET