OPINION- Analyse politique sur la situation. Par Babou Birame FAYE

Mardi 18 Août 2015 - 16:37

OPINION- Analyse politique sur la situation. Par Babou Birame FAYE
La situation politique du Sénégal reste obscure à plus d’un titre. Même si l’on peut reconnaître un jeu plus ou moins clair avec des partis et des alliances politiques bien connues de tous, l’avenir des différentes entités du Sénégal, est très incertain. L’attitude la plus sage s’avère donc être d’observer tranquillement le cours des événements avant de prendre une ou des décisions sérieuses. Avec le temps, on assistera forcément à une recomposition politique qui décidera d’elle-même et servira de guide pour prendre une décision la plus sage et la plus stratégique.  L’analyse politique que l’on peut faire en ces temps qui courent est forcément encline de suppositions et de «météo politique» du fait que rien n’est encore précis. Les tenants du pouvoir le veulent comme ça ? Si oui, c’est à la fois regrettable et dangereux.
  1. Le calendrier électoral :
C’est la plus grande inquiétude qui taraude l’esprit des démocrates. Dans un pays  démocratique comme le Sénégal, il est anormal de constater que le calendrier électoral  souffre d’une nébulosité inégalable depuis l’accession de Macky SALL à la tête du Sénégal. Le débat sur la tenue ou non de l’élection présidentielle en 2017 reflète une image très négative du régime de Macky SALL. Ce débat, du reste, indigne, constitue une «injure» pour la démocratie sénégalaise et réduit au néant tous les efforts, toutes les luttes entreprises depuis l’indépendance et même bien avant. L’attitude très confuse du Président SALL sur la réduction ou non de son mandat est un signe inquiétant pour l’avenir politico-social du Sénégal. On savait que Macky SALL est un «élève» de Maître Abdoulaye WADE, mais, on ne s’imaginait pas qu’il pourrait, aussi prématurément, être tenté de se morfondre dans des tartufferies, des pyrotechnies ou autres combinaisons douteuses visant à rester au pouvoir le plus facilement possible. Alors qu’il n’a pas eu le pouvoir facilement. Tout le monde sait que le départ de Wade du pouvoir est le fruit d’effort commun de la masse sénégalaise, en majorité, pas forcément politique. Vouloir instaurer un jeu de dupes concernant le calendrier électoral n’est rien d’autre qu’un manque d’intelligence et de considération pour le peuple sénégalais. On aura beau critiquer Abdoulaye WADE, mais, il a le mérite de diligenter de manière claire la question de son mandat, dès son accession au pouvoir, en faisant adopter par voie référendaire la Constitution du 22 janvier 2001. Et c’est par voie parlementaire qu’il avait fait une autre modification de la Constitution en 2008. Loin de défendre cette attitude machiavélique de Wade à l’époque, mais, ceci a le mérite de permettre au peuple sénégalais de savoir quelle attitude adoptée.
Mais, avec Macky SALL, la situation est tout autre. Il préfère, pour de simples calculs politiques ou politiciens, entretenir le flou en s’appuyant sur des juristes à sa solde. Pourtant, il suffisait de se fier aux conclusions des Assises nationales ou aux recommandations issues des travaux de la CNRI (Commission Nationale de reforme des Institutions). Cela allait permettre à la classe politique et à toute la société sénégalaise de se rapprocher des objectifs ambitieux de la Charte de Gouvernance Démocratique des Assises Nationales, que Macky SALL a signée, volontairement, entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2012. Malheureusement, le Président Sall et ses partisans refusent d’adopter une attitude claire sur la question et s’adonnent au dilatoire. C’est un précédent dangereux. Très dangereux même ! Le Chef de l'Etat et ses «amis politiques» devraient se rappeler de la révolution citoyenne consécutive à la mémorable journée du 23 juin 2011, qui a matérialisé le refus du peuple sénégalais des tripatouillages itératifs de la Charte Fondamentale de notre pays, dans le but de fausser l'expression libre des suffrages populaires et son engagement sans faille en faveur de l'émergence citoyenne. C’est, d’ailleurs, cette révolution citoyenne qui a permis à Macky SALL d'accéder au pouvoir. S’il l’oublie, cela veut dire qu’il donne raison à Hubert Beuve-Mery qui dit : «le pouvoir rend fou et le pouvoir absolu rend absolument fou».
  1. Soupçon de fraude sur les pièces d’identité
L’affaire est grave pour être passée sous silence. Seulement deux ou trois ans après le départ de Wade et l’arrivée de Macky SALL au pouvoir, on parle de fraude dans la confection de pièces d’identité (cartes nationales d’identité et cartes d’électeurs). Le seul fait d’arriver au soupçon est synonyme de régression démocratique notoire. Et malgré les démentis du Premier Ministre et du ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique, les faits sont têtus. La Commission électorale nationale autonome (CENA) a confirmé pour dénoncer «très fermement» la présence d’une équipe d’instruction de la Carte nationale d’identité (CNI) dans un lieu privé et s’inquiète de l’impact que de tels procédés «peuvent avoir sur l’opinion et le caractère transparent du processus électoral».
Une chose est donc sûre. Des pratiques peu orthodoxes, concernant la confection des cartes d’identités nationales et des cartes d’électeurs, se signalent à travers le territoire national. Sinon, comment des antennes mobiles de la Direction de l’Automatisation des Fichiers (DAF) du Ministère de l’Intérieur puissent-elles être mises à la disposition de personnes autres les représentants du Chef de l’Etat que sont les Gouverneurs, les Préfets, les Sous-préfets et autres chefs de village ? Le black-out sur cette question cruciale nourrit de forts soupçons et de rumeurs que le Président de la République doit impérativement tuer, le plus rapidement possible, s’il ne veut pas se mettre dans la même position que Wade à la veille de l’élection présidentielle de 2012. Macky SALL se taille l’habit d’un piètre politicien s’il ne comprend pas que le Sénégal est arrivé à un stade où ceux qui élisent le Président ne sont plus les militants de son parti, mais plutôt les citoyens lambda que l’on appelle les «indécis». Mettre l’accent sur ses soient-disant militants est une «myopie politique», une hérésie, mais, surtout, une raison suffisante pour se décrédibiliser et s’attirer les rancœurs des défenseurs de l’exception sénégalaise (un pays de démocratie majeure).
Autre chose qui nourrit la suspicion ? A l’élection présidentielle de 2007, lorsque l’opposition criait à la fraude avec le même procédé dans la confection des cartes d’identité numérisées, c’est Macky SALL, lui-même, qui était directeur de campagne de Wade, Premier Ministre, ancien Ministre de l’Intérieur. Ne dit-on pas que « qui vole un œuf, volera un bœuf»? Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ses ex-camarades du PDS, maitres du jeu à l’époque, ont des raisons suffisantes de s’inquiéter du précédent dangereux que peuvent causer des «tricheries de ce type». Macky SALL a alors intérêt à ne pas tenter certaines pratiques dégradantes visant à recourir à une «mascarade électorale». Ce serait même une honte pour lui qui a été élu sous le sceau de la rupture et du respect des valeurs républicaines.
  1. Pénurie d’eau et d’électricité :
Comment peut-on donc ignorer les gros risques qu’on court en laissant pourrir la situation comminatoire du ravitaillement en eau et en électricité surtout dans les quartiers de la banlieue de Dakar et des régions ? La déception est grande, totale et perceptible dans tous les foyers car les sénégalais ont voté pour  Macky SALL afin que ce type de problèmes, entres autres, soient résolus. Les discours tendancieux et populistes ne font qu’attiser le «feu dormant» dans le subconscient des populations sénégalaises devenues plus averties. Loin d’afficher un pessimisme caractériel, mais, on se souvient encore des déferlements de violence et l’explosion de colère menés le 27 juin 2011 par la population sénégalaise.
Le problème est là et est bien réel. Il faut le prendre sérieusement en compte, le résoudre maintenant et de manière définitive. C’est là où l’actuel régime est attendu. Tout le reste n’est que verbiage inconcevable à l’état actuel des choses. Les changements d’hommes sans vision claire et les promesses hâtives sans fondement se présentent plus comme des tartufferies qu’une volonté politique affichée de manière engagée et responsable. Attention à l’effet boomerang !!
                                                                                                           Babou Birame FAYE, Journaliste
                                                                                                            Email : baboubirame@yahoo.fr

 

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET