Plus de 1 776 migrants noyés, 1 000 morts tués par Boko Haram, une dizaine d’étrangers massacrée en Afrique du Sud en 2015 : Quand les Africains endeuillent l’Afrique

Massacre, barbarie, crime ! Aucun de ces vocables ne suffirait pour qualifier ces drames commis par les Africains contre leurs frères...africains ? Les chiffres font froid au dos. Depuis le 1er janvier 2015, plus de 1776 jeunes migrants ont péri dans les eaux glaciales de la mer Méditerranée. Au même moment, la secte islamique, Boko Haram a tué environ 1000 dans la sous-région. A cela, il faut ajouter les quelques dix personnes abattues, la semaine dernière, en Afrique du Sud, dans des massacres contre les étrangers.

Dimanche 26 Avril 2015 - 08:43

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Afrique endeuille l’Afrique avec une série d’actes inqualifiables. En effet, l’émigration clandestine, qui semblait connaitre son épilogue, a repris de plus belle avec ses conséquences dramatiques. Les milliers de jeunes africains qui, pour trouver du travail, embarquent en mer, à bords des navires de fortune pour prétendre franchir illégalement les portes du contient européen. Et, l’année 2015 a battu le record des victimes de ce phénomène.
En quatre mois, 1 776 migrants, dont des Sénégalais, sont portés disparus sur la mer Méditerranée sur les 36 390 arrivés par bateau dans le Sud de l’Europe, selon les estimations du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (Hcr). Ce qui fait 400 morts par mois et, en moyenne, un mort toutes les deux heures.
Selon l’Office des migrations internationales de l’Organisation des Nations unies (Onu), en 2014, ils étaient au total, 3 500 migrants africains à périr dans ce «cimetière de la Méditerranée», soit 75% des décès enregistrés aux frontières. Ces crimes ont pour auteurs, des passeurs, le plus souvent du même continent qui en ont fait leur gagne-pain. Face à ces naufrages qui se font tous les mois, les Chefs d’Etats Africains brillent par leur mutisme. Autre acte, même effet.
L’Afrique, c’est aussi des conflits, absolument déstructurés et anachroniques, plus proche d’une guérilla, qui ont pris la place des guerres dites classiques ou traditionnelles. Pis, depuis quelques années, un terrorisme davantage organisé et tendant à se rapprocher d’un modèle militaire voit le jour avec un but bien précis: dominer un Etat et imposer sur ce territoire déterminé un islam rigoriste et fondamentaliste.
Et c’est dans ce monde nouveau, éclaté, turbulent et agité, aussi mouvant qu’instable, qu’a pris progressivement racine un terrorisme massif, irrationnel, mutant, fluide et criminalisé: la menace islamiste radicale, illustrée notamment par la nébuleuse Al-Qaïda, figure de proue du Jihadisme, aujourd’hui, concurrencée par des groupes africains de création récente, à l’instar de Boko Haram.
D’ailleurs, depuis le début de l’année 2015, les attaques perpétrées par ce groupe islamiste Boko Haram ont, selon Human Rights Watch, fait plus de 1 000 morts parmi les civils. L’organisation internationale a informé que, d’après des témoignages et une ana- lyse des informations recueillies par les médias, ces combattants ont délibéré- ment pris pour cible des villages et perpétré des meurtres de masse et des enlèvements à mesure que leurs attaques se sont étendues, depuis février dernier, du Nord-Est du Nigéria vers le Cameroun, le Tchad et le Niger.
Des crimes de masse ou crimes contre l’humanité, jusque-là non maitrisés, qui sont en train d’endeuiller la sous-région. Un autre fait «anti humain» qui salit l’image de l’Afrique, c’est la nouvelle vague de violences xénophobes déclenchées en Afrique du Sud et qui ont fait, depuis fin mars 2015, sept morts à travers tout le pays et plus de 5000 déplacés. Un phénomène qui interpelle le Président Jacob Zuma qui doit, selon la communauté internationale, engager un dialogue sur l’immigration dans son pays.
Car, en Afrique du Sud, ce type de violences n’est pas une première. En 2008, 62 personnes sont mortes lors d’émeutes visant les étrangers. Depuis, des exactions xénophobes ont eu lieu presque, chaque année, sur fond de crise économique, politique et sociale.


Libération

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET