Pour que le souvenir du généreux, pieux, ambitieux et valeureux Ousmane Masseck NDIAYE demeure.

Mythe de l’engagement, de l’altruisme, symbole parfait de générosité, de grandeur et de dépassement, des marques de fabrique des grands Hommes, Ousmane Masseck NDIAYE était parti un 09 JANVIER 2013. Trois après, les larmes coulent encore, Saint-Louis et le Sénégal se souviennent ...

Vendredi 8 Janvier 2016 - 23:55

Meeting de Me WADE à Saint-Louis, le 09 février 2012.
Meeting de Me WADE à Saint-Louis, le 09 février 2012.
> Masseck voulait rassembler la famille politique …
 
Voir la famille politique sénégalaise fumer le calumet de la paix … Telle a été la dernière volonté de Ousmane Masseck Ndiaye sur son lit de mort. L’ex-maire de Saint-Louis, unique trait d’union entre le pouvoir et l’opposition, avait alors circonscrit ses derniers appels téléphoniques à cet objectif. Maintenant qu’il n’est plus de ce monde, l’on est contraint de dire que la perte est énorme. Saint-Louis toujours endeuillé par son départ, a perdu un digne fils qui avait pour ambition de porter le budget de la municipalité à 15 milliards de Cfa.
 
 > Masseck avait choisi sa dernière demeure …

Malade et complètement alité, Ousmane Masseck Ndiaye tenait vaille que vaille à passer une bonne partie de ses derniers instants à Touba. Sentait-il la mort venir ? Tout porte à le croire selon ses proches. Pourquoi, malgré ses forces qui allaient l’abandonnant, l’homme tenait-il tant à se rendre dans la cité religieuse ? « Je suis malade, je sais. Seulement, je dois me rendre obligatoirement à Touba, surtout que le magal est venu. Il le faut », disait-il selon un membre de sa famille. Par ces mots, il convainquit tout le monde de ne point l’empêcher à faire le voyage. C’est alors qu’il fit le déplacement le dernier dimanche avant le 18 Safar.Le mercredi 9 janvier 2013, Masseck a été inhumé sous le « ndigël » de Serigne Sidi Mokhtar Mbacké qui a délégué son fils Serigne Cheikh Bara Lahad Mbacké. Le jeune marabout est venu aux cimetières avec en main du parfum, des tissus, du sable et plusieurs autres choses que notre curiosité n’a pu percer. C’est lui qui dirigera la prière mortuaire à 16heures56 minutes, en compagnie de plusieurs personnalités dont Serigne Cheikh Thioro Mbacké, Mor Ngom, Oumar Sarr, Cheikh Bamba Dièye, Thiamba Seck, Serigne Khadim Awa Bâ etc…

> Masseck … les derniers appels téléphoniques

Ces derniers appels, Ousmane Masseck Ndiaye les a destinés à certains de ses amis hommes politiques. Ami de Macky Sall et responsable reconnu du Pds, l’homme restait le seul trait d’union entre les deux pôles politiques dont l’adversité semble avoir atteint le paroxysme. Ainsi, se donnait-il la peine de sauver ce qui pouvait l’être, avant de quitter ce bas-monde. Aux gens qui recevaient ses appels téléphoniques, il leur demandait de fumer le calumet de la paix pour l’intérêt national. Cela a été confirmé par Oumar Sarr du parti libéral qui venait de l’accompagner à sa dernière demeure. « J’ai perdu un jumeau, un ami personnel, un frère. C’est clair qu’il était un ami personnel de Macky Sall. Macky Sall est aussi un ami personnel à moi. C’est la politique qui nous a séparés. Une semaine avant, Ousmane Ndiaye a même essayé de téléphoner aux gens pour essayer de faire en sorte qu’une concorde soit de mise, une entente entre les responsables… ». Son ambition se réalisera-t-elle ? Dans tous les cas, Mor Ngom qui dirigeait la délégation gouvernementale prône le dépassement des velléités politiques, pour un plus rapide règlement des attentes des Sénégalais.

> Masseck avait extirpé plus de 300 jeunes du chômage …

Hommes politiques, jeunesse libérale, marchands ambulants, agents municipaux … C’est tout Saint-Louis qui semble avoir fait le déplacement sur Touba. Il fallait rendre un dernier hommage à celui qui a extirpé plus de 300 jeunes du chômage et amené une cinquantaine de personnes à La Mecque. Selon son ex-adjoint à la mairie, le député Thiamba Seck, Ousmane Masseck Ndiaye avait l’ambition de reconstruire la vieille ville dans ses plus profonds recoins. De la cinquantaine de maires qui se sont succédé à la tête de la capitale du Nord, Ousmane Masseck aura été de loin celui qui a fait le meilleur bilan, en 8 ans d’exercice.
 
 PAR DOMOU NDAR

Pour que le souvenir du généreux, pieux, ambitieux et valeureux Ousmane Masseck NDIAYE demeure.
 Rappelé à Dieu hier, à l’âge de 57 ans, des suites d’une longue maladie - selon des sources dignes de foi, il était atteint d’accident vasculaire cérébral (AVC) - Masseck Ndiaye se distinguait par son port altier et ses allures de séducteur. Bel homme, il s’était même vu coller le nom de Coof par certains organes de presse locaux.

 

Monogame, père de trois enfants, l’ancien responsable du Parti démocratique sénégalais (PDS) était du cercle des influents de l’ancien régime. Sa proximité avec l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade, et ses connexions avec la famille de Serigne Touba (il était le talibé de l’actuel khalife général des mourides, Serigne Mor Maty Lèye), avait fait de lui un élément incontournable du gotha wadien.

En 2002, l’ancien directeur des structures du Pds est élu maire de Saint-Louis, un poste occupé naguère par son défunt père, Masseck Ndiaye. En même temps, il était devenu le Secrétaire général de la Présidence de la République. Passé tour à tour ministre du Tourisme et des Transports aériens, puis ministre d’Etat chargé de la Décentralisation et des Collectivités locales la même année, Ousmane Masseck Ndiaye monte en puissance dans le Pds.

Jusqu'à cette débâcle des élections locales de mars 2009 où la coalition Benno Siggil Senegaal (BSS), radicalement opposée au régime d'Abdoulaye Wade, rafle les principaux centres urbains dont Saint-Louis. C'est comme qui dirait le début de sa chute vers les abîmes politiques. Il ne restera pas dans le gouvernement, «sanctionné» par un limogeage sec.

Mais cette disgrâce a paru injuste à bien des militants et responsables du Parti démocratique sénégalais. «Au nom de quoi la même sanction n'a pas été prise contre Karim Wade qui a symbolisé la déroute du pouvoir dans ces élections locales en se faisant laminer jusque dans son bureau de vote ?» se sont-ils demandé.

Il aura fallu mai 2009 pour que Masseck soit réhabilité (?) en se voyant confier la présidence du Conseil économique et social (CES) ressuscité suite à la dissolution du Conseil de la République pour les affaires économiques et sociale (CRAES). Un timide retour au premier plan, grâce à ses amitiés mourides, disent des mauvaises langues. La suite semble leur avoir donné raison car l'ancien ministre d'Etat n'accrochera plus jamais Me Wade.

 

Institution critiquée et vilipendée autant pour sa «composition politicienne», son «inutilité» que pour sa «voracité» financière dans un contexte de pauvreté et de difficultés économiques, le CES est dissous après l'élection à la Présidence de Macky Sall. En attendant la version nouvelle dite Conseil économique, social et environnemental (CRES). Malgré tout, malgré surtout la maladie qui le fragilise sur plusieurs plans, Ousmane Masseck Ndiaye cultive alors le désamour avec le Pds et s'allie à des dissidents aux législatives du 1er juillet 2012 au sein de la coalition Bokk Gis-Gis créée par l'ancien président du Sénat, Pape Diop. Mais un état de santé déclinant l'empêche de prendre part à la compétition électorale largement remportée par la majorité présidentielle.

 

Soumis à des soins médicaux entre Dakar et Paris, cet ancien député à l’Assemblée nationale se retire petit à petit de la scène politique. Fidèle, disent certains de ses amis, il vient apporter son soutien aux leaders du Pds visés par la traque des biens mal acquis, le 11 novembre lors d'une conférence de presse tenue au siège du parti libéral.

Diplômé d’études supérieures spécialisées (DESS) en Diagnostic économique des firmes internationales en France, Ousmane Masseck Ndiaye est connu pour sa «fidélité» en amitié. Bien qu’étant proche de Wade, ce natif de Kébémer n’a jamais fait mystère de ses relations particulières avec Macky Sall, au plus fort de la guerre déclenchée par Me Wade contre le futur président de la République.

D’ailleurs, l’un de ses enfants porte le nom de Macky Sall. Une qualité que Mohamed Sakho, un de ses amis, dit avoir identifié durant leur compagnonnage. «C’est un homme entier, généreux, attentif aux souffrances des démunis», témoigne-t-il. A l’instar de beaucoup de barons libéraux, Masseck Ndiaye a investi dans la presse en lançant Télévision Saint-Louis (TLS), administrée actuellement par son fils, mais qui a du mal à décoller. Ce qui n'augure pas forcément d'un avenir radieux...

Par DAOUDA GBAYA (enqueteplus.com)
 

 


Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Tintin le 09/01/2016 21:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On a du mal à comprendre qu'avec autant de qualité il a perdu la mairie contre Bemba Dieye !

2.Posté par Abdou seye le 08/09/2016 16:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Feu Ousmane masseck Ndiaye n'a pas un enfant ki porte le nom de macky sall.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET