Premier lauréat des énergies renouvelables en Afrique : Cheikh Guèye, un inventeur écolo

Mardi 20 Mai 2014 - 02:26

Premier lauréat des énergies renouvelables en Afrique : Cheikh Guèye, un inventeur écolo
Dans la famille de Cheikh Guèye, le métier semble se transmettre de père en fils. C’est son père, Baba Guèye, artisan-concepteur, qui est son vrai maître. Ce natif de Thiès, auteur de plusieurs inventions, a reçu plusieurs distinctions. Ces travaux ont pour dénominateur commun l’économie d’énergie avec des retombées économiques pour les ménages et l’environnement.

Cheikh Guèye n’est pas un prophète chez lui. Ce Sénégalais né le 22 février 1957 à Thiès est auteur de plusieurs inventions primées par les organismes internationaux. C’est auprès de son père qu’il a appris les ficelles. Très vite en 1978, une Sénégalaise du nom de Rokhayatou Tall qui revenait du Kenya avec des fourneaux améliorés appelés « Djikko » lui confia la mission de sensibiliser les artisans sénégalais pour qu’ils s’approprient les technologies propres. Mais la dame est décédée un an après. Cheikh Guèye se consacre alors à la recherche-développement à Gossas. C’est dans cette ville qu’il a été contacté par l’Appropriate technology international (Ati) de Washington Dc aux Usa en 1986. Son moulin à traction animale lui ouvre les portes des grands promoteurs des inventions comme le célèbre Carl Bilingberg, du directeur de l’Ati, Edward Perry. Ce dernier le nomme coordonnateur technique de l’Ati pour la région ouest-africaine.

C’est en Belgique, plus précisément à Aarschot de l’Unata, puis à Vermont aux Etats-Unis qu’il affine ses armes. De retour au Sénégal, il se met à la tâche. Avec passion et abnégation, il met au point des fourneaux alimentés par la biomasse des plantes envahissantes comme le typha, entre autres. Il suffit juste d’une palette de typhas pour assurer la consommation énergétique d’une famille de 10 personnes avec ces fourneaux « écologiques ». L’abondance du typha aussi bien dans la vallée du fleuve Sénégal que sur les bergers d’autres points d’eau est une opportunité d’utilisation à grande échelle de ces inventions dans des ménages, à la fois en milieu rural et dans les centres urbains.

Les familles comme les réserves forestières trouveront leur compte. D’abord, les ménages réduiront leurs dépenses pour l’achat du gaz butane ; ensuite, ils exerceront moins de pression sur les ressources ligneuses. Mais depuis son invention, ces fourneaux n’ont pas la place qui sied dans les ménages sénégalais. Le recours à grande échelle est une alternative à la prolifération de ces plantes envahissantes. «Nous avons transformé ce typha en charbon naturel dénué de toute carbonisation. C’est une énergie propre et elle est disponible.

Elle permet une autosuffisance en énergie, pas seulement pour le Sénégal, mais pour toute l’Afrique», explique l’inventeur. En réalité, la prolifération des typhas a inspiré ses inventions. « Le typha empêche la reproduction des poissons, mais cause aussi d’énormes difficultés aux riziculteurs. Il y a une société spécialisée dans la culture du riz établie à Saint-Louis qui avait d’énormes difficultés avec le typha qui bouchait ses canaux. Comme elle n’avait pas d’espace pour stocker ces typhas après les avoir coupés, elle est allée acheter des machines de transformation de ces typhas en pallettes. C’est après que je me suis mis à fabriquer des fourneaux «Yokkuté» sont alimentés par ces pellettes», explique M. Guèye.

Plusieurs inventions
Il se prévaut du slogan des écologistes : « Penser global, agir local ». Le souci de préservation des écosystèmes l’envahit. Cheikh Guèye a constaté le recul implacable du couvert végétal. Il apporte sa contribution à travers ses inventions. La réalisation de cette ambition nécessite, pour lui, le soutien des partenaires comme l’Agence nationale des Eco-villages, le Programme de gestion durable et participative des énergies traditionnelles et de substitution, entre autres. Ce défenseur de l’environnement est prolixe. Il invente la décortiqueuse à karité en 1997, le fourneau à Tabanani 1998, le réchaud à pression à pétrole en 1999. S’ouvre une période de léger repli. S’en suivent, le bac à ordures à traction animale, l’aspirateur à criquets, puis le lave-main mobile en 2004, le jeu de Sipe et le jeu de Tri-game en 2005, le réchaud à pression à éthanol et le réchaud à pression au gel-éthanol en 2009.

Méconnu du grand public, Cheikh Guèye a glané des distinctions à travers le monde. Il est lauréat du trophée des énergies renouvelables du Niger, du savoir-faire de l’Université de l’Unicef, de la Banque mondiale.
L’inventeur veut faire un transfert de connaissances. Il a un projet de formation des talibés et des jeunes issus des lycées techniques. Pour cela, il projette de mobiliser un financement pour l’implantation d’une unité de production et de perfectionnement artisanale (Uppa). Ce projet a comme fondement la lutte contre le chômage dans cette partie du Sénégal. «Pour éviter la mendicité des talibés, on les forme à la fabrication de fourneaux, à écouler les pallettes. Cela leur permettra d’avoir de quoi subvenir à leurs besoins.

On va essayer de leur trouver un financement pour l’implantation d’une Unité de production et de perfectionnement artisanale (Uppa) dans chaque daara », rapporte l’inventeur. Il était inscrit à l’école sans conviction. « Mon père a inventé le ventilateur à charbon. Lorsque j’étais inscrit à l’école, je n’avais pas envie d’y être », dit-il. Il a préféré être près de son père plutôt qu’à côté de ses enseignants. Son père sera son vrai maître. Après, il fera plusieurs pays européens à la quête du savoir. En 1985, il séjourne à l’Institut technique Dello à Verberry dans l’Oise (France). Un an plus tard, il renforce ses connaissances au Groupe de recherche et d’échange technologique en France avant de s’envoler la même année pour l’Inde afin de parfaire ses compétences sur les technologies appropriées. En 1988, il reçoit une formation sur les transferts des technologies au Mali puis il fait un passage à l’Institut burkinabé de l’énergie de Ouagadougou.

Pas de corrélation avec le niveau d’instruction
Trois ans plus tard, il repart à la recherche de connaissances en Europe. D’abord, au centre Unata en Belgique, puis au Royal Tropic d’Amsterdam en Hollande. Il bondit de sa chaise lorsqu’on lui dit qu’il y a une corrélation entre les formations académiques et l’invention. Il sort une pile de prototypes. « On dit que l’avion, c’est un appareil imitant le vol d’un oiseau. Si vous voyez le vol de la concorde, il est identique à celui du vautour sur cette image. L’invention n’a rien à avoir avec le niveau d’instruction acquis à l’école française », défend-il.

Dans son atelier avec les matériels à sa disposition, il fabrique des sources d’énergies moins émettrices de gaz à effet de serre. « Je suis un passionné de la nature », confie-t-il avec conviction. Il s’empresse d’ajouter : « J’ai l’impression que les responsables des projets ne veulent pas que l’on protège le reste du couvert végétal. Il y a aujourd’hui des solutions à la coupe du bois », soutient Cheikh Guèye.

Les ennemis de l’invention en Afrique
Il s’amuse à comparer le montant des projets de reboisement ou de restauration des écosystèmes et le coût de l’installation de l’unité de production à grande échelle de ces technologies propres. « L’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye a vu ce fourneau « Yokkuté ».

Mais rien n’est fait jusqu’à présent. J’ai l’impression que les charbonniers combattent ces sources d’énergies propres, sinon comment comprendre que les gouvernements n’aient pas pris une sérieuse option pour une utilisation à grande échelle de ces fourneaux, alors que l’on investit plusieurs dizaines de milliards dans des projets de restauration qui produisent à la fin de faibles impacts », affirme le président de l’Association des volontaires pour la nature (Avn). L’absence de vulgarisation et le passage à l’industrialisation sont pour lui les deux ennemis de l’invention en Afrique. Il ne se contente pas de faire des critiques. Il propose des solutions. C’est la ligne de conduite de tout inventeur. Ce dernier ne doit pas contempler des problèmes. « Le chaînon manquant en Afrique, c’est le passage à l’industrialisation. Des inventeurs ont des prototypes dans beaucoup de domaines. Il nous faut une agence nationale qui va répertorier les meilleurs prototypes des inventeurs pour sélectionner ceux qui auront des impacts sur les conditions de vie des Sénégalais et des Africains pour leur industrialisation », préconise Cheikh Guèye. L’invention a un prix particulier : celui du sacrifice.


Idrissa SANE
LE SOLEIL

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET