Printemps des Poètes à Saint-Louis: grande communion littéraire du CEPS autour de « l’insurrection poétique »

Jeudi 26 Mars 2015 - 13:39

Le 21 mars 2015, Le Cercle des Ecrivains et Poètes de Saint-Louis (CEPS) a célébré, comme partout dans le monde francophone, Le Printemps des poètes, à l’hôtel La Résidence. Cette célébration, devenue une tradition consacrée à Saint-Louis, a revêtu un cachet particulier cette année avec notamment la présence d’hôtes étrangers parmi lesquels Michel Letang de la Région Poitou Charente, France.

Étaient également présents les Petits Poucets du lycée d’excellence Aimé Césaire et de nombreux étudiants de Plum’Arts de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis.

Au préalable, Monsieur Alioune Badara Coulibaly, président du CEPS a remercié d’abord Monsieur et Madame Jean Jacques Bancal pour la mise à disposition du site de l’hôtel puis les autres partenaires français : Jean Pierre Siméon, Directeur artistique de Printemps des Poètes et Julie Nice, coordinatrice de l’action éducative – Relations internationales et toute leur équipe pour la confiance accordée au CEPS ; ainsi que Monsieur Malamine Diouf, Directeur de la BU de l’UGB pour sa précieuse contribution.

La cérémonie était placée sous le signe de « L’insurrection poétique » pour montrer à tous que la poésie est toujours « là », bien  « au chaud » avec ses amis qui l’aiment et veulent faire partager leurs émotions et sensations.
Ainsi, la poésie a été visitée sous tous les angles à travers les générations, d’hier à aujourd’hui.

Ont fait vibrer les cœurs  les interprétations lyriques de Yacine Niang, étudiante à l’UFR CRAC de l’UGB et les « délires » de Michel Letang qui a prouvé qu’il aime profondément Saint-Louis et ses charmes typiques à travers son fleuve de  rêve, ses belles signares et son climat alizéen.
De même, les potaches du Lycée d’excellence Aimé Césaire ont montré tout leur talent par des poèmes pleins de tendresse et de générosité.

La cérémonie a pris fin  au soleil couchant, par un cocktail, avec le sentiment unanime d’avoir « arraché la joie aux jours qui filent » selon un vers bien trempé du poète russe Vladimir Maïakovski.

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 20:50 Le sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET