Questions controversées de l’orthographe du wolof. Par Arame Fal, linguiste.

La chronique du Colonel Moumar Guèye intitulée « Les publicistes du ramadan massacrent le wolof ! » ainsi que l’article de Monsieur Youssoupha Babou, publié dans le Quotidien du 28 juin 2016 « Orthographe des mots wolofs : faut-il créer une police des langues nationales ? » me donnent l’occasion de donner mon point de vue sur certaines questions controversées.

Jeudi 7 Juillet 2016 - 14:51

Questions controversées de l’orthographe du wolof. Par Arame Fal, linguiste.

 

1. Les polices de caractères. Avec les claviers des ordinateurs classiques on peut, sans adaptation, générer tous les caractères du wolof, à l’exception de Ŋ, ŋ, À, É qui peuvent être obtenus à partir de la table des caractères spéciaux ou en tapant respectivement alt 0330, alt 0331, alt 0192, alt 0201. Pour ce qui concerne les autres langues nationales, en particulier le sereer et le pulaar qui ont plus de caractères spéciaux, des solutions existent, parmi lesquelles les polices de caractères mises au point par la Société internationale de Linguistique (SIL). C’est dire qu’au plan technologique, toutes les conditions sont réunies pour la prise en charge de l’écriture des langues nationales.

Il s’y ajoute que des instruments de formation rapide et d’auto-formation existent dans les six langues de première génération au niveau de la Direction de l’Alphabétisation et des Langues nationales (DALN) et de certaines ONG qui s’occupent d’alphabétisation. Il faut savoir que pour une personne instruite en français, l’initiation à la lecture et à l’écriture peut se faire en une dizaine d’heures. Malgré toutes ces opportunités, les publicistes et les organes de presse restent indifférents aux appels pressants qui leur sont régulièrement adressés. Cela a commencé avec l’article de Madame Mariètou Diongue DIOP intitulé *mok pothie (mokk pooj) et publié dans le Soleil du 23 septembre 1991.

Elle disait « une question légitime qu’on doit se poser c’est comment deux décennies d’alphabétisation ont pu n’avoir aucun impact sur nos journalistes nationaux …». Mais il serait injuste de s’en tenir seulement aux publicistes et à la presse. C’est un problème global qui relève d’un manque de volonté politique manifeste.  En attendant des aménagements structurels, comme l’introduction de modules de langues nationales dans les écoles de formation de journalisme, ces dernières pourraient dans un premier temps, consacrer la première semaine de la scolarité à la maîtrise de l’orthographe, en tenant compte des choix des étudiants. De la même façon, pour les journalistes et animateurs en exercice, les rédactions pourraient organiser des séminaires de formation continue.

2. Yewwu leen, ou Yeewuleen ? Pour Monsieur Babou le titre de l’émission matinale de TFM devrait s’écrire Yewwu leen «réveillez-vous». Pour moi c’est Yeewuleen, avec ce découpage yee/w/u/leen.  Je suis d’accord avec lui sur la forme de base qui est yee « réveiller, éveiller, sensibiliser (cf le dérivé yeete « sensibilisation »). Nous sommes en désaccord sur l’exigence de redoublement de ww avant le suffixe –u. De mon point de vue, le suffixe –u à valeur pronominale n’exige pas le redoublement de la consonne finale de la base, comme le montrent de nombreux exemples parmi lesquels yeew/yeewu « lier, attacher/ se lier, s’attacher », cité par Monsieur Babou, ainsi que diw/diwu « enduire de…, s’enduire de… », faj/faju « soigner/se soigner », wat/watu « raser, se raser» etc.  L’apparition de la consonne /w/ dans yee/w/u « se réveiller » est un phénomène courant entre la finale vocalique d’une base  et l’initiale vocalique d’un suffixe : ji/w/u « semences », fo/w/ukaay « jouet », àtte/w/aat « rejuger » etc. Il y a ensuite la marque leen de la deuxième personne du pluriel de l’impératif, il faut la coller, comme le stipule l’article 16 du décret n° 2005-992 du 21 octobre 2005 relatif à l'orthographe et à la séparation des mots en wolof. Donc à l’arrivée on a Yeewuleen.

3. « Soyez respectueux de la loi » et « éveillez-vous à la loi ». De mon point vue, ces formules sont traduites par deux expressions wolof qui, selon les considérations orthographiques développées plus haut, s’écrivent de la même façon – des homographes : Yeewuleen ci yoon. Mais elles n’ont ni la même base, ni le même découpage. La formule qui correspond à « Soyez respectueux de la loi » a pour base yeew « attacher », avec le découpage suivant yeew/u/leen. La correspondante de « éveillez-vous à la loi » a pour base yee « réveiller », avec le découpage : yee/w/u/leen. Les risques d’ambiguïté qui pourraient résulter de cette homographie sont minimes, car la formule « Soyez respectueux de la loi » a des concurrentes beaucoup plus fréquentes : tënkuleen ci yoon, ou sàmmoonteleen ak yoon, ce qui rend son emploi plutôt rare.

4. Yewwu yewwi ou Yeewu Yewwi ? S’agissant du mouvement féministe créé par Madame Marie-Angélique Savané, je ne connais pas l’orthographe qui figure sur le récépissé, ce que je peux dire c’est que la graphie Yeewu yewwi que je propose est également utilisée dans les documents figurant sur le net, avec toujours la mention « Prendre conscience pour se libérer ».

5. Le phonème /k/. Il est bien représenté à la finale avec ak « et, avec », on relève aussi kokam k/o/k/am dans « Pitax mu ndaw » de Serigne Adi Touré, (k et ñ étant le classificateur humain au singulier et au pluriel) ; ailleurs, on relève sama kok « la personne proche de moi », le pluriel samay ñoñ « mes proches » est beaucoup plus fréquent. Ak est à distinguer de ag « article indéfini pour les noms de la classe g-», ag garab, ag kër.

Puisque l’on parle d’orthographe, il faut signaler une correction sur le titre de la chronique du Colonel Moumar Guèye : faaxee au lieu de faaxe.
 
 
 

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Tintin le 07/07/2016 23:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ce qui m'étonne lors d'une conversation en Wolof , pratiquement à chaque phrase , j'entends un mot Français ! le vocabulaire Wolof est-il trop pauvre ?????

2.Posté par xam sa bop le 08/07/2016 07:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tintin le wolof des jeunes dans la rue n'est pas celui des lettrés. N'oublie pas que nombre de sénégalais ne sont pas wolofones à la base et que le phénomène urbain mixe abondamment les mots français et wolof, comme un pidgin francophone en quelque sorte. Là où je te rejoint, c'est qu'on retrouve le même phénomène à la radio, télé ou séries à succès comme wiri wiri, ce qui pose la question que soulève Mme Fall dans l'article. Si les Wolofs et plus largement les Sénégalais veulent que leur langue soit prise au sérieux, ils doivent sérieusement se mettre au boulot et se former!

3.Posté par kane le 11/07/2016 01:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et Madame vous égratignez kocc barma en corrigeant . Moi je suis pour faaxe au lieu de faaxee...

4.Posté par Arame Fal le 11/07/2016 12:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Faax est un verbe sereer; -ee est la terminaison du négatif = n'est pas bon

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 20:50 Le sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET