REVUE DE PRESSE: La liste non paritaire de Bennoo Bokk Yaakaar à Touba au menu des quotidiens

Vendredi 9 Mai 2014 - 10:33

REVUE DE PRESSE:  La liste non paritaire de Bennoo Bokk Yaakaar à Touba au menu des quotidiens
La liste non paritaire de Bennoo Bokk Yaakaar (BBY) à Touba est au cœur des sujets abordés par les quotidiens reçus vendredi à l’APS, qui signalent que la Commission électorale nationale autonome (CENA) entend faire respecter la loi électorale, en dépit du statut spécial de cette ville qu’évoque le Khalife général des mourides pour justifier cette entorse à la loi sur la parité.

La liste de BBY pour la commune de Touba Mosquée "n'a pas respecté la parité", estime la CENA, qui tient toutefois à faire respecter le code électoral.

"Après avoir étudié le rapport de la CEDA de Mbacké et écouté le président de cette structure décentralisée ainsi que le membre de la CENA chargé de la supervision de la région de Diourbel et enfin, mené enquête, la CENA a constaté que la liste déposée n'a pas respecté la parité comme l'exige la loi", rapporte un communiqué.

La CENA s'est auto-saisie, mardi dernier, sur le cas de cette liste de candidats à l'élection municipale de la commune de Touba Mosquée, puis s'est réunie en assemblée générale ordinaire, jeudi. "Comme elle (la CENA) a eu à le faire auparavant dans d'autres cas, elle utilisera les moyens que lui confère la loi du 11 mai 2005 en ses articles L6 et L13, pour faire respecter le Code électoral de 2014", poursuit le texte.

L'article L.6 précité dit : "En cas de non-respect des dispositions législatives et réglementaires relatives aux élections ou référendums par une autorité administrative, la CENA, après une mise en demeure, peut prendre des décisions immédiates exécutoires d'injonction, de rectification, de dessaisissement, de substitution d'action dans le cadre des opérations électorales et référendaires, nonobstant son pouvoir de saisine des juridictions compétentes".

Le Populaire note que le Khalife général des mourides ‘’ne reculera pas’’ sur le refus de la parité sur la liste de Touba pour les élections locales ‘’quelle que soit la décision de la CENA à propos de sa liste’’. Raisons évoquées, souligne Le Populaire : ‘’La ville sainte est une localité fondée sur les valeurs islamiques, le Khalife ne saurait y appliquer la parité. C’est cette situation que le Khalife voulait éviter en demandant un statut spécial du Conseil rural de Touba’’, etc.

L’Observateur relève également une ‘’hypothèque’’ sur la liste du Khalife général des mourides, car la CENA ‘’ (est) décidée à faire respecter la parité sur la liste de Touba’’. Dans le journal , le Professeur de droit Abdoulaye Dièye affirme : ‘’La CENA aurait pu saisir la Cour d’appel ou dessaisir le sous-préfet’’.

Sur le même sujet, Le Quotidien titre : ‘’La CENA proteste tout haut’’ et annonce un recours en justice. Selon le journal, ‘’la liste du khalife général de Touba risque d’être invalidée si la CENA qui va attaquer le non-respect de la parité obtient gain de cause’’.

Ce qui serait ‘’une première’’, note Le Quotidien qui ajoute que le Conseil sénégalais des femmes (COSEF) et l’Association des juristes sénégalaises (AJS) aussi ‘’désapprouvent tout bas’’ le non-respect de la loi sur la parité.

Sud Quotidien relève que ‘’Doudou Ndir (président de la CENA) +met en demeure+ la majorité’' sur l’éligibilité de Touba.

Tout cela fait dire à Enquête qu’il y a de ‘’gros nuages’’ sur la tenue des élections locales. Outre l’hypothèse d’une invalidation de la liste de Touba, le journal évoque la forclusion puis validation de la liste de Bennoo Bokk Yaakaar à Ogo (Matam) et le recours devant la Cour suprême contre les décrets fixant la répartition des sièges dans les conseils municipaux, de villes et départementaux. A cela s’ajoute aussi ‘’le flou sur un budget prévisionnel de 10 milliards’’ pour l’organisation du scrutin.

L’As ouvre avec ces propos du leader de Rewmi sur l’implication de la famille présidentielle dans la gestion des affaires publiques. ‘’C’est pire aujourd’hui’’, selon Idrissa Seck qui s’entretenait avec RFI. Il soutient entre autres : ‘’Le frère, l’oncle, le beau-frère, tous envahissent l’espace politique. Les ruptures vertueuses qui avaient été promises n’ont pas été réalisées’’.

APS

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Bouba Diop le 09/05/2014 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cela pose la question de l'effectivité de la république laïque du Sénégal à Touba, cité théocratique et zone de non droit...Il faudra bien un jour que le pouvoir s'attaque à ce problème de la gouvernance des religieux mourides...avec tous les risques électoraux et sociaux que cela implique!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET