Réplique aux offenses du Pr Sankharé sur le Coran

Samedi 24 Mai 2014 - 07:36

Les versets 48 et 49 de la Sourate 29 répondent à 100% au "professeur" Sankaré. Il le reconnaitra s'il a la chance d'avoir un poil de conscience et de bonne foi (Que Dieu ait pitié de son âme et qu'Il le pardonne). C'est la raison pour laquelle, on disait que le Coran sait très bien se défendre et bien mieux qu'on le pense ou qu'on puisse imaginer le faire pour lui pour en fait bénéficier de hassanaates (bonnes actions) en profitant de l'occasion.

Comme disait notre maame "imaginaire" wolof ndiaye : "tontou dou forox" qui peut être traduite par "la réplique verbale à une offense ne s'avarie jamais" (quelque soit le nombre d'années après l'offense). On va s'y essayer par trois petites leçons que l'on va attribuer grâcieusement au "professeur" tout en attendant ses excuses comme le voudraient les règles de l'art en l'honnêteté intellectuelle.

Que M. le "professeur" Sankharé dont je doute fort de ses qualités de professeur et agrégations surtout en arabe dit-il, sache que le Coran a résidé longtemps dans les poitrines des compagnons du prophète avant d'être écrit pour les premières fois sur des os ou peaux de bête par une commission dirigée par Seydina Ousmane (3ème Khalif du prophète). Faudrait-il lui rappeler que le savoir ne réside pas dans les livres ou les bibliothèques mais dans les poitrines des hommes. - layssa fil koutbi wal karaatissi ilmane, ina mal 'ilm fi soudouuri ridiaal-. C'est une des premières leçons de base du soufisme.

En tant qu'agrégé, M. le "professeur" devrait aussi savoir quand même que les règles de grammaire arabe (nahou) ont été établies bien après la vie même du prophète par les arabes. Ce fut sur demande suggestive de Aboul Aswadoul Dou'alii à Seydouna Alioune (4ème Khalif du prophète). Ces règles mêmes ne peuvent corriger le Coran, aussi règles qu'elles puissent être pour ceux à qui les livres apprennent car c'est Celui qui a Créé la parole humaine, autre système et moyens de communication inspirés pas ou à l'Homme qui "PARLE" (S'EXPRIME) par cette langue humaine et non les moindres car l'ayant Lui-Même façonnée des années durant à travers plusieurs générations de l'Arabie. Le but principal recherché par ces 2 hommes, Aboul Aswad et Seydouna Alioune (kw), était la protection du Coran par des garde-fous de l'expression suite aux garde-fous linguistiques (phonèmes divinatoires) dont disposait déjà la langue arabe, avant même la descente du Coran. On se rappelle encore de l'origine du mot "ZIKR" à travers l'Egypte antique avant de passer chez les arabes comme l'a enseigné Seyid Cheikh Ahmed Tidiane Sy lors d'un des mawlid des années 2000 aux Champs de Course de Tivaoune. Une protection qui continue d'ailleurs de toujours bien fonctionner car jusqu'ici il a été certifié que tous les livres, dont il a été convenu avoir été descendus sur les différents prophètes concerné, ont eu à être récrits, traduits et même modifiés en différentes versions à l'exception du Coran. La première leçon de grammaire fut -'adoul kalaami maa 'affaata - "Le verbe ne vaut que par son utilité". Une leçon qui a certainement due échappée au "professeur agrégé" sinon il réfléchirait certainement plus et faire davantage de recherches avant de tenir des propos sur des sujets qu'il ne maitrise point.

Pour finir que M. le "professeur" sache aussi Hajaj a été le premier à penser créer les - harakaatoul arba' - appelés accents ou voyelles dans certains livres franco-arabes (c'est à dire fatha, kasra, damma, soukone) pour l'aide à la lecture de la langue arabe à ceux dont l'arabe n'est pas leur langue maternelle. Langue qui s'écrivait avant ceci sans accent (ou voyelles) ni même avec l'usage du point originaire du "baaoune tassiiroune". Ainsi donc, il donna naissance aux garde-fous calligraphiques au Coran.

En attendant les excuses de Moussé le professeur Sankharé qui a dû disparaitre de la circulation à défaut de se défendre ses positions même si je ne m'attends à ce qu'il s'excuse pour ses offenses insensées qu'il sache que si c'était à l'époque de Hallaj, il mériterait le sort de ce dernier, contrairement à Hallaj.


Aboubakrine Ndiaye

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par ETHIOU42 le 26/05/2014 19:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Franchement je n'ai pas bien compris la levée de bouclier qu'a suscité ce livre.
On se rend compte au fil des commentaires dans divers sites que nombreux sont ceux qui n’ont pas lu le livre. Sans se douter, beaucoup se dirige vers une paranoïa idéologique totalitaire à couverture théocratique et agrémentée de violences verbales se comportant comme dans une secte, parce qu'ils ne peuvent supporter la liberté d'esprit des autres. Bien entendu le chemin qui conduit au fanatisme est bien balisé.
Il n'est pas étonnant que la plupart des terroristes internationaux s'en prévalent.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET