Retombées du voyage en Chine: China first highway engineering va réhabiliter l'aéroport de Saint-Louis.

Avant même la cérémonie d’ouverture de la réunion du Groupe consultatif prévue lundi prochain à Paris, le chef de l’Etat sénégalais peut afficher une mine réjouie. En visite à Pékin, Macky Sall a convenu avec ses partenaires chinois de financer ses plus grands projets en matière d’infrastructures ferroviaires et routières. Rien n’a été refusé au Sénégal. Macky Sall rentre avec un jackpot de plus de 4,5 milliards de dollars, soit 2 200 milliards de francs Cfa. Bien plus que les 1 864 milliards de francs Cfa fixés comme objectif au Groupe consultatif de Paris.

Samedi 22 Février 2014 - 19:26

Le Président Macky Sall se frotte les mains. Il vient de décrocher, en Chine, les financements de ses plus grands projets d’infrastructures. Il a conclu au premier jour de sa visite d’Etat à Beijing d’importants accords avec des firmes chinoises, pour un montant global d’investissements estimé à plus de 4,5 milliards de dollars soit environ 2 200 milliards de francs Cfa que la China Eximbank, par la voix de son Pdg, Ruogo Li, assure être disposée à financer totalement, à la fin des études complémentaires qui restent à être exécutées pour certaines d’entre elles.

Huit projets prioritaires

Les projets qui trouvent ainsi des financements sont au nombre de huit, déclarés prioritaires par le Sénégal et relatifs principalement à des infrastructures ferroviaires et routières. La réhabilitation du chemin de fer Dakar-Bamako sera donc effective et les travaux seront conduits par la société China railways construction corporation (Crcc). Cette même société avait déjà signé un accord avec le gouvernement du Mali pour le tronçon ferroviaire Kidira-Bamako. Le Sénégal tardait à concrétiser ses discussions avec les partenaires techniques et financiers pour le tronçon Dakar-Tambacounda- Kidira. L’ac­cord enchante le ministre sénégalais des Infrastructures Thierno Alassane Sall, qui souligne que «la réhabilitation du chemin de fer va faire renaître la ville de Thiès», dont il est originaire.

La firme chinoise se chargera aussi de la réalisation d’un nouveau tronçon ferroviaire Tambacounda-Kédou­gou, afin de desservir cette région minière. Les études techniques vont commencer dès la fin de ce mois de février 2014. Le patron de la Crcc assure que ses techniciens arriveront à Dakar la semaine prochaine. Amadou Hott, directeur général du Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis), explique que «pour que le projet soit conforme aux choix du Mali et en vue de réduire les coûts de réalisation, les autorités sénégalaises opteraient pour un type de chemin de fer à écartement métrique. De toute façon, la firme chinoise assure de ses capacités techniques et rassure le Président Macky Sall quant au souci d’utiliser l’énergie électrique pour l’alimentation des trains». Le projet intégré Mines-Rail-Port minéralier de Bargny est provisoirement estimé à 2,6 milliards de dollars. Dans ce projet, le Sénégal va travailler avec un conglomérat d’entreprises chinoises, à savoir China railways, China steel et Sino hydro.

Les Français écartés du rail de Diass

Il faut noter que les Chinois se montrent décidés à ne laisser aucune place à leurs concurrents dans la réalisation de chemins de fer. Ainsi, ont-ils signé un autre accord avec le gouvernement du Sénégal pour la réalisation d’un chemin de fer avec des trains d’une vitesse de 120 km/h, pour relier Dakar au nouvel aéroport Blaise Diagne de Diass. Ce chemin de fer qui nécessitera un investissement de l’ordre de 200 millions de dollars desservira aussi la banlieue dakaroise. Le Quotidien, dans son n°3272 du lundi 23 décembre de l’année dernière, assurait que l’Agence française de développement (Afd) était disposée à financer l’ouvrage que la compagnie française Alsthom était disposée à réaliser. Mais il faut croire que les partenaires chinois ont dû faire à Macky Sall une proposition que le Président ne pouvait refuser.

Les autoroutes Diamniadio-Thiès-Touba et Thiès-Tivaouane ont également trouvé une belle opportunité de financement avec la société China road and bridge corporation pour un investissement de 700 millions de dollars.

Neuf ponts de désenclavement, pour un investissement de 200 millions de dollars, devront aussi être réalisés par la China great wall à Foundiougne, Ziguinchor, Mar­sas­soum, Baïla, Diouloulou, Niamba­lang, Diakène, Katakalouss et Tobor. Pour sa part, China first highway engineering pourra réhabiliter les aéroports régionaux de Ziguinchor, Saint-Louis, Tamba­counda, Kédou­gou, Ourossogui et Kaolack. La China machinery import & export se positionne pour un projet de renouvellement du parc des camions. Huawei, ce géant chinois de la téléphonie, offre de réaliser la plateforme de passage au numérique.

Xi Jimping : «Nous entendons travailler avec le Sénégal»

Sur le registre diplomatique, les deux Etats chantent une symphonie. Macky Sall et Xi Jimping se montrent avenants l’un à l’endroit de l’autre. Le président de la République populaire de Chine accorde une grande importance à la visite de son homologue sénégalais, qui se trouve être le premier chef d’Etat africain que Xi Jimping a officiellement invité en Chine depuis son accession au pouvoir le 14 mars 2013. Aucune marque d’attention n’a semblé être de trop. Les lieux publics comme la place Tienanmen, le Mausolée de Mao, le Palais présidentiel et l’Avenue Tienanmen, la plus grande avenue du monde, ont été décorés aux couleurs du Sénégal. Tous les corps de l’Armée chinoise ont rendu les honneurs au Président sénégalais.

Macky Sall, visiblement ému par tant de gestes d’amitié, a exprimé à l’endroit de son hôte ce mot : «Je suis ému par votre accueil. Je tiens à féliciter votre fanfare, car jamais l’hymne national du Sénégal n’a été aussi bien joué à l’étranger.» Xi Jimping acquiesce de la tête avec un léger sourire et insiste de son côté : «Nous entendons travailler avec le Sénégal.» Le meilleur restait alors à venir et l’affaire semblait prendre des allures de «en veux-tu en voilà».

La Chine a pris son carnet de chèques pour donner une subvention budgétaire de 100 millions de yuans, soit environ 20 milliards de francs Cfa, ainsi qu’un prêt sans intérêts de 200 millions de yuans, soit environ 40 milliards de francs Cfa. Un accord de subvention a également été paraphé portant financement par la Chine des travaux de construction de l’arène nationale de lutte à Dakar.

De plus, les deux pays ont convenu d’un accord qui exonère du visa les titulaires de passeport diplomatique ou de service. La Chine a décidé d’inscrire le Sénégal sur la liste des pays touristiques pour encourager ses ressortissants à s’y rendre. Des discussions vont se poursuivre ce vendredi entre les délégations des deux pays pour finaliser le projet de réalisation d’une ligne d’extension du réseau électrique de Kaolack-Tamba-Kolda et Ziguin­chor sur une longueur de 1 140 kilomètres. De même, les hommes d’affaires sénégalais et chinois vont échanger à l’occasion d’un forum économique, en vue de ficeler des partenariats commerciaux. Quant aux deux dirigeants, ils ont échangé pendant plus d’une heure, au cours d’un tête-à-tête, avant de se retrouver avec leurs délégations respectives au cours d’un grand banquet.

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Pierre TY le 23/02/2014 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La Chine colonise l'Afrique à sa manière: insidieusement !
Qui peut croire que tous ses investissements sur ce continent sont désintéressés?!

2.Posté par Xunxunöor le 24/02/2014 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Secret de polichinelle, mon cher Pierre. La chine, la France ou les Etats unis d'Amérique, ce ne sera jamais désintéressé. Les Etats n'ont pas d'amis...Pour le moment, la question est plutôt de savoir choisir ce que l'on pense être le moindre mal...Et pour le moment ,, le Sénégal pense que c'est l'Empire du Milieu...en attendant de voir...Dieu nous garde !

3.Posté par Bouba Diop le 24/02/2014 20:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Mais cher monsieur faire des affaires c'est vouloir gagner de l'argent, effectivement. Les contrats de la Chine populaire sur le continent africain ne sont pas philanthropiques. Mais pourquoi parler de colonisation? Utilisez plutôt le terme d'hégémonisme économique. Il est clair que construire à la chinoise c'est amener non seulement ses ingénieurs sur le terrain, mais aussi ses ouvriers, sa nourriture, ses baraquements, etc, donc très peu d'emplois pour les sénégalais, contrairement aux européens ou aux américains...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET