Riziculture et lutte contre la pauvreté: Africa Rice teste 300 variétés résistant au sel, à la chaleur et au froid

Dimanche 23 Septembre 2012 - 08:43

Riziculture et lutte contre la pauvreté:  Africa Rice teste 300 variétés résistant au sel, à la chaleur et au froid
En étroite collaboration avec ses partenaires: SAED, l’ISRA, les riziculteurs du delta et de la vallée du fleuve-Sénégal et autres chercheurs, techniciens et producteurs de semences de riz de Kolda, Ziguinchor, Bambey, Fatick, Kédougou, etc, les responsables de la station régionale d’Africa Rice (Centre International du Riz pour l’Afrique) du sahel, ont organisé hier une journée de visite aux champs d’expérimentation de cette institution de recherches agricoles situés à Ndiayes, à 37 kilomètres de la capitale du Nord.

En présence de quelques partenaires maliens et mauritaniens, ces participants à cette rencontre ont suivi des exposés des chercheurs spécialistes et experts d'Africa Rice sur les activités de recherche en cours dans les laboratoires et fermes expérimentales de la station.

L’objectif de cette rencontre, selon Dr Baboucar Manneh, chercheur spécialiste en sélection variétale, est de permettre aux différents partenaires d’Africa Rice de découvrir les recherches sur les technologies et en particulier les nouvelles variétés de riz en cours de création à la station régionale du Sahel.

Le Représentant Régional et Directeur de cette station, Docteur Vincent Bado, a précisé que cette rencontre annuelle est une opportunité pour AfricaRice et ses partenaires d’évaluer ensemble dans les laboratoires et les champs d’expérimentation les progrès accomplis dans les travaux de recherche en cours. Durant cette visite, un accent particulier a été mis sur la recherche de technologies d'adaptation aux changements climatiques pour la riziculture. L'approche de recherche, le développement végétatif au champ, les rendements probables, les techniques culturales de gestion intégrée et les performances, d'environ 300 variétés de riz tolérantes à la salinité, à la chaleur extrême, au froid intense et autres stress abiotiques liés aux changements climatiques ont été évalués et discutés avec les partenaires .

Dans le cadre de ces recherches agricoles, a-t-il poursuivi, le processus de sélection participative avec les producteurs est en cours et les meilleures variétés de riz sélectionnées par les producteurs seront bientôt proposées à la commission nationale sénégalaise d’homologation.

Cette année, a-t-il souligné, au moins, trois variétés tolérantes au sel, pourraient être homologuées par cette commission.

En 2014, a-t-il ajouté, d’autres variétés tolérantes à la chaleur extrême et au froid intense, pourraient être aussi homologuées.

La station régionale du Sahel, a-t-il rappelé, a créé et diffusé au moins 24 variétés de riz pour les trois types de riziculture (irriguée, pluviale et bas-fonds) qui sont également cultivées dans les 8 pays de sa zone d’intervention.

En partenariat avec l'ISRA (Institut Sénégalais de Recherche Agricole), la station a fait homologuer et diffuser entre autres, 3 nouvelles variétés de riz Nerica, le Nouveau Riz pour l’Afrique qui est issue du croisement du riz d’origine africaine (Oryza Glaberina) et le riz asiatique (Oryza Saliva). Ces variétés sont à l'origine du boom actuel de la riziculture pluviale dans la région de la Casamance et il y a une très forte demande en semences que les producteurs semenciers ont de la peine à combler.

Le dernier succès de la station a été la création récente de 3 variétés de riz de qualité aromatique qui ont enregistré également un succès remarquable auprès des compteurs. Sur les 5 stations de recherche d'AfricaRice à travers l'Afrique, la station régionale du sahel constitue de par sa localisation au Sénégal, une opportunité incontestable pour le développement de la riziculture dans ce pays.

Pour améliorer les pratiques actuelles de gestion des cultures, une approche intégrée a été, selon M. Bado, développée par Africa Rice, qui prend en compte les conditions socio économiques et biophysiques des producteurs. La gestion des nutriments doit mettre l’accent sur le développement de recommandations pour des zones présentant des caractéristiques agro écologiques, des pratiques culturales et des conditions socio économiques similaires.

Mbagnick Kharachi Diagne

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET