SÉNÉGAL : 53 ans d’indépendance, l’espoir est permis…

Mercredi 3 Avril 2013 - 21:34

SÉNÉGAL : 53 ans d’indépendance, l’espoir est permis…
Les années d’existence de notre Etat ne reflètent surement pas la démocratie exemplaire dont le Sénégal fait preuve. Il y a aujourd’hui trop de bruits, trop de cris, mais il est inconcevable que le présent soit jugé sans que le passé ne serve de témoin.

Il est très clair que la construction d’une République prend le temps d’une toile d’araignée. Il faut donc des sacrifices, des larmes pour que l’éclat soit.

L’Occident qui est aujourd’hui cité comme modèle de développement et de démocratie a pourtant connu beaucoup de turpitudes et de culpabilité. Ainsi, avons-nous besoin de rappeler qu’en 1789, la France a voulu rompre avec la cruauté qui meublait son univers politique et social ? Ladite révolution française occasionnait la proclamation des droits et libertés citoyennes par la constitution de 1791 qui s’est inspirée de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Aussi incroyable soit il la France retrouvera une dictature opprobre un siècle plus tard avec Napoléon le Petit Tondu ou Napoléon Le Petit comme disait le pauvre Hugo.

En outre, est-il nécessaire de rappeler les années de dictature que le roi Henri VIII infligeait à l’Angleterre ? Ce despote avait pris en otage tout un parlement en vue d’assouvir ses désirs personnels relevant d’un esprit fantaisistes … Ce phénomène est connu des Anglais puisque Charles II a régné 4 années sans parlement avec l’aide des « tories ».

Qu’en est-il enfin des Etats Unis ? Ces derniers de leur coté, ont eu besoin de près d’un siècle et demie d’indépendance pour que leurs femmes aient le droit de vote.

Tous ces faits ne sont ni fabriqués ni embellis, l’histoire est comme une médaille le revers peut choquer ou décevoir.
Sénégalaises, Sénégalais ! Oserions-nous baisser nos têtes avec tout ce que nous avons réalisé à 53 ans d’indépendance seulement ? Célébrons nos héros de Galandou à Senghor passant par Mamadou Dia, de Lamine Gueye à Serigne Cheikh Tidiane Sy, passant par Valdiodio Ndiaye ou Kéba Mbaye qu’importe un seul nom aurait suffi pour prouver que le Sénégal est le pays des Grands Hommes.

Barack Obama disait que l’Afrique n’a pas besoin d’homme forts mais d’institutions fortes. Alors, n’a-t-il pas oublié que ce sont les hommes forts qui bâtissent des institutions fortes ?

L’Afrique a bel et bien besoin d’hommes forts, des hommes qui sont près à mourir pour leur patrie, des hommes d’éthique qui savent privilégier l’intérêt général. L’Afrique, particulièrement le Sénégal n’a plus besoin d’hommes faibles c’est-à-dire ceux qui s’accrochent à leurs fauteuils quitte à ceux que des âmes soient sacrifiées, oubliant ainsi qu’il existe une vie après l’exercice étatique.
Il ne faut plus que le sang légitime l’accession d’un homme à la tête de l’Etat. Il est vrai que le monde politique est fou, mais il appartient à ceux qui le peuplent d’être responsables et de penser à l’autre vie.

Sénégalaises, Sénégalais ! Nous avons deux ennemis méchants et violents qui sont malheureusement présents dans notre société. Faisons attention à ces deux forces incontrôlables que sont la parole et la passion.

Ceux qui doivent parler ne parlent plus puisque les radios et les téléviseurs sont envahis par des hommes « fous ». La parole est donc malade au Sénégal car ceux qui doivent écouter parlent du matin au soir.

L’autre force est la passion. Très dangereuse, elle émaille malheureusement tous les foyers, toutes les factions de la société. Même si le sport et le champ politique raflent la mise, la religion est aussi attaquée de toutes parts par ceux qui la pratiquent. En effet, la passion, si elle est démesurée, peut tout simplement transformer l’homme en animal sauvage. Pourtant, un grand intellectuel sénégalais M. Pape Malick Sy pour ne pas le nommer disait que : « là où il y a la passion, il y a absence de raison. » Donc faisons très attention à ces forces nuisibles qui nous côtoient et nous hantent.

Sénégalaises, Sénégalais, chers concitoyens, il n’est pas encore trop tard. Le Sénégal n’est aujourd’hui qu’à ses 53 ans d’indépendance, alors gardons l’espoir, soyons optimistes. Le ballon est au rebond, saisissons-le pour corser le score !

Moustapha SEYE, étudiant chercheur à l’UGB

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Guesla le 05/04/2013 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Oui bro. Il n'est pas encore tard!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET