SÉNÉGAL/MAURITANIE - Lancement du Master GAED: les formateurs planchent sur les enjeux et impacts des activités extractives.

Un atelier de formation des formateurs du Master GAED-GERER s'est ouvert, mercredi, à l'Université Gaston Berger de Saint-Louis(UGB), sur le thème « les Impacts des Activités Extractives ». Cette session qui se déroule jusqu'au 06 décembre 2013, est coordonnée par l'UGB et l'Université des Sciences, des Technologies et de Médecine de Nouakchott, en collaboration avec l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD).

Mercredi 4 Décembre 2013 - 17:14

Le dit Master vise à former des cadres africains capables de déchiffrer la nature exacte des activités extractives et d'anticiper sur les impacts. Il devra permettre aux acteurs d'interagir dans l'interface où se rencontrent de nombreux acteurs concernés par ces activités afin d'en maximiser les retombées positives pour les pays hôtes.

« Nous sommes satisfaits de voir le Master GAED se mettre sur sa rampe de lancement et satisfait que l’Université de Saint-Louis accueille la première activité pédagogique de cette formation (...) Nous voulons former aux savoirs et savoirs faire liés à l’interface, c’est-à-dire là où les multiples acteurs se rencontrent dans les arènes de l’industrie extractive.», a expliqué le Professeur Serigne Modou Fall, coordonnateur adjoint du GAED.

« Cette offre de formation est un défi pour nos institutions universitaires et pour leurs partenaires techniques et financiers. Nous voulons répondre à un besoin de nos pays, dans un domaine stratégique pour leur économie, à savoir la valorisation de leurs ressources extractives », indique M. Fall qui ajoute que "le partenariat entre les universités de Saint-Louis et de Nouakchott, démarré en 2000, entre l’UGB et le CIRAD en 1999, entre l’UGB et l’UICN dans le cadre de la Réserve de Biosphère Transfrontière du Delta du fleuve Sénégal à partir de 2010 et la réforme LMD en 2007/2008 ont constitué les bases d’un environnement favorable pour lancer cette initiative".

Geert Van Vliet, le représentant du CIRAD, a indiqué que ce projet vient à la convergence de deux champs de partenariat déjà anciens auxquels que son organisation noue avec l'Université Gaston et l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

« Des l'origine, il a été envisagé de faire porter conjointement ce master GAED par l'Université de Nouakchott et par l'UGB, à partir du besoin d'élargissement des bases humaines nécessaires à cette formation, mais aussi pour faire bénéficier de l'Université de Nouakchott de l'expérience développée de l'autre coté du fleuve Sénégal. Cette idée de master n'est donc pas tombée du ciel », informe M.Vliet.

« Il ne s'agit pas, dans le GAED, de dupliquer des recettes existantes. Les défis sont originaux : un master régional à orientation professionnelle », a-t-il dit en soutenant que « l'Importance du pari que le dialogue entre les acteurs du jeu extractif permettra d'améliorer les retombées en termes de développement pour les territoires hôtes. Il nous revient tous d'inventer une nouvelle formule et de nouveaux contenus »

Pour ce chercheur, le séminaire « permettra de comprendre les enjeux, la complexité et la multiplicité des enjeux autour de la gestion des impacts de l'exploitation pétrolière.

Le Cirad, « un des moteurs du groupe Girardel » est un centre de recherche français qui mène des activités dans le champ de l'agronomie et de l'environnement en faveur du développement. Son immersion dans les domaines de ressources extractives s'explique par le fort impact de cet important enjeu sur l'environnement et développement durable.

« Nous avons été frappés, au tournant des années 200, par l'ampleur des changements associés aux activités extractives dans les pays sur lesquels nous travaillions, où ses activités étaient nouvelles », signale M. M.Vliet.

Le représentant de l'UICN/Mauritanie a salué a salué la mobilisation des partenaires et leur ancrage dans la bonne mise en œuvre du projet en révélant que la mis en place de ce master cogéré par les universités de ses deux pays frères « constitue une réponse appropriée aux besoins en compétences nouvelles liés à la gestion des impacts des activités extractives », « au moment où les projets pétroliers, gaziers et miniers se multiplient en Afrique de l'Ouest comme sur l'ensemble du continent.

Mohamed Lemine Ould Baba, pense que « les acteurs nationaux demeurent encore peu outillés pour négocier face à de puissantes entreprises transnationales, ou encore pour gérer les impacts environnementaux et les retombées socio-économiques de ces nouvelles ressources.

Le Master GAED-GERER est financé par le Pnud, la Fondation Mava, avec le soutient du WWF, du GET et de la Coopération allemande.

Cheikh S.SEYE

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET