SÉNÉGAL: ces têtes qui devraient tomber après Mimi Touré

Vendredi 4 Juillet 2014 - 22:34

Suite à la débâcle du camp présidentiel à l’issue des locales de dimanche dernier, et face aux maux qui gangrènent le pays, pas de conseil des ministres depuis deux semaines, beaucoup de privilégiés de l’actuel attelage gouvernemental et étatique vont tout simplement disparaître : les raisons par ordre protocolaire.

Madame Aminata Touré Premier ministre ne devrait pas attendre d’être remerciée : son départ relève d’une demande sociale, sa cote régresse de plus en plus. Son passage au ministère de la justice avait suscité beaucoup d’espoir. Le KO vient de lui être administré par le maire incontesté de Dakar, Khalifa Sall.

Docteur Augustin Tine, ministre des Forces armées. Son silence et son efficacité dans l’ombre avaient fini de faire de lui un PM potentiel, mais vu son long compagnonnage et sa complicité avec le prési, il ne devrait pas quitter le gouv, mais pourrait éventuellement changer de département ministériel. Il n’a pas perdu à Fandène sa communauté rurale, mais la mairie de Thiès qu’il(s) lorgnai(ent)t leur a échappé. Quid de Thierno A. Sall, Abdoul Mbow…

Madame Eva Marie Coll Seck, ministre de la Santé et de l’Action sociale peut dormir tranquille.

Monsieur Mankeur Ndiaye, ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur. Nos compatriotes de la diaspora ne cessent de se plaindre, alors ou pas sa localité, la publication provisoire de ce vendredi nous édifiera.

Monsieur Sidiki Kaba, garde des Sceaux, ministre de la Justice. Après qu’il ait été « dédit » par la justice française sur l’affaire des traques, il a « accepté » de libérer une quinzaine de hors-la-loi qui avaient mis à sac les biens meubles et immeubles de Cissé Lô Moustapha. Il va répondre de ses actes.

Monsieur Abdoulaye Daouda Diallo, ministre de l’Intérieur devrait être prudent, il peut autant être promu ou bombardé PM, il peut aussi quitter ce big ministère de l’intérieur du fait des violences préélectorales notées. Il s’est montré incompétent et lent à sévir.

Monsieur Amadou Ba, ministre de l’Economie et des Finances. Autant dire que nos finances ne se portent pas bien. Plusieurs travailleurs ont manifesté devant la direction de la solde cette semaine car se sont retrouvés sans paie. Son seul mérite se retrouve dans le fait d’avoir accompagné prési au groupe consultatif de Paris, qui, dit-on, devrait nous faire glaner plusieurs milliards : outsider.

Monsieur Papa Abdoulaye Seck, ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural. Mauvaise campagne agricole, bons impayés, insuffisance d’intrants, mauvaise qualité des semences. Autant dire que le monde rural souffre. Il peut se préparer à un changement éventuel de ministère.

Monsieur Diéne Farba Sarr, ministre de la Promotion des Investissements et des Partenariats. Il n’est pas mal d’après les acteurs, mais il n’est pas favori.

Monsieur Mor Ngom, ministre de l’Environnement et du Développement durable. Il n’est pas mauvais en soi, mais d’après certaines personnes son ministère peut bien être fusionné à un autre. Aly Haïdar, Me Oumar Youm, et Pape Diouf feraient bien l’affaire. Pourquoi 3 hommes pour un « même ministère ».

Monsieur Thierno Alassane Sall, ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement. Le tocard désagréablement surpris à Thiès devrait s’expliquer. Le tintamarre était de trop lors des locales.

Madame Anta Sarr, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance. Elle a été démaquillée à l’instar de son PM à Sicap liberté par Santhi Sène Agne de la coalition Takhawou Ndakarou » de Khaf Sall. Elle plie certainement bagages.

Monsieur Abdoulaye Baldé, ministre du plan. Il peut s’exprimer heureux, jusqu’à preuve du contraire il n’y avait pas eu combat faute de combattant sérieux.

Monsieur Benoît Sambou, ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Promotion des Valeurs civiques. Ce géant du sud du pays devrait s’inspirer de l’exemple de Bamba Dièye et ne pas attendre une autre humiliation autre que celle administrée par Abdoulaye Baldé.

Monsieur Abdoul Aziz Mbaye, ministre de la Culture et du Patrimoine. Le chanteur auteur de Dem Dem referait mieux l’affaire. Trop contesté depuis quelque temps par les acteurs du secteur.

Monsieur Mary Teuw Niane, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Il a jusque-là tenu le coup face à un mouvement estudiantin déterminé. Il pourrait à défaut d’être confirmé, avoir de la promotion.

Monsieur Cheikh Abiboulaye Diéye, ministre de la Communication et de l’Economie numérique. No comment, à considérer en 2017 aux présidentielles.

Monsieur Serigne Mbaye Thiam, ministre de l’Education nationale. Irréprochable pour certains, il demeure un communiquant aguerri. Outsider.

Monsieur Aly Ngouille Ndiaye, ministre de l’Industrie et des Mines. Il est tout simplement un modèle de ministre. Son courage l’avait amené à se prononcer quand il était question de trancher sur les cumuls de mandats. Il avait choisi maire plutôt que ministre. C’est clair maintenant.

Monsieur Alioune Sarr, ministre du Commerce, de entrepreneuriat et du Secteur informel. Sa sérénité est un atout. Peu locace, il se démarque des futilités et autres débats stériles.

Madame Aminata Mbengue Ndiaye, ministre de l’Élevage et des Productions animales, sœur du Dom King de la lutte sénégalaise, semble perdre Louga dont elle tenait les rennes depuis plusieurs années. Cette maire socialiste n’a en tout cas rien à perdre. Tanor pourrait bien un autre cadre.

Monsieur Abdou Latif Coulibaly, ministre de la Promotion de la Bonne gouvernance, chargé des Relations avec les Institutions, porte-parole du gouvernement. Il serait pour beaucoup ministre conseiller à l’image de Youssou Ndour ou tout simplement reprendra sa plume en bon journaliste d’investigation.

Madame Maïmouna Ndoye Seck, ministre de l’Energie. Ah les coupures, devrons nous retourner à l’aire des bougies et autres lampes torches, mais hélas, avec cela vos serviteurs ne pourront vous livrer votre canard en ligne. Elle a essayé et bien essayé de s’expliquer : matos délabré, problème de carburant, appareil obsolète…

Monsieur Omar Youm, ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales. La fonction publique suffirait pour l’éjecter de ses bureaux sis à Dieuppeul, l’acte trois de la D n’en parlons pas. Outsider.

Monsieur Mbagnick Ndiaye, ministre des Sports et de la Vie associative. Ndefleng en sérère benno, pose toujours problème au Sénégalais lamda qui s’interroge toujours sur les retombées du mondial 2002 Japon-Corée. Où sont passés les milliards du mondial monsieur l’ancien Dir cab d’alors ? Yalmbind va surement tomber afin que les Sénégalais ne soient pas simples spectateurs pour les échéances à venir.

Madame Khoudia Mbaye, ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat

Monsieur El Ali Haidar, ministre de la Pêche et des Affaires maritimes. Le Sénégalo-libanais devrait d’abord s’expliquer sur les licences de pêche, les milliards déjà encaissés et les dessous de table. Cependant, il devrait rester pour plusieurs raisons.

Monsieur Mansour Sy, ministre de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles. Le Césaire sénégalais a toujours su jouer avec les chiffres. Entre promesses électoralistes et recrutements effectifs, y a drap. Il pourrait sauter.

Monsieur Pape Diouf, ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement. Tant que la reine du Baol reste leader, il faudra trouver quelqu’un pour le contrer. Il ne sera pas démis de ses fonctions mais…

Monsieur Oumar Gueye, ministre du Tourisme et des Transports aériens. Il souffre des mêmes maux que Thierno Allassane Salla le Thiessois par excellence. RAS.

Monsieur Mamadou Talla, ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat. Évident que prési va revenir sur ses promesses électorales. Gouvernance sobre, réduction train de vie de l’Etat, nombre de ministres réduits. Pourquoi dissocier formation.. etc

Monsieur Khadim Diop, ministre de la Restructuration et de l’Aménagement des zones d’inondation. Une direction ou une agence ferait bien l’affaire.

Monsieur Mouhamadou Mactar Cissé, ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des Finances, chargé du Budget. Il va prendre la direction d’Amadou Bâ, ministre argentier du Sénégal. Sûr que l’un emportera l’autre.

En attendant la publication officielle des résultats des locales mi-juillet, car les pub provisoires sont attendues dans les minutes qui suivent, exceptées les réclamations, nous pourrons dire sans risque de nous tromper que c’est le Sénégal qui gagne.

http://ajonews.info/

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET